Drame de Melilla/Nador: le Maroc épinglé devant le Comité des travailleurs migrants de l'ONU    Foot/Qualifications CAN-2023: résultats complets de la 4e journée    L'Algérie a réussi à adopter une politique de santé nationale efficiente    Gouvernement: une communication sur la mise en place de l'ANAC    Ligue 2 (23e journée) : JSM Tiaret-SC Mecheria et US Souf-NRB Teleghma, chaudes empoignades pour la course à l'accession    Organisation des chambres du Parlement: adoption du projet de loi organique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie à Vienne    Veillées de Ramadhan: Bouira retrouve son ambiance nocturne    Les Palestiniens commémorent jeudi le 47e anniversaire de la Journée de la terre    Mise en échec de tentatives d'introduction de plus de 18 quintaux de kif traité via les frontières avec le Maroc    Fédération algérienne de handball: l'AG ordinaire samedi à Alger    Guerre de libération nationale: un élève de Jijel produit un court métrage    Renforcement du système juridique national: orienter la société sur la voie de l'édification de l'Algérie nouvelle    Création à Guelma de la 1ère plateforme de préparation des produits agricoles à l'exportation    Boumerdes : lancement des travaux de réalisation d'une station de dessalement d'eau de mer à Cap Djinet    Tirer des leçons des sacrifices des chouhada pour saisir la valeur de l'unité nationale    Portugal : Ronaldo n'est pas encore fini    Carton plein pour les Verts    Cyclisme : Le Challenge Ramadhan à partir du 1er avril à Oran    Qualifications CAN-2023 - Niger-Algérie (0-1) : mission accomplie pour les Verts    Des banques au top ?    La France ingouvernable ?    Misserghine et Es-Sénia: Les chantiers de réalisation de 3.700 logements AADL et LPA lancés    Zemmouri El Bahri ou le Port aux poules    La grandeur et la pertinence du mois sacré    Des repas et des colis pour les nécessiteux    El-Oued: Un réseau de vol de voitures démantelé    Batna: 14 hectares ravagés par les flammes    Avec l'arrivée d'autres marques: Vers une baisse des prix des véhicules Fiat    Plusieurs atouts en faveur de l'Algérie: Cap sur l'hydrogène vert    Caméra gâchée !    Plusieurs théâtres ouvrent leurs portes    La 16e édition s'ouvre demain    Instituts Cervantès d'Alger et d'Oran « Nuits du Ramadhan »    Algérie-Libye: les moyens de renforcer les relations bilatérales évoqués    Le moudjahid et ancien ministre Sassi Laamouri n'est plus    «Le journaliste est redevable juridiquement en cas de délit de droit commun»    Finance islamique, près de 594 milliards DA de dépôts jusqu'à fin 2022    La nouvelle stratégie de la recherche scientifique s'appuie sur la commercialisation des innovations    La deuxième vice-présidente du gouvernement espagnol exprime son soutien à la cause sahraouie    La Jordanie condamne l'annonce par l'occupation sioniste de la construction de nouvelles colonies    L'occupant marocain continue de cibler les activistes et journalistes sahraouis    Administration locale : des promotions et des mutations    Maroc: Agression de migrants soudanais par des bandes criminelles    El Tarf: Les soirées animées de retour    Les vérités rectilignes    Boxe/Championnats du monde féminins: Imane Khelif disqualifiée pour «raisons médicales»    De l'Algérie de Bouteflika à l'Algérie de 2023: la permanence du système politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tlemcen: Mansouriah Ghezlaoui ne repose pas à Sidi Senouci
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2009

Contre toute attente et alors que le cimetière de Sidi Senouci de Aïn Ouazouta, non loin de Sidi Daoudi, se tenait fin prêt pour accueillir la dépouille de la mère du président de la République Abdelaziz Bouteflika, la défunte Mansouriah Ghezlaoui (Bendi Abdellah), décédée à l'âge de 90 ans dans la nuit même de la célébration du 47e anniversaire de l'indépendance, voilà qu'était annoncé par voie de presse (dépêche de l'APS) son enterrement (lundi 6 juillet) au cimetière Zidek de Ben Aknoun sur les hauteurs d'Alger. Et pour cause. Dès l'annonce de la nouvelle nécrologique, le site funéraire, qui était quelques jours auparavant inaccessible aux visiteurs à cause des mauvaises herbes qui l'envahissaient avec tous les aléas inhérents (serpents, difficulté de localisation des tombes, feux de brousse, risque de chute...), fut littéralement investi par une armée d'agents communaux qui lui «dédièrent» un lifting en règle pour la circonstance.
Mais c'était sans compter sur les voies impénétrables du protocole. En tout cas, Mansouriah ne reposera pas dans le carré des Bendi, ni celui des Benseghir, Kerzabi ou Terfous... Dans ce cadre et généalogie oblige, un deuil «officieux» sera marqué à travers un programme «adapté» pour la circonstance de la radio locale et l'annulation intempestive du festival «Les nuits andalouses» (APC) ainsi que le déplacement d'une délégation officielle conduite par le wali pour assister aux obsèques à Alger.
Mansouriah Ghezlaoui (dont le prénom signifie victorieuse et le nom tirerait son origine des Béni Ghezli «fileurs de laine de mouton» dans la région de Tlemcen) naquit au début des années 1900 dans la périphérie (hawz) de Tlemcen, et plus exactement à Sidi Daoudi «Ben N'çar fakkak men hçal», le premier saint patron de la ville, avant Sidi Boumediène (originaire de M'sila, la cité de Boudiaf) qui fut l'illustre exégète de Sahih El Boukhari. A noter au passage que l'environnement du sanctuaire éponyme se trouve dans un état lamentable au moment où la capitale des Zianides va être la destination d'un grand pèlerinage en 2011... Mansouriah était l'aînée de la famille. Elle aidait sa mère Yamina dans le ménage et dans l'éducation de son frère Boumediène et ses deux soeurs Aouicha et Mama. Son père était à ce moment-là un travailleur agricole (fellah). Elle se maria avec Ahmed Bouteflika, un commerçant de Nedroma, qui dut quitter Tlemcen suite à la répression coloniale pour trouver refuge au Maroc où il décéda en 1958. Elle eut 5 garçons avec lui, Abdelaziz, l'aîné (2 mars 1937 à Oujda), Abdelghani (1940), Mustapha (1953), Abderrahim (1956) et Saïd (1958), le cadet, outre une fille, Latifa (1955), tous nés à Oujda où la maison des Bouteflika se trouverait à l'angle de la rue de Nedroma au n°6, non loin de la mosquée dite des N'darma (les Nedromis). Mansouriah Ghezlaoui appartient en fait à la famille Bendi Abdellah dit Bendi Allel, un ex-général de l'armée de l'émir Abdelkader déporté lui aussi à Amboise... A Tlemcen, la défunte avait un «pied à terre» au sein d'une villa dans le quartier résidentiel de Bab Wahran, à quelques encablures du siège de la wilaya. Lors de ses séjours dans sa ville natale, elle ne manquait pas de descendre à Sidi Daoudi mue par la nostalgie et en quête de la baraka du saint. Elle ne revenait jamais à Alger sans s'approvisionner en «kaâk» (gimblette) qu'elle adorait.
Mansouriah chérissait Abdelaziz qui lui rendait la pareille en venant se «ressourcer» auprès d'elle. «Allah hali klamek, oua ali alamek oua yahlek dalamek» était la formule de bénédiction consacrée que la défunte prononçait à son adresse à chaque fois que son fils (président) lui rendait visite avant une mission donnée. Il faut souligner que cette prière était en usage dans le milieu tlemcénien, en l'occurrence chez les femmes qui étaient très pieuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.