Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mur des lamentations, réseaux de prostitution et tourisme sexuel
Normalisation des EAU avec Israël
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 12 - 2020

La normalisation des Emirats arabes unis avec l'entité sioniste ne ressemble à aucune autre normalisation dans le monde arabe. Aucune résistance n'est affichée par la population locale, inversement aux cas égyptien, jordanien, et dernièrement marocain et soudanais. On y voit des familles émiraties qui se targuent d'accueillir des familles de colons chez elles. Alors que les autorités signaient sans perdre de temps des accords bilatéraux dans les domaines sécuritaires, d'investissement, de commerce, ainsi que dans les secteurs bancaire, touristique et de l'aviation.
Sans aucun égard pour les sentiments des Palestiniens ou des musulmans, un richissime membre de la famille royale d'Abu Dhabi, Cheikh Hamad ben Khalifa al-Nahyane, s'est acquis 50% du club de football israélien Beitar. Celui-ci est connu pour son racisme anti arabe et anti islamique. Début décembre, des images vidéos postées sur la Toile ont montré une petite muraille aux Emirats, transformée en mur des lamentations, avec des gens qui y effectuent la prière juive. L'un d'entre eux est vêtu d'une djellaba comme c'est bien visible dans la vidéo. A Dubaï, devrait être édifié un projet résidentiel juif comprenant entre autre la première synagogue et un restaurant servant des aliments selon la religion juive. D'après le quotidien israélien Israel Hayom, il est financé par l'homme d'affaires israélien Haïm Weizman, qui se trouve sur place, en collaboration avec un Syrien dont l'identité n'a pas été divulguée. Le mardi 15 décembre, le site désigné pour la mise en place du projet a été inauguré par l'introduction du rouleau de la Torah et l'installation d'une Mezouzah, un objet de culte juif que les juifs fixent aux chambranles des portes des lieux d'habitation permanente pour leur assurer la protection divine. Sans oublier que les EAU sont aussi le pays qui a suspendu les visas à 13 pays arabes au moment où ils lançaient un processus pour délivrer des visas aux touristes israéliens. Justement, l'affluence de ces touristes vers Dubaï et Abu Dhabi est aussi sans précédent.Depuis la signature des accords à la mi-septembre, 50.000 y ont voyagé, selon les médias israéliens. Dubaï est prisée par les Israéliens pour son tourisme sexuel, rapporte le quotidien israélien Yediot Ahronot.Dans une enquête qui devrait être publiée le vendredi prochain, le journal rend compte « d'un phénomène dégoutant de groupes de jeunes israéliens qui se rendent à Dubaï pour avoir des relations sexuelles avec le plus grand nombre de prostituées » dans des hôtels 5 étoiles de la ville ou dans des appartement luxueux. Il s'agirait surtout d'hommes travaillant dans le High-Tech. Ces réseaux de prostitution sont régis par des mafias israéliennes qui fréquentent les Emirats bien avant la conclusion des accords de normalisation. Ils s'y rendaient avec des passeports européens, et y avaient collaboré avec des hommes d'affaires locaux, indique la chaine 12 de télévision israélienne. Cette dernière précise qu'il s'agissait à l'origine de mafias de trafic de cocaïne qui se sont recyclées dans la prostitution vu qu'aux EAU, le trafic de drogue est passible de la peine capitale. Ils ressemblent aux mafias qui ont travaillé en Roumanie, en Hongrie, puis en Ukraine et en Pologne. «Les autorités ferment les yeux parce qu'elles considèrent que cela fait partie de l'industrie et elles en profitent. C'est de l'argent propre pour elles. Nous ne payons pas d'impôts et les bénéfices générés par les mafiosis israéliens et locaux sont énormes. Parfois plusieurs millions par mois si ce n'est plus», a raconté un Israélien impliqué dans l'industrie du sexe aux EAU pour la chaine 12. Un touriste également israélien, Irane, qui voyage fréquemment aux EAU a assuré pour cette télévision que Dubaï est devenu «le plus grand centre de prostitution, surclassant Bucarest». Selon un autre Israélien, Mikha, les Israéliens ont détruit cet endroit. « Je peux dire aux femmes d'Israël que si votre mari vous dit qu'il veut se rendre à Dubaï, faites tout ce que vous pouvez pour qu'il ne le fasse pas», a-t-il averti. Source :

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.