"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat résolu «à développer l'industrie pharmaceutique et garantir la sécurité sanitaire»
Forum : «Industrie pharmaceutique, stratégie et défis»
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 04 - 2021

«La crise sanitaire qu'a connue l'Algérie à l'instar des autres pays du monde entier était une occasion pour tirer les leçons et les enseignements, d'où la nécessité d'opérer des réformes profondes sur le système de santé en termes de sa réorganisation et de la révision de la méthode de sa gestion ainsi que de la qualification et de la formation de son capital humain», a déclaré, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, dans son discours de clôture du Forum : «Industrie pharmaceutique, stratégie et défis», organisé au Centre international des conférences (CIC) Abdellatif Rahal, sous le Haut patronage du Président Abdelmadjid Tebboune.
Il a souligné, aussi, le rôle de premier plan de l'industrie pharmaceutique dans la lutte «pragmatique et rationnelle» contre la crise du Covid-19, affirmant, à l'occasion, «la détermination du Gouvernement à développer une véritable industrie pharmaceutique à même de diversifier l'économie et garantir la sécurité sanitaire». Selon lui, «la création du ministère de l'Industrie pharmaceutique se veut une autre preuve de cette volonté». L'Etat veut favoriser l'autonomie et la résilience de ce secteur qui s'est, malgré les failles relevées par la crise sanitaire du Covid-19, adapté rapidement à la situation. La production pharmaceutique se transforme, progressivement, et incite les pouvoirs publics à réfléchir à une nouvelle stratégie efficace pour investir d'avantage dans le développement et la fabrication du médicament. Ainsi, soutenir la recherche, l'innovation, le développement et la production du médicament. Cette maîtrise permet de relever les enjeux invisibles qui entourent ce secteur depuis des années. Son développement exige plus d'intérêt, d'organisation et de rigueur. Ces conditions ne peuvent être réunies sans la modernisation et la reconfiguration réelle du système de santé national, décousu.
En crise constante depuis des années : manque de moyens, d'équipements, d'infrastructures et surtout d'organisation. Et, l'arrivée de la pandémie du Coronavirus vient de remettre à jour toutes ses failles et de rappeler aux autorités l'importance de l'industrie pharmaceutique dans la lutte contre le virus. Les laboratoires pharmaceutiques ont contribué à la lutte contre le Coronavirus (fabrication de masques, des gels hydro-alcoolique...), couvrant ainsi la pénurie en la matière. Aujourd'hui, certains de ces mêmes laboratoires, à l'instar, de Saidal brille sur le front de la production et de la commercialisation du vaccin russe anti-Covid-19, qu'il devra produire localement, avec ses partenaires russes, dès septembre prochain. Pour prospérer, l'industrie pharmaceutique devra évoluer dans un environnement favorable et assaini.
Cet objectif viendra avec la mise en œuvre du plan de réforme inscrit dans le Plan d'action du Gouvernement. C'est ce qu'a réitéré, à l'occasion, le chef de l'Exécutif qui a estimé que «l'introduction de la réforme du système de santé au sein d'une approche globale et participative dans laquelle vont contribuer toutes les composantes de la famille du secteur et l'ensemble des partenaires des secteurs public et privé», mettant en avant la nécessité de développer ce secteur qui revêt une importance capitale pour l'économie nationale. «Je tiens à vous assurer de la détermination du Gouvernement à poursuivre les réformes initiées par l'Etat pour développer une véritable industrie pharmaceutique à même de diversifier l'économie nationale et de réduire sa charge sur la balance de paiements d'une part et garantir la sécurité sanitaire à nos concitoyens d'autre part», a-t-il poursuivi.
Pour le Premier ministre, la réforme du système de santé est déjà en marche, rappelant, à ce titre, «la création de l'Agence nationale de sécurité sanitaire chargée d'établir un diagnostic minutieux de la situation du système de santé, pour mettre en place des politiques publiques visant à parvenir à un système de santé moderne et développé, avec toutes ses dimensions». M. Djerad a réitéré l'engagement de l'Etat à mener jusqu'au bout le projet de réforme, précisant que, cette dernière «requiert une coordination étroite et permanente entre les ministères de la Santé et de l'Industrie pharmaceutique et constitue une condition sine qua non pour l'édification d'un système de santé moderne capable de répondre aux besoins incessants des citoyens en matière des services de santé avec la qualité requise».
Après plusieurs heures de débats et d'échanges sur la situation actuelle du système de santé national et des modalités du développement de l'industrie pharmaceutique, les participants ont conclu par l'élaboration d'une liste de huit recommandations. Parmi ces propositions figurent : «l'accélération de la soumission électronique, le développement du volet de la recto-vigilance ou encore l'amélioration de l'accès aux molécules innovantes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.