«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du parti non pris de l'homme-capital !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 04 - 2010

C'est encore une histoire à reculons de Chalachou qui, après un curieux rêve fait par une nuit sans lumière, décida depuis son petit hameau de l'arrière-pays profond de créer un parti pour mettre l'homme-capital qu'il croyait être au centre d'une néo-théorie politique diantrement «révolutionnaire».
En proie à une fureur de vivre en homme utile pour ses prochains mais aussi libre que le vent, sans carcan aucun à ses pieds nus, Chalachou, au-dessus de la grosse mêlée de la grappe… infructueuse d'associations sans…caractère politique aucun…créa son parti à lui et l'appela «le Parti Algérien pour l'Homme Capital». Ni marxiste, ni khobziste, ni pétro-dépendant, ni encore moins «oesophago-dépendant», ma théorie à moi se veut une frontière invisible à l'œil nu entre une poche dégoulinante de douros troués mais cousue de fil de fer érodé et une gamelle grandeur nature où viennent se gaver les «roteurs» par vocation. Agréé par une sacrée (dé) veine avant même la «bonne volonté» du plus grand parti politique du pays : l'administration parbleu ! Et ses fieffés cols usés. Il eut droit à une grasse subvention qu'il distribua sans compter à trois de ses acolytes SNP qui achetèrent tous des bolides cossus et eurent beaucoup de flouze avant de se convertir outre-bled dans le monde des (beurs) geois.
Aujourd'hui, Chalachou est un homme heureux qui vit juché sur les crimes d'un pays où le bonheur national brut flirte avec les rases pâquerettes depuis six lustres. Trop ébloui par sa sublimation percutante, et passant par des chemins détournés, Chalachou le looser devint, sans jamais verser une seule goutte d'huile de coude, Chalachou l'inexpugnable oligarque (avec la culture et le raffinement en moins, consent-il). Et avant de quitter son Montgolfier natal vers des hauteurs plus enivrantes, il envoya une lettre (dé) commandée au maire de son douar natal, une lettre qui sera dupliquée par des mains invisibles en soixante-trois exemplaires exactement et accrochée aux murs décrépis de la pauvre cité paumée.
Voici à une ou deux syllabes près son contenu: «Moi Chalachou, fils de mon père qui n'eut jamais de mère, je vous lègue cette lettre-testament pour vous dire que j'ai décidé, en mon âme mais sans conscience aucune, de quitter mon douar sans âge ni adresse connue, après avoir créé ex-nihilo un parti politique que j'appelais le Parti Algérien de l'Homme Capital. Je me suis incrusté par la porte de derrière en plein dans le marigot du monde parallèle des vendeurs de mensonges, quand je me suis rendu compte que le premier risque encouru par un homme bougrement friqué, c'est de se faire trucider par moins argenté que lui. Et comme l'argent n'a jamais été créé par personne, j'ai alors décidé, moi Chalachou, looser parmi les loosers, de (dé) montrer que l'oseille, à l'odeur orgasmique et d'un coloris jamais inspiré par aucune égérie… en talon aiguille, est le chemin le plus court vers une vie plus «mondialisée», et surtout plus en rapport avec la néo-religion des bipèdes «globalisés». Comprendre une bonne fois pour toutes que le capital est une machine qui se graissera encore et toujours avec de l'huile d'homme et que l'argent n'a jamais été rien d'autre que du travail volé…!»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.