BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: Mansouriah Ghezlaoui ne repose pas à Sidi Senouci
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2009

Contre toute attente et alors que le cimetière de Sidi Senouci de Aïn Ouazouta, non loin de Sidi Daoudi, se tenait fin prêt pour accueillir la dépouille de la mère du président de la République Abdelaziz Bouteflika, la défunte Mansouriah Ghezlaoui (Bendi Abdellah), décédée à l'âge de 90 ans dans la nuit même de la célébration du 47e anniversaire de l'indépendance, voilà qu'était annoncé par voie de presse (dépêche de l'APS) son enterrement (lundi 6 juillet) au cimetière Zidek de Ben Aknoun sur les hauteurs d'Alger. Et pour cause. Dès l'annonce de la nouvelle nécrologique, le site funéraire, qui était quelques jours auparavant inaccessible aux visiteurs à cause des mauvaises herbes qui l'envahissaient avec tous les aléas inhérents (serpents, difficulté de localisation des tombes, feux de brousse, risque de chute...), fut littéralement investi par une armée d'agents communaux qui lui «dédièrent» un lifting en règle pour la circonstance.
Mais c'était sans compter sur les voies impénétrables du protocole. En tout cas, Mansouriah ne reposera pas dans le carré des Bendi, ni celui des Benseghir, Kerzabi ou Terfous... Dans ce cadre et généalogie oblige, un deuil «officieux» sera marqué à travers un programme «adapté» pour la circonstance de la radio locale et l'annulation intempestive du festival «Les nuits andalouses» (APC) ainsi que le déplacement d'une délégation officielle conduite par le wali pour assister aux obsèques à Alger.
Mansouriah Ghezlaoui (dont le prénom signifie victorieuse et le nom tirerait son origine des Béni Ghezli «fileurs de laine de mouton» dans la région de Tlemcen) naquit au début des années 1900 dans la périphérie (hawz) de Tlemcen, et plus exactement à Sidi Daoudi «Ben N'çar fakkak men hçal», le premier saint patron de la ville, avant Sidi Boumediène (originaire de M'sila, la cité de Boudiaf) qui fut l'illustre exégète de Sahih El Boukhari. A noter au passage que l'environnement du sanctuaire éponyme se trouve dans un état lamentable au moment où la capitale des Zianides va être la destination d'un grand pèlerinage en 2011... Mansouriah était l'aînée de la famille. Elle aidait sa mère Yamina dans le ménage et dans l'éducation de son frère Boumediène et ses deux soeurs Aouicha et Mama. Son père était à ce moment-là un travailleur agricole (fellah). Elle se maria avec Ahmed Bouteflika, un commerçant de Nedroma, qui dut quitter Tlemcen suite à la répression coloniale pour trouver refuge au Maroc où il décéda en 1958. Elle eut 5 garçons avec lui, Abdelaziz, l'aîné (2 mars 1937 à Oujda), Abdelghani (1940), Mustapha (1953), Abderrahim (1956) et Saïd (1958), le cadet, outre une fille, Latifa (1955), tous nés à Oujda où la maison des Bouteflika se trouverait à l'angle de la rue de Nedroma au n°6, non loin de la mosquée dite des N'darma (les Nedromis). Mansouriah Ghezlaoui appartient en fait à la famille Bendi Abdellah dit Bendi Allel, un ex-général de l'armée de l'émir Abdelkader déporté lui aussi à Amboise... A Tlemcen, la défunte avait un «pied à terre» au sein d'une villa dans le quartier résidentiel de Bab Wahran, à quelques encablures du siège de la wilaya. Lors de ses séjours dans sa ville natale, elle ne manquait pas de descendre à Sidi Daoudi mue par la nostalgie et en quête de la baraka du saint. Elle ne revenait jamais à Alger sans s'approvisionner en «kaâk» (gimblette) qu'elle adorait.
Mansouriah chérissait Abdelaziz qui lui rendait la pareille en venant se «ressourcer» auprès d'elle. «Allah hali klamek, oua ali alamek oua yahlek dalamek» était la formule de bénédiction consacrée que la défunte prononçait à son adresse à chaque fois que son fils (président) lui rendait visite avant une mission donnée. Il faut souligner que cette prière était en usage dans le milieu tlemcénien, en l'occurrence chez les femmes qui étaient très pieuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.