Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bande à Kanone ne sévira plus
Annaba
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 07 - 2010


Moins d'une semaine après les agressions et les cambriolages d'appartements et de locaux commerciaux, les policiers ont investi la cité Kouba et la place d'Armes. Sous la houlette du commissaire principal Zeghadnia Mohamed Salah, patron de la police judiciaire, les policiers ont effectué une descente dans le milieu des malfrats qui tiennent sous leur emprise ces deux quartiers devenus inaccessibles aux représentants de la loi. A l'interpellation d'une cinquantaine d'entre eux s'ensuivra l'identification des 12 auteurs d'attaques à mains armées, d'agressions et de violences, de vols, de violations de domiciles, de trafics de drogue et d'incitation de mineures à la débauche. Au moment de leur arrestation, plusieurs étaient armés d'épée, de sabre, de couteau de boucher et à cran d'arrêt et de haches. Ils écumaient la vieille ville, le cours de la Révolution et ses alentours, Kouba, Gassiot, Menadia, Beauséjour, baie des Corailleurs, Mont-Plaisant, leurs lieux de prédilection pour accomplir leurs méfaits. Sans foi ni loi, ils étaient encouragés par l'indifférence, voire la lâcheté des passants et des voisins. Les 12 malfrats n'hésitaient pas à s'attaquer en plein jour, au vu et de tout le monde, aux pères et mères de famille et aux jeunes filles qui ont eu le malheur de les rencontrer. Kanone est le surnom dont s'est affublé le chef de la bande de Kouba composée de 4 individus connus des services de sécurité et de la justice. Ils avaient pris possession de la ville et des quartiers huppés où ils avaient tissé leur réseau de renseignements sur les habitudes des habitants dont les appartements ou villas étaient ciblés pour être cambriolés, même occupés. C'est la même stratégie de renseignements que les policiers semblent avoir mis en application pour les appréhender. A la vieille ville notamment, un vaste dédale de rues et ruelles souvent glauques où les «planques» des recherchés par la loi succèdent aux recoins des drogués et des criminels, où les couloirs des bâtisses menaçant ruine sont autant d'itinéraires de fuite. Préalablement à l'opération d'interpellation et d'arrestation, les policiers avaient programmé plusieurs descentes. La guerre contre les repris de justice et les délinquants était ainsi engagée au début de ce mois de juin dans la commune du chef-lieu de wilaya. Chaque jour, à Kouba, à M'Haffeur, à la baie des Corailleurs, à la vieille ville, au Caroubier, le scénario du harcèlement se reproduisait inlassablement. La lâcheté de ceux qui se mettaient à plusieurs armés de couteau et de sabre pour agresser, tabasser jusqu'à laisser pour mort leur victime souvent une mère ou un père de famille, une jeune fille ou un jeune étranger à la ville, avait atteint la démesure. Comme des pleutres, ils sont descendus dans les caves des bâtiments de la cité Kouba où les ruines de la vieille ville sont hantées par les rats. Le harcèlement des policiers a apporté ses fruits jeudi dernier où les deux bandes, chacune de son côté, avaient cru que, comme de tradition, les éléments de la police judiciaire, fatigués de les rechercher, avaient laissé tomber. Et c'est sur les lieux mêmes où ils avaient l'habitude de se réunir pour raconter à d'autres délinquants leurs méfaits que ces malfrats seront pris. Ils avaient bien piètre mine devant le magistrat qui les interrogeait sur les actes qu'ils avaient commis et devant lequel ils n'ont pas hésité à balancer des acolytes activement recherchés. A l'issue de leur audition et leurs aveux, les 12 malfrats ont été placés sous mandat de dépôt. Il reste que sur le cours de la Révolution et dans les rues adjacentes, quelques délinquants spécialisés dans le vol de portables et les agressions de jeunes filles continuent toujours de sévir pour se réfugier dans les bas-fonds de ce vieux quartier d'histoires et à histoires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.