Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bande à Kanone ne sévira plus
Annaba
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 07 - 2010


Moins d'une semaine après les agressions et les cambriolages d'appartements et de locaux commerciaux, les policiers ont investi la cité Kouba et la place d'Armes. Sous la houlette du commissaire principal Zeghadnia Mohamed Salah, patron de la police judiciaire, les policiers ont effectué une descente dans le milieu des malfrats qui tiennent sous leur emprise ces deux quartiers devenus inaccessibles aux représentants de la loi. A l'interpellation d'une cinquantaine d'entre eux s'ensuivra l'identification des 12 auteurs d'attaques à mains armées, d'agressions et de violences, de vols, de violations de domiciles, de trafics de drogue et d'incitation de mineures à la débauche. Au moment de leur arrestation, plusieurs étaient armés d'épée, de sabre, de couteau de boucher et à cran d'arrêt et de haches. Ils écumaient la vieille ville, le cours de la Révolution et ses alentours, Kouba, Gassiot, Menadia, Beauséjour, baie des Corailleurs, Mont-Plaisant, leurs lieux de prédilection pour accomplir leurs méfaits. Sans foi ni loi, ils étaient encouragés par l'indifférence, voire la lâcheté des passants et des voisins. Les 12 malfrats n'hésitaient pas à s'attaquer en plein jour, au vu et de tout le monde, aux pères et mères de famille et aux jeunes filles qui ont eu le malheur de les rencontrer. Kanone est le surnom dont s'est affublé le chef de la bande de Kouba composée de 4 individus connus des services de sécurité et de la justice. Ils avaient pris possession de la ville et des quartiers huppés où ils avaient tissé leur réseau de renseignements sur les habitudes des habitants dont les appartements ou villas étaient ciblés pour être cambriolés, même occupés. C'est la même stratégie de renseignements que les policiers semblent avoir mis en application pour les appréhender. A la vieille ville notamment, un vaste dédale de rues et ruelles souvent glauques où les «planques» des recherchés par la loi succèdent aux recoins des drogués et des criminels, où les couloirs des bâtisses menaçant ruine sont autant d'itinéraires de fuite. Préalablement à l'opération d'interpellation et d'arrestation, les policiers avaient programmé plusieurs descentes. La guerre contre les repris de justice et les délinquants était ainsi engagée au début de ce mois de juin dans la commune du chef-lieu de wilaya. Chaque jour, à Kouba, à M'Haffeur, à la baie des Corailleurs, à la vieille ville, au Caroubier, le scénario du harcèlement se reproduisait inlassablement. La lâcheté de ceux qui se mettaient à plusieurs armés de couteau et de sabre pour agresser, tabasser jusqu'à laisser pour mort leur victime souvent une mère ou un père de famille, une jeune fille ou un jeune étranger à la ville, avait atteint la démesure. Comme des pleutres, ils sont descendus dans les caves des bâtiments de la cité Kouba où les ruines de la vieille ville sont hantées par les rats. Le harcèlement des policiers a apporté ses fruits jeudi dernier où les deux bandes, chacune de son côté, avaient cru que, comme de tradition, les éléments de la police judiciaire, fatigués de les rechercher, avaient laissé tomber. Et c'est sur les lieux mêmes où ils avaient l'habitude de se réunir pour raconter à d'autres délinquants leurs méfaits que ces malfrats seront pris. Ils avaient bien piètre mine devant le magistrat qui les interrogeait sur les actes qu'ils avaient commis et devant lequel ils n'ont pas hésité à balancer des acolytes activement recherchés. A l'issue de leur audition et leurs aveux, les 12 malfrats ont été placés sous mandat de dépôt. Il reste que sur le cours de la Révolution et dans les rues adjacentes, quelques délinquants spécialisés dans le vol de portables et les agressions de jeunes filles continuent toujours de sévir pour se réfugier dans les bas-fonds de ce vieux quartier d'histoires et à histoires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.