Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    L'exemple de Constantine    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques
Alors que des pédiatres rassurent quant aux contaminations des enfants
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 01 - 2022

Le président de la Société algérienne d'Immunologie, le professeur Kamel Djenouhat, a appelé, hier lundi à Alger, à rendre accessible les tests antigéniques. Pour, a-t-il dit, une meilleure maîtrise de la propagation de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), notamment dans son dernier variant, Omicron, à forte contagiosité. « Le prix d'un test est hors de portée du citoyen, surtout lorsque plusieurs membres d'une même famille sont atteints », a-t-il observé. Rappelant, à l'occasion, la dernière instruction du président de la République lors de sa réunion avec le Comité scientifique appelant à rendre accessible à tout le monde les tests. Intervenant sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne, dont il était l'invité de la rédaction, le Pr Kamel Djennouhat a fait remarquer que la différence entre les deux n'est pas au niveau de la fiabilité mais plutôt la sensibilité.
« La seule différence est que le test PCR se positive un jour avant l'antigénique. Avec ce dernier variant du virus, l'Omicron le test antigénique ne se révèle positif qu'à partir du quatrième ou cinquième jour et il reste positif jusqu'à huit à dix jours », explique le président de la Société algérienne d'Immunologie. S'appuyant sur des statistiques de la situation sanitaire au niveau mondial et mettant en avant la forte contagiosité de ce variant pour expliquer que le nombre des contaminations a été multiplié par quatre en quelques jours, l'invité de la Rédaction de la Radio Chaîne III a reconnu que la situation demeure inquiétante. Bien que, dit-il encore, qu'elle (situation sanitaire, ndlr) soit maîtrisable. « Les structures sanitaires ne sont pas saturées. D'après l'Institut Pasteur, dans 60% des cas de contamination, il s'agit du variant Omicron, et on ira vers les 80% », affirme ce spécialiste.
Pour le Pr Kamel Djennouhat, le variant Omicron est certes moins virulent que les anciens variants, mais cela ne veut pas dire qu'il ne provoque pas de complications. « Ce variant (Omicron, ndlr), peut provoquer des complications », a encore observé le président de la Société algérienne d'Immunologie, faisant remarquer que cette non-virulence est due à plusieurs facteurs.»
« Le virus ne pénètre pas profondément dans les poumons et reste en haut de l'appareil respiratoire », dit-il encore.
Avant-hier dimanche, le président de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, le Pr Kamel Sanhadji, a indiqué que l'infection par le variant Omicron n'est actuellement pas dangereuse car l'immunité acquise après l'infection par Omicron protège contre le variant delta et d'autres. Qualifiant d'urgente la situation épidémiologique en Algérie.
« Le variant Delta est le virus dominant, mais que la propagation rapide d'Omicron a compliqué les choses », a-t-il dit sur les ondes de la Chaîne I de la Radio algérienne dont il était l'invité de l'émission « La matinale ».
De leur côté, des spécialistes en pédiatrie ont tenu à rassurer les parents quant aux contaminations des enfants par ce variant Omicron. S'agissant des risques sur cette frange de la population.
Hier lundi, le Dr Nawel Atidjal, spécialiste en pédiatrie, a appelé les parents à ne pas s'inquiéter en cas d'apparition de symptômes de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) chez leurs enfants. « Ces symptômes ne sont pas dangereux », a-t-elle indiqué.
Intervenant sur les ondes de la Chaîne I de la Radio algérienne dont elle était l'invitée de l'émission « La matinale », Dr Nawal Atidjal a fait remarquer que les symptômes sont similaires chez les enfants. « Il s'agit dans tous les cas, de la fièvre et de la toux. Ce qui est loin d'être inquiétant », dit-elle.
Relevant que le nombre de contamination chez cette frange de la population a connu une hausse considérable ces derniers jours, la pédiatre a appelé les parents à ne pas cacher la contamination de leurs enfants. D'autant plus, a observé Dr Nawal Atidjal, que ce n'est pas du tout une honte.
Avant-hier dimanche, le ministère de la Santé a fait état de deux mille cent trente-quatre (2.134) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19). « 1.020 guérisons et 14 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie », a noté la même source faisant remarquer que le total des cas confirmés s'élève ainsi à 236.670, celui des décès à 6.495 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 159.636.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.