Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Béjaïa s'apprête à commémorer Octobre 88    Alger tente de reprendre la main au Sahel    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    Enfin un gouverneur !    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    On vous le dit    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les filles rêvent d'être ministre»
Souad Bendjaballah à la Chaîne III :
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 03 - 2010

C'est une femme membre du gouvernement qui le dit, Mme Souad Bendjaballah, ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique. Dans un entretien accordé à la Chaîne III de la Radio nationale dont elle était l'invitée de la rédaction, elle a mis l'accent, à l'occasion de la journée du 8 Mars, particulièrement sur la place occupée par la femme algérienne dans la recherche scientifique. Mme Bendjaballah cite les trois facteurs qui, à son avis, ont favorisé depuis l'indépendance de grands progrès : la démocratisation de l'enseignement qui a permis aux filles d'aller à l'école ; l'effort au niveau de l'enseignement supérieur qui fait qu'il n'y a pas de wilaya sans université, encourageant ainsi les filles à poursuivre leurs études et enfin l'effort mis sur la recherche scientifique. De plus, il y a, fait-elle observer, un bon encadrement législatif et réglementaire. D'où un taux de parité inversé au profit des filles. 40 % des chercheurs algériens sont des femmes, dit-elle, et dans certains secteurs cette proportion va jusqu'à 50 %, souligne-t-elle. Il existe, ajoute-t-elle, des centres de recherche comme l'Institut Pasteur, le Cerist ou le Crasc où 70 % des chercheurs sont des femmes. Elle déplore qu'au niveau des postes de responsabilité, cependant, il y ait moins de femmes. Ainsi, précise-t-elle, sur les 18 centres de recherche, deux seulement sont dirigés par des femmes et peu de femmes sont recteurs d'université. Cette contradiction s'explique selon elle par le fait que d'une part, l'université exclut la discrimination - des critères objectifs président au passage d'un grade à un autre, souligne-t-elle - mais que, d'autre part, les nominations aux postes de responsabilité dépendent d'un pouvoir discrétionnaire.
Elle constate que depuis dix ans, il y a des signaux très forts de la volonté politique favorables aux femmes. Son cas en est un, fait-elle remarquer. S'il y a un mouvement de promotion de la femme en Algérie, dit-elle, c'est grâce à la volonté politique mais la femme arrive difficilement à concilier vie professionnelle et vie politique. Pour cela, il faut des crèches, des cantines, des gardes, un accompagnement scolaire, le transport scolaire, toutes mesures qui aident les femmes à alléger leurs charges familiales, fait-elle observer. Elle constate en même temps que si la société a évolué, la classe politique n'a pas avancé. Elle appelle les partis politiques à établir une parité dans les listes des candidatures aux élections surtout au niveau local. A propos de la présence féminine au Parlement, elle note que lorsque leur composition a été établie par désignation, le taux de femmes a été plus élevé que dans les Assemblées nationales élues. La dernière Assemblée a enregistré un progrès sur ce plan, admet-elle. Elle cite en exemple le Sénat pour lequel un signal fort est donné par le président de la République qui respecte la parité dans le quota présidentiel.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.