Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Mesures de reprise des cours: les représentants des étudiants satisfaits    Les articles de la discorde    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Cinq jeunes intègrent l'équipe première    Amrani «content» de la reprise    Naceri à la Cour constitutionnelle    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Enfin un gouverneur !    Benkhelifa signe pour trois ans    "C'est irréalisable"    Un pari difficile    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Alger tente de reprendre la main au Sahel    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Béjaïa s'apprête à commémorer Octobre 88    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    On vous le dit    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 10 - 2019

La 15ème édition du Festival international du film du Sahara occidental, connu sous le nom de «FiSahara, a débuté mercredi dernier dans le camp de réfugiés d'Aousserd, sous le signe d'appel à «la cessation immédiate de la répression marocaine au Sahara occidental».
Inaugurée par le Premier ministre sahraoui, Mohamed Elouali Akeik, cette édition est dédiée aux Sahraouis résidant dans les zones occupées du Sahara occidental, qui subissent quotidiennement la répression brutale exercée par le régime marocain, et à tous les prisonniers politiques sahraouis injustement emprisonnés, a indiqué SPS. De nombreuses délégations étrangères de cinéastes et d'artistes internationaux, de différents pays du monde, ont répondu présents à cet évènement durant lequel le public suivra, du 16 au 20 octobre, différentes projections de films dont la plupart évoqueront la réalité du peuple sahraoui et de ses souffrances.
Le 15ème Festival a été marqué, durant sa première journée, par la projection du film «Champions», en présence des ambassadeurs des trois prix Goya (récompenses de cinéma décernée par l'Académie des arts et des sciences cinématographiques d'Espagne), dont ceux ayant remporté le prix du meilleur film, Jesus Lago et Alberto Nieto, qui se sont rendus à FiSahara pour participer aux différentes activités de la manifestation. Parmi celles-ci, la réalisation de deux ateliers d'expression du corps social dans une école d'Aousserd et dans un centre pour personnes handicapées à Smara.
La chanteuse et guitariste espagnole Rozalen, accompagnée par un interprète en langue des signes, Beatriz Romero, effectueront, pour leur part, des animations de musicothérapie. Ces ateliers seront organisés grâce à la collaboration d'une fondation espagnole, qui fera à l'occasion un don de matériel pédagogique artistique aux écoles du camp grâce à un accord de collaboration avec FiSahara. C'est la première fois que FiSahara travaille sur les thèmes de «l'handicap et de l'inclusion».
Une visibilité internationale à la situation du peuple sahraoui
FiSahara offrira durant les quatre jours plusieurs projections de films internationaux. Outre la diffusion du film intitulé «Les Champions», le public sahraoui aura la possibilité d'apprécier le long métrage sortis récemment, en Espagne, «Handia», réalisé par Aitor Arregi et Jon Garao et lauréat du prix Goya du meilleur film en 2018. Des projections seront organisés aussi au profit des enfants sahraouis avec un choix ciblé de thématique les concernant. En plus d'être une fenêtre sur le monde qui rend visible la cause sahraouie, FiSahara devient désormais une plate-forme d'inclusion et de développement dans les camps de réfugiés.
Il constitue depuis sa création quinze ans une fenêtre au cours de laquelle cinéma et culture abordent la situation des jeunes sahraouis nés dans les camps et qui n'ont jamais vu le cinéma sur grand écran.
Le chef du département Cinéma au ministère de la Culture de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Omar Ahmed, a fait savoir, dans ce contexte, que «le FiSahara est bien plus qu'un festival». «Cet évènement donne une visibilité internationale à la situation du peuple sahraoui», a-t-il souligné. La tenue du Festival est rendue possible grâce à la collaboration du ministère de la Culture sahraoui avec le soutien de la Coordination nationale des associations de solidarité avec le peuple sahraoui (CEAS - Sahara).
L'objectif de cette manifestation est de permettre d'attirer l'attention de la communauté internationale par le biais du cinéma sur la grave situation vécue dans les villes du Sahara occupé et les camps de réfugiés, rendue invisible par la politique d'isolement imposée par l'occupant marocain au Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.