Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les présidents de la JSK et du CSC lourdement sanctionnés
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 06 - 2019

Nuages, éclaires, coup de tonnerre et avalanche d'interrogations sur un dossier qui dénonce la fragilité de la gestion du football national. Pour des experts contacte, cette affaire est une excellente occasion pour revenir à la charge sur le mal qui est fait au football. Jamais, au plus grand jamais, le niveau de gestion n'a été aussi bas que depuis l'arrivée des présidents de la Fédération algérienne de football et de la Ligue de football professionnel, respectivement, Kheireddine Zetchi et Abdelkrim Medouar.
Dans une gestion moderne, les sanctions contribuent à élever le niveau du foot alors que «chez nous, avons une gestion qui brise et qui démontent tout ce qui a été construit par les vrais gestionnaires de notre football, soucieux de le mettre à l'abris de tout bricolage». La LFP est montré du doigt par des millions de supporters. A tort ou à raison ? Les espaces du football seraient ternis à tout jamais, par le produit que délivre l'instance nationale du football. A la grande surprise, à la veille du coup d'envoi de la coupe d'Afrique des nations 2019 et d'un sacré vendredi, la commission de discipline de LFP assomme, comme elle ne l'a jamais fait auparavant, des gestionnaires d'une manière aussi simple que bizarre. Au terme de sa 4e réunion, consacrée au dossier portant «Affaire Mellal - Arama», elle annonce dans un communiqué que le président kabyle est «officiellement suspendu de toute fonction officielle pour deux ans avec une proposition de radiation à vie faite au MJS». La réaction du boss des Canaris ne s'est pas faite attendre : «Je vais faire appel, ce qui est de mon droit le plus absolu, j'accepte ces deux années, mais ce que je n'accepterai jamais, au plus grand jamais, c'est que l'on touche à la JSK, symbole d'une Kabylie algérienne...J'irai plus haut, j'irai au TAS, à la FIFA, partout pour dénoncer ce qui est en train de se décider d'une manière que nul au monde n'accepterait...La JSK est la ligne rouge à ne pas dépasser. J'ai dénoncé et je continuerai à dénoncer toutes sortes de malversations, corruptions...Je ne me tairai pas, je continuerai à militer, pas seul, je le souhaite, jusqu'à ce que notre football ressemble aux autres football modernes du monde». La commission, qui tourne le dos aux faits plus graves qui se sont produits durant les saisons écoulées, se réveille pour enfoncer le clou en décidant «Match perdu pour l'équipe JSK sans attribuer les points à l'équipe adverse de la 30e journée du championnat. Défalcation de trois (03) points pour l'équipe JSK appliquée à la saison suivante. Un million de dinars 1.000.000 DA d'amende». Deux présidents, deux clubs abattus. Les premières réactions sont virulentes : Amar de Mekla, «Qui doit sanctionner la LFP pour ses erreurs de gestions, pour son silence, pour avoir mis à plat le championnat national de football, à travers son silence, pour ses programmations et déprogrammations des rencontres de football, pour ses silences par rapport aux diverses déclarations de quelques entraineurs et dirigeants de clubs, notamment celle du PAC ou l'entraineur avait menacé d'informer les médias étrangers sur tout ce qui passe en Algérie dans le monde du football. Des cas remonteront, inéluctablement, à la surface. Un autre nous dira, «parce que Mellal dérange, il ose dénoncer ce que la FAF n'ose pas...Ne serait-il pas temps d'enquêter sur le fonctionnement de la FAF et de la LFP ? Et d'annuler le champion national de football comme le soulignait, à juste titre Bencheikh ? «La saison prochaine devra être celle d'une autre équipe dirigeante tant au niveau de la FAF que de la LFP, si l'on veut réellement sauver notre football» et d'ajouter «Il y a provocation et manipulation». Pour le journal Compétition : «Ce qui retient encore plus l'attention dans cette décision, l'accusateur, qui est Melal, à écopé exactement de la même sanction que le coupable Tarak Arama. En effet, sur la base de l'enregistrement, Mellal n'a quasiment rien à se reprocher du moment que, certes, il a demandé s'il fallait motivés les joueurs, mais a aucun moment n'a donné son accord, il est souligné dans le rapport de la CD qu'Après plusieurs questions posées par les membres de la commission à la personne concernée, Ce dernier a déclaré qu'il avait demandé d'envoyer les supporteurs de la JSK au stade Chahid Hamlaoui de Constantine pour soutenir l'équipe de CSC contre l'équipe de USMA dans un esprit de fair-play et non pas avec l'intention d'inciter à la violence». Le même journal de poursuivre «Arama, avait demandé plus de deux milliards, chose confirmée par Souilah en conférence de presse». Une question fait t'embler les filets de cette décision qui semble répondre à des éléments indiscutables : Pourquoi les joueurs de l'USMA n'ont pas été convoqués ? Puisque les dirigeants ont été accusés par Arama de tentative de corruption ? Pourquoi n'a-t-on pas convoqué les joueurs absents a la rencontre ? Pourquoi n'a-t-on pas convoqué le médecin de l'équipe du CSC pour confirmer les blessures des huit joueurs. Enfin, une question qui revient souvent sur les lèvres des supporters de la JSK. Qui est derrière cette commission voire les sanctions? Une conférence de presse a été donnée dans la soirée du jeudi, et sur laquelle nous reviendrons plus en détail. Bencheikh : «C'est un règlement de compte» Pour l'ancien joueur Ali Bencheikh «Avant ses déclarations brûlantes, d'autres ont dit des choses plus graves. Pour moi, c'est un règlement de compte. Pourquoi rien n'a été fait contre l'arbitre qui avait sifflet la fin de la rencontre Chlef - Tlemcen avant la fin de la rencontre ? Dites moi ce qui est grave entre ceux qui proposent dans le cadre de la motivation, bien que condamner par la FAF, et ceux qui font dans la corruption et des combines sales...Arrêtons ce travail, c'est un travail de quartiers, ou est la vérité, ou est le respect des textes, arrêtons de se moquer des gens Pourquoi ? Pourquoi deux poids deux mesures ? La faute grave commise par l'arbitre qui avait arbitré la rencontre Chlef - Tlemcen, et qui avait sifflé la fin de la partie avant la fin réglementaire, a-t-il était sanctionné ? Non ? Y avait-il une fin de match ? Non ? Match MCA - JSK vous vous rappelé du rapport établit par l'arbitre il était vide. Je ne comprends pas, et pour moi, c'est un règlement de compte, c'est scandaleux, et on n'est pas des gamins...»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.