Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les filles rêvent d'être ministre»
Souad Bendjaballah à la Chaîne III :
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 03 - 2010

C'est une femme membre du gouvernement qui le dit, Mme Souad Bendjaballah, ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique. Dans un entretien accordé à la Chaîne III de la Radio nationale dont elle était l'invitée de la rédaction, elle a mis l'accent, à l'occasion de la journée du 8 Mars, particulièrement sur la place occupée par la femme algérienne dans la recherche scientifique. Mme Bendjaballah cite les trois facteurs qui, à son avis, ont favorisé depuis l'indépendance de grands progrès : la démocratisation de l'enseignement qui a permis aux filles d'aller à l'école ; l'effort au niveau de l'enseignement supérieur qui fait qu'il n'y a pas de wilaya sans université, encourageant ainsi les filles à poursuivre leurs études et enfin l'effort mis sur la recherche scientifique. De plus, il y a, fait-elle observer, un bon encadrement législatif et réglementaire. D'où un taux de parité inversé au profit des filles. 40 % des chercheurs algériens sont des femmes, dit-elle, et dans certains secteurs cette proportion va jusqu'à 50 %, souligne-t-elle. Il existe, ajoute-t-elle, des centres de recherche comme l'Institut Pasteur, le Cerist ou le Crasc où 70 % des chercheurs sont des femmes. Elle déplore qu'au niveau des postes de responsabilité, cependant, il y ait moins de femmes. Ainsi, précise-t-elle, sur les 18 centres de recherche, deux seulement sont dirigés par des femmes et peu de femmes sont recteurs d'université. Cette contradiction s'explique selon elle par le fait que d'une part, l'université exclut la discrimination - des critères objectifs président au passage d'un grade à un autre, souligne-t-elle - mais que, d'autre part, les nominations aux postes de responsabilité dépendent d'un pouvoir discrétionnaire.
Elle constate que depuis dix ans, il y a des signaux très forts de la volonté politique favorables aux femmes. Son cas en est un, fait-elle remarquer. S'il y a un mouvement de promotion de la femme en Algérie, dit-elle, c'est grâce à la volonté politique mais la femme arrive difficilement à concilier vie professionnelle et vie politique. Pour cela, il faut des crèches, des cantines, des gardes, un accompagnement scolaire, le transport scolaire, toutes mesures qui aident les femmes à alléger leurs charges familiales, fait-elle observer. Elle constate en même temps que si la société a évolué, la classe politique n'a pas avancé. Elle appelle les partis politiques à établir une parité dans les listes des candidatures aux élections surtout au niveau local. A propos de la présence féminine au Parlement, elle note que lorsque leur composition a été établie par désignation, le taux de femmes a été plus élevé que dans les Assemblées nationales élues. La dernière Assemblée a enregistré un progrès sur ce plan, admet-elle. Elle cite en exemple le Sénat pour lequel un signal fort est donné par le président de la République qui respecte la parité dans le quota présidentiel.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.