"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les législatives ne devraient pas constituer un frein à des initiatives politiques»
Youcef Aouchiche, Premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS) :
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 04 - 2021

Le Premier secrétaire du Front des Forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, a estimé, avant-hier vendredi, à Alger, que l'élection des nouveaux membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) du 12 juin prochain ne devrait pas constituer un frein à la recherche d'une solution politique globale et démocratique.
«L'Algérie a besoin d'apaisement afin de pouvoir construire un front intérieur solide susceptible de faire face à toutes les manœuvres internes et externes qui visent à attenter à son unité nationale, à affaiblir l'Etat et à saper sa souveraineté», a-t-il indiqué. Intervenant à l'ouverture de la convention nationale de son parti tenue à Sidi-Fredj (Alger), Youcef Aouchiche a, à l'occasion, recommandé au pouvoir politique de se prévaloir, surtout dans ce contexte de fragilité politique et institutionnelle, d'un sens élevé des responsabilités. «Le sens de l'Etat exige de rompre avec les vieux schémas autoritaires et de renoncer aux méthodes de gestion bureaucratiques et policières des affaires publiques et de la société», a observé le Premier secrétaire du plus vieux parti de l'opposition non sans s'en prendre, au passage, à ceux qui prônent des positions populistes, nihilistes et d'exclusion.
Exprimant, à l'occasion, son regret du fait que les élites politiques ne soient pas parvenues à transformer les revendications du mouvement populaire en un projet politique. Pour Youcef Aouchiche, le populisme et les discours nihilistes qui sapent le moral de nos concitoyens, nous éloignent de plus en plus de la solution politique, invitant, à l'occasion, à redonner toutes ses chances à la politique. «Il n'est pas trop tard pour tirer les leçons des expériences désastreuses qui ont nourri le désespoir, la défiance et la révolte», a-t-il poursuivi. Rappelant que le FFS ne cessera pas de réclamer l'instauration d'un vrai dialogue inclusif pour bâtir un consensus national autour d'un programme politique, économique et social qui propulsera le pays au rang des nations développées et prospères.
Si le mouvement populaire pacifique du 22 février 2019 d'une ampleur exceptionnelle a mis fin à l'une des pires séquences politiques depuis l'indépendance qui a failli provoquer l'effondrement du pays, les élites politiques patriotiques, a regretté le Premier secrétaire du plus vieux parti d'opposition, ne sont pas parvenues à transformer cet élan historique en un projet politique. Estimant que les Algériennes et les Algériens ont besoin de leur redonner confiance et espoir et cela ne peut se réaliser qu'à travers un projet politique national consensuel.
Le FFS est disposé à explorer avec des partenaires politiques, syndicaux et associatifs toutes les possibilités de sortie de crise qui préserve l'Algérie comme Etat et comme nation», a ajouté Youcef Aouchiche. Rappelons que la question de la participation ou non aux élections législatives du 12 juin prochain devait être tranchée lors de la session extraordinaire du Conseil national programmée pour hier samedi. Et qu'une pétition signée par plus de 200 militants et cadres, dont Ahmed Djedaï et Nabila Smail, rejette la participation du FFS à ce rendez-vous électoral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.