Sahara occidental: l'Algérie déplore l'incapacité de la Minurso à remplir sa mission    France-Allemagne : Les compositions probables    Football: la sélection du Liberia à pied d'oeuvre à Oran    Le Real prêt à chiper une cible du FC Barcelone ?    BEM à Alger: les épreuves débutent dans de bonnes conditions    La feuille de route du nouveau gouvernement    FLN, MSP et RND sur le podium    Les premiers résultats donnent le MSP en tête, suivi du Front El Moustakbal    Bonnes nouvelles du front pétrolier !    Les Canaris se compliquent la tâche en Ligue 1    Quatorze joueurs boudent la reprise des entraînements    À cause de l'Algérie, le sélectionneur sur la sellette    «L'APN doit veiller à l'indépendance de la justice»    Saisie de 4,1 kg de kif et arrestation de 13 personnes    Un espace public pour la vaccination contre la Covid-19    Mini-donuts    Youcef Lahrèche, un artiste impliqué dans la promotion de l'image touristique du Sud    Comédie, psychodrame et Histoire    Les gérants des salles des fêtes reviennent à la charge    L'Anade sensibilise les jeunes bénéficiaires de terre agricole    "La fin d'une des pires périodes du conflit", selon les Palestiniens    VERNISSAGE DE LA 3e EXPOSITION "INTRAMUROS" À DAR ABDELTIF    Azouz Begag ou la recherche de soi    "Tourisme et Voyages" met l'Algérie en haut de l'affiche    Le 21e Festival culturel européen à partir du 24 juin à Alger    Sit-in des souscripteurs du Q23 devant le siège de l'AADL    Bouira : Le programme PASA à la rescousse de l'oléiculture    Brésil : Tite loue les qualités de l'extraordinaire Neymar    52 personnes mortes noyées depuis le 1er mai    Deux entreprises installées: Relance prochaine du projet de 600 logements sociaux d'Es-Sénia    El Tarf: Des opérations pour améliorer l'alimentation en eau potable    ANIE et probité des élections: Des partis recadrés    Vainqueur avant l'heure ?    SADEG : des milliards de créances impayées    G7 et confrontation d'intérêts    Retrait d'accréditation à France 24: Paris «regrette» la décision d'Alger    À quand une «police de l'eau»?    L'euro et le dollar flambent    Moscou souligne la détérioration des relations    Les annonces de l'ambassadeur russe    101 migrants partis de Libye secourus par la Tunisie    La JSK piégée par l'USB    Le clou des forces étrangères    La faillite de l'islamisme officiel    Des candidats malheureux crient à l'arnaque    Les 11 députés connus    Des femmes latinas qui s'imposent à Hollywood    Décès du poète et traducteur irakien Saâdi Youssef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: Mansouriah Ghezlaoui ne repose pas à Sidi Senouci
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2009

Contre toute attente et alors que le cimetière de Sidi Senouci de Aïn Ouazouta, non loin de Sidi Daoudi, se tenait fin prêt pour accueillir la dépouille de la mère du président de la République Abdelaziz Bouteflika, la défunte Mansouriah Ghezlaoui (Bendi Abdellah), décédée à l'âge de 90 ans dans la nuit même de la célébration du 47e anniversaire de l'indépendance, voilà qu'était annoncé par voie de presse (dépêche de l'APS) son enterrement (lundi 6 juillet) au cimetière Zidek de Ben Aknoun sur les hauteurs d'Alger. Et pour cause. Dès l'annonce de la nouvelle nécrologique, le site funéraire, qui était quelques jours auparavant inaccessible aux visiteurs à cause des mauvaises herbes qui l'envahissaient avec tous les aléas inhérents (serpents, difficulté de localisation des tombes, feux de brousse, risque de chute...), fut littéralement investi par une armée d'agents communaux qui lui «dédièrent» un lifting en règle pour la circonstance.
Mais c'était sans compter sur les voies impénétrables du protocole. En tout cas, Mansouriah ne reposera pas dans le carré des Bendi, ni celui des Benseghir, Kerzabi ou Terfous... Dans ce cadre et généalogie oblige, un deuil «officieux» sera marqué à travers un programme «adapté» pour la circonstance de la radio locale et l'annulation intempestive du festival «Les nuits andalouses» (APC) ainsi que le déplacement d'une délégation officielle conduite par le wali pour assister aux obsèques à Alger.
Mansouriah Ghezlaoui (dont le prénom signifie victorieuse et le nom tirerait son origine des Béni Ghezli «fileurs de laine de mouton» dans la région de Tlemcen) naquit au début des années 1900 dans la périphérie (hawz) de Tlemcen, et plus exactement à Sidi Daoudi «Ben N'çar fakkak men hçal», le premier saint patron de la ville, avant Sidi Boumediène (originaire de M'sila, la cité de Boudiaf) qui fut l'illustre exégète de Sahih El Boukhari. A noter au passage que l'environnement du sanctuaire éponyme se trouve dans un état lamentable au moment où la capitale des Zianides va être la destination d'un grand pèlerinage en 2011... Mansouriah était l'aînée de la famille. Elle aidait sa mère Yamina dans le ménage et dans l'éducation de son frère Boumediène et ses deux soeurs Aouicha et Mama. Son père était à ce moment-là un travailleur agricole (fellah). Elle se maria avec Ahmed Bouteflika, un commerçant de Nedroma, qui dut quitter Tlemcen suite à la répression coloniale pour trouver refuge au Maroc où il décéda en 1958. Elle eut 5 garçons avec lui, Abdelaziz, l'aîné (2 mars 1937 à Oujda), Abdelghani (1940), Mustapha (1953), Abderrahim (1956) et Saïd (1958), le cadet, outre une fille, Latifa (1955), tous nés à Oujda où la maison des Bouteflika se trouverait à l'angle de la rue de Nedroma au n°6, non loin de la mosquée dite des N'darma (les Nedromis). Mansouriah Ghezlaoui appartient en fait à la famille Bendi Abdellah dit Bendi Allel, un ex-général de l'armée de l'émir Abdelkader déporté lui aussi à Amboise... A Tlemcen, la défunte avait un «pied à terre» au sein d'une villa dans le quartier résidentiel de Bab Wahran, à quelques encablures du siège de la wilaya. Lors de ses séjours dans sa ville natale, elle ne manquait pas de descendre à Sidi Daoudi mue par la nostalgie et en quête de la baraka du saint. Elle ne revenait jamais à Alger sans s'approvisionner en «kaâk» (gimblette) qu'elle adorait.
Mansouriah chérissait Abdelaziz qui lui rendait la pareille en venant se «ressourcer» auprès d'elle. «Allah hali klamek, oua ali alamek oua yahlek dalamek» était la formule de bénédiction consacrée que la défunte prononçait à son adresse à chaque fois que son fils (président) lui rendait visite avant une mission donnée. Il faut souligner que cette prière était en usage dans le milieu tlemcénien, en l'occurrence chez les femmes qui étaient très pieuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.