Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La corde et la maison du pendu
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 08 - 2010

Aussi vrai que parler de corde dans la maison d'un pendu est comme crever un œil à un borgne au pied bot; l'improbable histoire qui suit est tirée d'un génial fait divers à ne, surtout pas, ranger dans la rubrique des «chiens écrasés».
Né à l'état vigil par malformation héritée de son arrière-trisaïeul, Chalachou voulut réussir là où la gent des bipèdes a perdu tous ses chicots. Se rendant à l'immortelle évidence que l'homme, dans sa petitesse «adamique», est la meilleure créature jamais «pétrie» par l'homme, Chalachou décida d'éprouver une théorie jamais gambergée de mémoire humaine.
La néo-théorie de Chalachou consistait à tester la capacité d'un homme, debout sur ses deux pieds, à jeûner pendant une semaine d'affilée en observant le comportement de son cerveau, puis la couleur de son visage, ensuite explorer son estomac et enfin regarder la forme de ses pieds. Dans une officine pas comme les autres, fourrée huit mètres sous terre pour ne pas être contaminée par la science infuse de la «race des deux pieds», Chalachou commença par examiner le cerveau du jeûneur. Dans la partie arrière de son ciboulot, Chalachou trouva une matière noirâtre, ressemblant un peu à une matière pâteuse en forme de pain de campagne. Interrogé sous hypnose, le cobaye confesse à Chalachou que toute sa vie a été de courir, le ventre vide, derrière un pain qu'il n'a jamais rattrapé. Parce qu'il était né par un jour sans pain, le cobaye chercha à expliquer à Chalachou le néo-théoricien, l'importance capitale d'un traître morceau de pain dans la conservation de la race des bipèdes, voués à vivre pour manger en attendant de mourir la bedaine en surpoids. Arrivé au visage, Chalachou remarque que son cobaye a deux yeux plus gros que le pif, les oreilles et la bouche ouverte aux quatre misères. D'une couleur ocre-pâle, le minois du cobaye affichait… une mine si fripée que Chalachou dut placer un croûton cramoisi dans sa bouche sans fond pour faire revenir quelques gouttes de sang frais à son regard de macchabée refroidi. Dans l'estomac du cobaye, Chalachou fera la découverte de sa vie : au milieu de ses boyaux entortillés, Chalachou trouva un bout de papier mâché, avalé par le cobaye à l'âge de la déraison. En recomposant à l'aide d'une loupe géante les hiéroglyphes transcris sur le papelard, Chalachou perça le mystère de sa vie.
C'est qu'avant de clamser, le cobaye avait voulu léguer à la race des bipèdes un testament tapi dans son ventre. Il y était gribouillé à peu près ceci : «Comme le pain est né quarante jours avant l'arrivée sur terre du premier homme d'entre tous et comme la vie ne vaut pas une misérable chandelle d'être vécue qu'avec un pain dans la main et une torgnole dans l'autre main, sachez, peuple des bipèdes que si vivre est un devoir, quand vous l'auriez bâclée (la vie), que vos linceuls au moins vous servent de mystère». A la mort abjecte du cobaye sacrifié, Chalachou découvrit qu'il avait les pieds trop plats à force d'avoir trop maraudé sur les toits…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.