Le procès au tribunal de Sidi M'hamed    FLN: 18 Membres du comité central exclus du parti    Tebbi et la pandémie    Les nouvelles approches de Benabderrahmane    Le gouvernement sur la corde raide    Les explications du docteur Kerrar    Entretiens de Lamamra au Caire et à Tunis    15 Militaires tués et 6 portés disparus après une attaque terroriste    Ghannouchi entre malaises et incohérences    Records et Chine en or    Les Américaines stoppées    Faute de vent, les finales reportées    L'aveu d'échec de Benbouzid    Le mis en cause condamné à 6 mois de prison avec sursis    Déclaration hebdomadaire de stock obligatoire    «Errances»: un voyage mythique    Une icône qui a marqué son temps    "Il n'y a aucune pénurie sur la farine et la semoule"    38 décés et 1.358 nouveaux cas en 24 heures    Hachemi Chérif, Précurseur et architecte de la double rupture !    Ouverture du procès de l'ancien wali de Tipasa Moussa Ghellai    Laouafi rejoint l'ES Sahel pour trois saisons    Guterres insiste sur le retrait de tous les mercenaires    89 terroristes abattus au Sinaï    CES PRODUITS EMERGENTS QUI BOOSTENT LES EXPORTATIONS    L'homme qui offre une bouffée d'oxygène    Confinement, plusieurs interpellations    L'AFFAIRE ENTRE LES MAINS DE LA JUSTICE    Le Maroc piétine la légalité internationale depuis des décennies    Lahoulou n'ira pas en finale    À Broadway, vaccination et masques obligatoires à la reprise    UNE DOUBLE CULTURE AU SERVICE DU REFORMISME    Chlef perd une mémoire, un repère et une conscience    Zinedine Ferhat joue contre Dijon    Bras de fer au barreau d'Alger    Ce qui nous a frappés ce dimanche    Enquête aux origines du mouvement national    Comment récupérer de l'argent pour respirer    JS Kabylie – NC Magra, pas avant le 10 août    Tiaret: 18 morts du Covid en deux jours    Aucun dégât matériel enregistré: Incendie aux Falaises    Richesses humaines ensevelies    "Nous respectons la souveraineté de la Tunisie et sommes solidaires avec son peuple"    Le plan d'action à l'ordre du jour    "L'objectif premier est de combattre la bureaucratie"    Une autre manoeuvre du roi du Maroc    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers la mise en place d'une charte
Gestion des ressources en eau
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Face au risque d'une pénurie de l'eau, le ministère des Ressources en eau opte pour une nouvelle vision de la gestion qui se concrétise à travers la mise en place d'une charte.
Cette dernière permettra d'économiser et de rationaliser l'utilisation de cette précieuse denrée qui se raréfie de plus en plus. En effet, le ministre des ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi, a révélé hier lors de son intervention sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale que «cette charte sera présentée aujourd'hui au Conseil interministériel (multisectoriels, ndlr)». Ces mesures de gestion interviennent, selon lui, dans le sillage d'une politique mise en place pour circonscrire l'effet du stress hydrique dû à une pluviométrie avare ces dernières années et lutter contre le gaspillage. «Cette option est inévitable pour déterminer efficacement l'usage rationnel des différentes sources de l'eau par ces temps de déficit pluviométrique», indique M. Mihoubi.
Il a expliqué dans ce sens que pour mettre en place avec succès cette charte, il faut effectuer d'abord une campagne de sensibilisation au niveau de plusieurs secteurs autour de cette charte, pour ensuite passer à la répression par le biais d'une police de l'eau». Ainsi, la police de l'eau sera instaurée en temps opportun, a souligné le ministre en ajoutant qu'elle agira à la base d'une loi, étant en cours de révision. L'intervenant a précisé toutefois que son département va commencer par soumettre une charte à différents secteurs pour enrichissement avec des actions concrètes et adoption. «Etant donné que cette police n'a pas ce pouvoir juridique d'agir, nous voulons donner, par le biais de cette loi, plus de force pour éradiquer ce fléau en régularisant ce qu'il y a à régulariser et éradiquer ce qu'il y a lieu de l'être, comme le piquage de l'eau, afin de lui donner plein pouvoir», note-t-il à cet égard.
Le ministre a affirmé que ce déficit sera, plus ou moins, rétabli, indiquant «ne plus se contenter des eaux de surface et l'objectif est d'aller vers l'eau non conventionnelle : eau souterraine, l'eau de mer dessalée, le recyclage de l'eau, etc». «La problématique du stress hydrique n'est pas nouvelle du fait que la région Sud de la Méditerranée est exposée, notamment notre pays, à un climat semi aride et le déficit tourne autour de 20-30% en moyenne depuis trois ans au moins», explique-t-il. «L'ensemble des régions du pays ont connu un déficit de pluviométrie depuis l'année dernière à l'exception de la région Est qui a connu un surplus de 2 %», a fait savoir le ministre en ajoutant que le taux de remplissage des barrages est de 28 %, 21 % pour le Centre, 28 % pour le Chelif et 67 % pour l'Est, soit un taux de remplissage national autour de 44 %.
Par ailleurs, M. Mustapha Kamel Mihoubi, a révélé l'intension des autorités du pays à «doubler le nombre des stations de dessalement de l'eau de mer (11 stations en activité actuellement, ndlr) à l'horizon 2030 pour arriver à 2 milliards de mètres cubes en matière d'eau non-conventionelle». En attendant le montage progressif de ces nouvelles stations, le ministre a fait part de l'option d'extension de celles d'El Tarf, de Béjaïa et d'Alger (celle d'El Hamma) qui va passer de 200 à 240 milles à titre d'exemple. «On est entrain de voir le montage financier de ces extensions», dit-il, ajoutant qu'il s'agit de solutions pratiques, rapides et faciles. «Les eaux de surface seront désormais destinées exclusivement à l'agriculture», relève-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.