Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole : Les prix du Brent et du WTI continuent à dégringoler
Publié dans Le Maghreb le 12 - 11 - 2018

Pris en étau entre un bond de la production chez quelques géants du pétrole, des sanctions contre l'Iran moins sévères que prévu et des doutes sur la demande à venir, les cours de l'or noir ont continué à plonger vendredi.
Le prix du baril new-yorkais WTI a reculé pour la dixième séance de suite, de 48 cents à 60,19 dollars, enregistrant à l'occasion sa plus longue série de baisse depuis les années 1980. Il a perdu plus de 21% depuis son récent pic, le 3 octobre.
Le prix du baril de Brent, coté à Londres, est passé en cours de séance sous la barre des 70 dollars pour la première fois depuis avril avant de se redresser un peu. Il a terminé en baisse de 47 cents à 70,18 dollars.
Début octobre, les prix du pétrole avaient pourtant culminé à leur plus haut depuis quatre ans, à 86,74 dollars pour le Brent et à 76,90 dollars pour le WTI, alors que les marchés craignaient de voir le deuxième volet des sanctions américaines contre Téhéran faire chuter le volume d'or noir disponible.
En effet, en sortant de l'accord sur le nucléaire iranien, l'administration américaine avait affirmé vouloir abaisser les exportations iraniennes à zéro baril.
Mais, au dernier moment lundi, Washington a assoupli son message et accordé des exemptions à huit importateurs de pétrole iranien, ce qui va permettre à l'Iran de continuer d'exporter une partie de ses extractions.

Nouvel effort de l'Opep ?
En outre, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, avaient décidé en juin d'assouplir leur accord de limitation de la production afin de répondre aux inquiétudes des investisseurs.
Les Etats-Unis ont aussi ouvert grand les vannes ces derniers mois, la production y grimpant selon les derniers chiffres hebdomadaires au niveau record de 11,6 millions de barils par jour. Les stocks de brut y ont gonflé sans discontinuer au cours des sept dernières semaines.
Parallèlement, les inquiétudes sur la vigueur de la demande de pétrole se multiplient.
"La croissance de la Chine commence à ralentir", a commenté Cailin Birch, analyste chez The Economist Intelligence Unit.
"De même, des résultats trimestriels un peu ternes aux États-Unis soutiennent l'idée que les tensions commerciales pèsent sur les groupes américains", a-t-elle ajouté.
"On a vu les marchés financiers s'effondrer en octobre; et il y a toujours une petite corrélation avec la demande en énergie", a aussi relevé Robert Yawger de Mizuho.
Face à la dégringolade des prix, les pays qui se sont fixé des objectifs de production devraient en envisager une baisse lors d'une réunion de suivi de l'accord, dimanche à Abou Dhabi.
Même si aucune décision ne sera officiellement prise avant la réunion plénière de l'Opep en décembre à Vienne, "il ne leur coûtera pas grande chose de dire qu'ils réfléchissent à réduire leurs extractions ou que le sujet sera sur la table à Vienne", a avancé M. Yawger.

Hésitations saoudiennes
Pour l'Opep, il s'agira de réaffirmer son rôle de régulateur du marché. En s'alliant à d'autres producteurs, dont le géant russe, fin 2016, l'Organisation avait réussi à faire remonter les prix de l'or noir.
Mais des considérations géopolitiques pourraient compliquer la tâche de l'Opep. L'Arabie saoudite, en sa qualité de premier exportateur mondial, est un membre fondateur et la figure de proue de l'Organisation.
Mais un think tank proche du pouvoir saoudien travaillerait sur les conséquences d'une sortie du pays du cartel, selon le Wall Street Journal.
"Cela illustre un changement sismique dans le marché du pétrole, le centre de gravité n'est plus à Ryad mais à Houston", au Texas, cœur de l'industrie pétrolière américaine, a commenté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.
Selon lui, l'Arabie saoudite, qui voit la production américaine de pétrole de schiste dépasser celle du royaume et amoindrir le pouvoir de l'Opep sur le marché, envisagerait donc une libéralisation de son industrie pétrolière.
Par ailleurs, les relations américano-saoudiennes sont tendues. Le président Donald Trump avait fortement critiqué l'Opep en raison du niveau élevé des prix du pétrole, et les deux pays se sont également opposés après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Ordre dispersé en Asie
Les cours du pétrole réagissaient en ordre dispersé vendredi en Asie dans un contexte d'inquiétudes sur un trop plein d'offre.
Vers 03h40 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, perdait 12 cents à 60,55 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, gagnait quatre cents à 70,69 dollars.
"Nous sommes dans un marché baissier, les cours continuer de chuter du fait des inquiétudes sur l'offre, malgré une demande solide venue de Chine. Mais bien sûr on pourrait l'attribuer au fait que Pékin veuille se constituer des stocks avant l'entrée en vigueur des sanctions contre les exportations iraniennes", a déclaré Stephen Innes, analyste chez Oanda.
Les cours accusaient le coup de l'augmentation de la production américaine à 11,6 millions de barils d'or noir chaque jour, ce qui pourrait faire de l'ombre à une réunion dimanche à Abou Dhabi de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie. Les niveaux de production devraient figurer en tête des discussions.
"Quand on ajoute le fait que l'Arabie saoudite et la Russie augmentent leur production depuis le mois de juin, on comprend que les baissiers tiennent le haut du pavé", a ajouté M. Innes. Outre les données sur la production, l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) a fait état d'une hausse bien plus forte que prévu -- près de 38 millions de barils -- des réserves de brut aux Etats-Unis lors de la semaine s'achevant le 2 novembre.
L'impact modéré des sanctions sur le secteur pétrolier iranien en raison d'exemptions temporaires pour de gros acheteurs comme la Chine, l'Inde et le Japon, pèse également sur les cours, selon les analystes.
Depuis début octobre, le pétrole coté à New York a perdu plus de 20%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.