Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du métier de «laver» les consciences
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 08 - 2009

C'est l'histoire (à ne surtout pas raconter aux insomniaques) d'une lévitation spi (ritournelle) à l'envers; un peu comme si un homme, dans sa solitude sépulcrale, voulait convertir tous les hommes, laissés de l'autre côté de la barrière, à la religion de la contre-vérité. Chalachou quitta son douar natal avec un sou, chipé dans la vieille tirelire familiale, pour retourner trois lustres plus tard avec deux baluchons de blé aussi grands que la Muraille de Chine et aussi épais que le Mur de Berlin. Taraudé par le regard mi-suspect, mi-baba de ses congénères désargentés du douar, Chalachou décida d'une action si peu accessible au genre humain qu'il l'inscrivit en lettres géantes sur le registre d'or frelaté de la mairie du coin. Enguenillé dans un burnous délavé, Chalachou sortit dans la rue par une nuit «enluminée» pour placarder un dazibao sur un mur décati de la salle de prière du coin. Sur le journal mural, Chalachou écrira à l'adresse de ses congénères fantomatiques du douar un message plus troublant que cabalistique:
«Chers (con) patriotes, pour sauver ma descendance d'une malédiction annoncée, moi Chalachou, j'ai décidé de faire oeuvre de salubrité publique en transformant ma fortune malodorante en oseille aseptisée de vos postillons arsenicaux. Pour cela, j'ai dû consulter un médium manchot et au pied bot, seul capable de lire de par-derrière mes pensées enfouies dans le revers de mon burnous en faux blanc immaculé. Partant du demi-principe ‘métaphysique' qu'un bien plus ou moins mal acquis peut profiter un jour qui viendra peut-être, j'ai dû faire amende honorable en me résolvant à cacher mon oseille malodorante quelque part sous votre immense terre en friche. Au premier qui mettra le grappin dessus, je promets ripailles éternelles, bombance sans fin, avec à la clef une surcharge pondérable digne d'un animal antédiluvien.
Ma dernière volonté sera cependant celle de vous demander de m'enterrer, mon jour dernier arrivé, avec un billet de banque en devises, de préférence faiblement dosées. Le billet sans odeur ni couleur sera placé, contre reçu-bon, juste sous mon crâne chenu, orienté face au soleil levant. En contrepartie, moi Chalachou, l''équanime' inaccompli, pour laver au karcher ma conscience souillée jusqu'à la moelle, prierai, par-delà la vie, pour le salut de vos âmes grugées». L'histoire non écrite dira, par la suite, que son jour dernier arrivé, Chalachou sera finalement retrouvé inhumé en position debout, la tête à ras du sol, avec un douro érodé en guise de piercing nasal et un vieux billet dépareillé enfoncé dans la bouche jusqu'à la luette...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.