Espaces commerciaux: les directeurs régionaux tenus de durcir le contrôle    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Déchets organiques: l'AND tiendra son troisième webinaire de valorisation mercredi à Alger    Pertes brut    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    La fille des Aurès    Un ancien élu du FIS dissous pour représenter l'Anie    Priorité à la stabilisation du marché    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    Grève générale à Tala Ifacène    Les corps de deux harraga repêchés    Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Talaie el-Hourriyet appelle à la participation    Un deuxième report au 9 novembre prochain    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Tarte aux pommes, amandes et chocolat    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    Réserves de change, la dégringolade    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    La presse nationale relève une forte mobilisation des partis politiques pour expliquer la nouvelle constitution    Des subventions allouées aux deux équipes de foot à Constantine    Campagne référendaire: le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel permettra l'éclosion des énergies (presse régionale)    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    Vers la reconduction de l'enseignement à distance    Comparution de l'ex-wali zoukh    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cissé - Belmadi, deux entraîneurs africains en finale
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 07 - 2019

Ils étaient onze entraîneurs africains au coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 en Egypte, il n'en reste que deux : l'Algérien Djamel Belmadi et le Sénégalais Aliou Cissé, qui vont s'affronter vendredi en finale de la 32e édition mettant aux prises les sélections de leurs pays au stade international du Caire.
Ces deux techniciens ont réussi à mener leurs équipes respectives au dernier stade de l'épreuve, confirmant la tendance portée sur l'entraîneur local lors de cette première édition à 24 pays. Onze fédérations nationales, dont la FAF (Fédération algérienne de football), avaient décidé ainsi de faire confiance aux compétences «africaines», avec l'objectif d'aller le plus loin possible dans cette compétition. L'Algérie et le Sénégal ont réussi à aller jusqu'au bout, mais cela n'enlève en rien au mérite des autres techniciens africains.
La Tunisie et le Nigeria, dirigés respectivement sur le banc par le Français Alain Giresse et le Franco-Allemand Gernot Rohr, ont échoué aux portes de la finale dans ce qui a été la meilleure performance des entraîneurs «non-Africains» dans ce rendez-vous continental.
Aguirre, Renard, Seedorf : par ici la porte de sortie
L'Egypte, pays organisateur, a connu l'une des plus grandes désillusions de son histoire, en se faisant éliminer sans gloire en 1/8e de finale par l'Afrique du Sud (1-0). Et pourtant, la Fédération égyptienne (EFA) a mis le paquet pour confier la sélection des «Pharaons» au Mexicain Javier Aguirre, limogé illico presto à l'issue de l'élimination, provoquant même la démission du président de l'EFA Hani Abou Rida. Le Maroc, qui se présentait pourtant comme l'un des favoris, a connu la même déception, en quittant le tournoi prématurément, en 1/8 de finale face au Bénin (1-1, aux t.a.b : 1-4). Le Français Hervé Renard, qui aurait démissionné selon des médias marocains, n'a pas trouvé la bonne formule pour mener les «Lions de l'Atlas» vers le sacre final comme il l'a déjà fait auparavant avec la Zambie (2012) et la Côte d'Ivoire (2015).
Le Cameroun, tenant du trophée qui croyait frapper un bon coup en confiant les rênes des «Lions indomptables» à l'ancien international néerlandais Clarence Seedorf, a également déchanté, se faisant éliminer en 1/8 par le Nigeria (3-2).
Autant de déceptions pour des entraîneurs «non-Africains» qui croyaient posséder la baguette magique pour propulser leurs sélections respectives au-devant de la scène, avant de se heurter à la dure réalité du terrain.
En revanche, l'entraîneur français de Madagascar, Nicolas Dupuis, peut se targuer d'avoir mené les «Barea» en quarts de finale pour la première participation de leur histoire, avant de quitter l'épreuve au terme de la défaite concédée face à la Tunisie (3-0). Une sortie honorable pour une équipe malgache considérée comme la révélation de cette édition.
Chez les entraîneurs étrangers ayant pris part à cette CAN-2019, l'école française était fortement représentée avec 7 sélectionneurs sur 13.
Les Fédérations nationales africaines vont certainement faire le bilan et réfléchir sur la nécessité de donner plus de chances aux compétences locales. Djamel Belmadi et Aliou Cissé viennent de montrer la voie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.