Un jeudi apocalyptique à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers la mise en place d'une charte
Gestion des ressources en eau
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Face au risque d'une pénurie de l'eau, le ministère des Ressources en eau opte pour une nouvelle vision de la gestion qui se concrétise à travers la mise en place d'une charte.
Cette dernière permettra d'économiser et de rationaliser l'utilisation de cette précieuse denrée qui se raréfie de plus en plus. En effet, le ministre des ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi, a révélé hier lors de son intervention sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale que «cette charte sera présentée aujourd'hui au Conseil interministériel (multisectoriels, ndlr)». Ces mesures de gestion interviennent, selon lui, dans le sillage d'une politique mise en place pour circonscrire l'effet du stress hydrique dû à une pluviométrie avare ces dernières années et lutter contre le gaspillage. «Cette option est inévitable pour déterminer efficacement l'usage rationnel des différentes sources de l'eau par ces temps de déficit pluviométrique», indique M. Mihoubi.
Il a expliqué dans ce sens que pour mettre en place avec succès cette charte, il faut effectuer d'abord une campagne de sensibilisation au niveau de plusieurs secteurs autour de cette charte, pour ensuite passer à la répression par le biais d'une police de l'eau». Ainsi, la police de l'eau sera instaurée en temps opportun, a souligné le ministre en ajoutant qu'elle agira à la base d'une loi, étant en cours de révision. L'intervenant a précisé toutefois que son département va commencer par soumettre une charte à différents secteurs pour enrichissement avec des actions concrètes et adoption. «Etant donné que cette police n'a pas ce pouvoir juridique d'agir, nous voulons donner, par le biais de cette loi, plus de force pour éradiquer ce fléau en régularisant ce qu'il y a à régulariser et éradiquer ce qu'il y a lieu de l'être, comme le piquage de l'eau, afin de lui donner plein pouvoir», note-t-il à cet égard.
Le ministre a affirmé que ce déficit sera, plus ou moins, rétabli, indiquant «ne plus se contenter des eaux de surface et l'objectif est d'aller vers l'eau non conventionnelle : eau souterraine, l'eau de mer dessalée, le recyclage de l'eau, etc». «La problématique du stress hydrique n'est pas nouvelle du fait que la région Sud de la Méditerranée est exposée, notamment notre pays, à un climat semi aride et le déficit tourne autour de 20-30% en moyenne depuis trois ans au moins», explique-t-il. «L'ensemble des régions du pays ont connu un déficit de pluviométrie depuis l'année dernière à l'exception de la région Est qui a connu un surplus de 2 %», a fait savoir le ministre en ajoutant que le taux de remplissage des barrages est de 28 %, 21 % pour le Centre, 28 % pour le Chelif et 67 % pour l'Est, soit un taux de remplissage national autour de 44 %.
Par ailleurs, M. Mustapha Kamel Mihoubi, a révélé l'intension des autorités du pays à «doubler le nombre des stations de dessalement de l'eau de mer (11 stations en activité actuellement, ndlr) à l'horizon 2030 pour arriver à 2 milliards de mètres cubes en matière d'eau non-conventionelle». En attendant le montage progressif de ces nouvelles stations, le ministre a fait part de l'option d'extension de celles d'El Tarf, de Béjaïa et d'Alger (celle d'El Hamma) qui va passer de 200 à 240 milles à titre d'exemple. «On est entrain de voir le montage financier de ces extensions», dit-il, ajoutant qu'il s'agit de solutions pratiques, rapides et faciles. «Les eaux de surface seront désormais destinées exclusivement à l'agriculture», relève-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.