L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes
Le prix du pétrole dépasse les 69 dollars le baril à la clôture du marché
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 03 - 2021

Les prix du pétrole sont au plus haut niveau en deux ans. Ils ont dépassé la barre des 69 dollars le baril. Ce vif rebond survient après la 14ème réunion interministérielle, tenue jeudi dernier, entre les 23 pays signataires de la Déclaration de Coopération durant laquelle, les participants ont décidé de maintenir les seuils de production actuels jusqu'au mois d'avril prochain, avant l'ouverture modérée du robinet de l'or noir par la suite.
Cette démarche prudente et la décision de l'Arabie saoudite de prolonger la baisse de ses extractions de pétrole d'un million b/j pour le mois prochain afin de soutenir les prix du pétrole, redonne de l'espoir aux investisseurs du secteur qui souffrent de manque de perspectives depuis plusieurs mois. Grâce aux engagements pris par les pays membres de l'Alliance pour réguler les prix du pétrole, le marché connaît un progrès significatif et les investisseurs reprennent confiance. L'arrivée de la pandémie du Covid-19 n'a fait qu'aggraver la situation, déjà fragile des pays exportateurs du pétrole, notamment, les petits producteurs, à l'instar de l'Algérie qui a vu sa production de brut chuter de plus de 14%. Après une année de sacrifice et de persévérance, les prix retrouvent des couleurs, portés par un espoir d'une accélération de la demande de brut et surtout la reprise rapide de l'activité économique internationale. Les investisseurs restent attentifs à cette évolution, loin des spéculations, inutiles pour un retour à l'investissement actif. Tel est le cas des compagnies des hydrocarbures.
A la clôture du marché pétrolier, avant-hier, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a progressé de 3,9 % à Londres, se stabilisant à 69,36 dollars, alors que celui du baril américain de WTI pour avril a gagné 3,5 %, soit 66,09 dollars, le plus haut niveau en 22 mois. En seulement deux jours, les prix du pétrole ont augmenté de près de 4%, soutenus particulièrement par le recul inattendu du pétrole brut mis sur le marché mondial ainsi que le retour progressive de la demande avec la reprise de certaines activités stratégiques. Les prix du pétrole poursuivront leur ascension durant les prochaines semaines, ont convenu certains analystes et experts du domaine. Cette tendance haussière sera notamment encouragée par le ralentissement dans la production, décidée par certains pays membres de groupe informel Opep+ ou d'autres pays producteurs, à l'instar du Canada qui prévoit de mettre au ralenti sa production. Egalement, l'Arabie saoudite qui a opté pour la baisse de ses volumes de production pour absorber l'offre et créer un peu d'équilibre dans le marché pétrolier.
Ces réductions auront un impact direct sur la demande en resserrant davantage l'approvisionnement du marché et répondre à la demande actuelle en la matière qui provient des pays asiatiques. La décision de maintenir les seuils de production de pétrole actuel jusqu'au mois d'avril a été bien accueillie par les investisseurs, inquiets et préoccupés par l'évolution de la situation sanitaire du Covid-19 et le manque de perspectives d'investissements en partenariats en raison du maintien de la fermeture des frontières. Les compagnies pétrolières mondiales sont de plus en plus gagnées par le pessimisme et l'incertitude et s'accrochent à l'espoir de l'éradication de ce virus dans les plus brefs délais. D'autre part, les analystes avaient exprimé leur crainte quant aux divergences entre les deux poids lourds de l'Opep+, la Russie et l'Arabie saoudite, qui peuvent influencer les volumes de leur production.
Des divergences qui ont eu un effet négatif et surtout immédiat sur les prix du marché pétrolier, dans le passé. Les deux pays ont, depuis plusieurs mois, enterré la hache de guerre et ont décidé de coopérer afin de soutenir le marché pétrolier en crise depuis des mois et surtout réduire l'onde de choc qui a affecté lourdement les petits producteurs de cette matière première, à l'instar de l'Algérie qui s'est toujours conformée à la baisse des quotas. Lors de la 14ème réunion Opep+, les pays membres ont décidé une ouverture modérée du robinet de brut à partir du mois d'avril. Il a été convenu d'excepter la Russie et le Kazakhstan qui peuvent augmenter leur production de 150.000 b/j, alors que Ryad a opté pour la baisse volontaire de ses extractions d'un million le mois prochain, ce qui a eu une onde de choc sur le marché pétrolier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.