3 principaux bienfaits des sardines    Le Benfica officialise un accord avec Man City pour Ruben Dias    Aïn Defla : 9 000 logements distribués au courant des prochains mois    Rationaliser le régime des transferts sociaux    Selon l'ONM, le 2 novembre il fera beau    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Les avis des partis et des personnalités    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Ces nids à problèmes    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 09 - 2019

C'était prévisible, le Secrétaire général du Front El-Moustaqbal, Abdelaziz Belaïd, sera candidat à l'élection présidentielle du jeudi 12 décembre 2019. Hier matin, des délégués de son parti se sont présentés au siège de l'Autorité nationale indépendante en charge des élections, à Club des Pins, pour y retirer les formulaires de souscription de signatures individuelles pour les postulants à la candidature à l'élection présidentielle.
Après Ali Benflis, président de Talaie El-Hourriyet, et Abdelkader Bengrina, Président du Mouvement El-Bina, (qui a annoncé officiellement, samedi, sa candidature) c'est donc une nouvelle personnalité politique de poids, Abdelaziz Belaïd, qui se prononce. A eux trois, ces postulants couvrent une proportion importante de l'électorat, ce qui est de nature à donner déjà toute sa crédibilité à cette élection présidentielle. La machine électorale est donc en marche. L'ouverture, du 22 septembre au 6 octobre, d'une révision exceptionnelle des listes électorales, lancée pour la première fois dans l'histoire de l'Algérie, par une Autorité indépendante, et non pas par le ministère de l'Intérieur, permettra de mettre à jour le fichier électoral national.
Le nouveau paysage électoral, sans aucune intervention du gouvernement, se met en place. C'était une revendication majeure du mouvement populaire du 22 février, relayé et appuyé par l'institution militaire. Le peuple, dont le nom est «exploité» pour confectionner des titres de Unes pour les journaux - d'ailleurs foncièrement contradictoires entre eux, comme s'il ne s'agissait pas du même peuple - aura à se prononcer librement le 12 décembre, sans aucun tuteur et loin des combinaisons concoctées dans un «cabinet noir». Tout se jouera dorénavant, dans l'isoloir du bureau de vote avant de placer le bulletin dans l'urne. Les velléités, annoncées sur le ton de la menace, d'empêcher les électeurs qui veulent voter de le faire, sont d'ores et déjà neutralisées par l'avertissement des autorités quant à la fermeté qui sera appliquée pour maintenir l'ordre public le jour du scrutin, et entourer l'acte de vote de toute la sécurité qu'il exige.
La liberté des Algériennes et des Algériens, pour ce qui est de l'accomplissement citoyen de leur geste électoral, sera protégée. Les «anti-élection» s'obstinent dans leur propagande mensongère à propos des «48 wilayas qui ont manifesté contre l'élection», alors que les observateurs honnêtes ont eu tout le loisir de constater ce vendredi la dimension dérisoire et réelle, de la mobilisation anti-vote, y compris à Alger, malgré le tapage médiatique de chaînes de télévision étrangères et de blogs animés à partir de capitales occidentales et dont les auteurs ne reculent devant rien pour attiser la haine entre Algériens. Les observateurs honnêtes ont également noté le contenu cacophonique des slogans, qui traduit non pas la diversité mais les divergences profondes qui traversent les groupes de manifestants.
Ces divergences expliquent l'impuissance des activistes auto proclamés leaders des manifestations du vendredi à Alger et qui s'efforcent de les manipuler, à dire clairement ce qu'ils proposent comme solution à la crise actuelle. Leur programme qui se résume à être contre l'élection présidentielle va à l'encontre de l'opinion dominante des Algériens qui considèrent l'élection présidentielle du jeudi 12 décembre 2019 comme l'unique solution raisonnable, d'autant plus que cette élection est organisée par une Autorité indépendante, dirigée par une personnalité au-dessus de tout soupçon, Mohamed Charfi qui a fait les preuves de son intégrité.
La télévision algérienne a diffusé les interventions de citoyens et de personnalités nationales, qui se sont prononcés pour l'élection présidentielle et ont argumenté leur choix de cette solution, garantie par l'institution militaire, comme l'a assuré le Général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP). Notons, enfin, que, vendredi, intervenant à l'ouverture des travaux de la première session ordinaire du Syndicat national des magistrats (SNM), tenue à l'Ecole supérieure de la Magistrature, à Koléa (Tipaza), le président du SNM, Issaâd Mabrouk, cité par l'APS, a souligné que le pouvoir du peuple, conformément à l'article 7 de la Constitution, «doit être consacré par des élections régulières».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.