Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UN DEBAT GLAUQUE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 12 - 2009

La majorité des Français ne sont pas satisfaits de la manière dont se déroule le débat sur l'identité nationale. Le président Sarkozy et ses conseillers, qui ont constamment les yeux rivés sur les sondages, peuvent constater que le «coup», lancé à l'approche d'une échéance électorale, se transforme en fort mauvaise affaire.
En confiant à Eric Besson, socialiste renégat, ministre de l'Immigration et surtout aventurier de la politique dans le sens - le moins élégant du terme - le soin d'orchestrer cette opération, le président français a, de manière qu'on ne peut qualifier de sibylline, d'emblée fixé le cadre du débat. L'identité nationale de la France serait en question en raison de la présence sur son territoire «d'étrangers» irréductibles, arabes, noirs et musulmans.
Le débat, orchestré dans les préfectures, n'a rien de philosophique. Le consensus est à l'invective du «pas vraiment français», in-intégrable par définition... C'est bien le vieux fonds de commerce de la «droite nationale» pétainiste et lepéniste, intellectuellement aux antipodes de la droite gaulliste, qu'on a décidé de ressortir dans un contexte de crise économique et sociale. Les «spin doctors» de Sarkozy prétendent ouvrir un débat «populaire» afin de ne pas laisser libre le terrain à Le Pen.
En réalité, ils ont provoqué une crispation générale au sein de la société française et rouvert aux lepénistes un formidable boulevard. Ces derniers ne boudent pas leur plaisir. Et la droite néoconservatrice et atlantiste, incarnée par Nicolas Sarkozy, ne fait que surenchérir. Même une casquette mise à l'envers - attitude que l'on retrouve chez les jeunes du monde entier - est devenue le stigmate du banlieusard arabe qui ne sait pas être un bon Français...
De nombreux intellectuels de gauche se sont insurgés contre un débat qui donne une image dégradée de la France. Sarkozy a cru bon, en osant une malheureuse référence à la votation suisse contre les minarets, opposer le bon peuple aux élites. Vieille ficelle de la droite extrême.
Mais le refus de ce débat va au-delà des intellectuels de gauche. Au sein même de la droite républicaine, on est effaré de la tournure dangereuse de ces glauques débats où des Français «purs» viennent déverser leurs haines et leurs idées reçues sur les «impurs». C'est un député UMP, François Baroin, qui constate que le débat, voulu par Sarkozy et orchestré par le très doriotiste Eric Besson, prend une direction peu honorable. «On a ouvert la boîte de Pandore, l'ensemble des bas instincts s'est développé et a couru dans la société».
C'est aussi un ancien Premier ministre gaulliste, Alain Juppé, qui constate que «tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres, et en particulier les musulmans contre les autres, est détestable». Or, il faut bien le constater, le débat préfectoral de MM. Sarkozy et Besson banalise la parole xénophobe et raciste. Il ne dit pas ce que c'est qu'être français, il désigne des «ennemis», ces Français qui ne le «seraient pas vraiment». Que des hommes politiques de droite, De Villepin, Baroin ou Juppé, s'opposent à ce défoulement de xénophobie est un signe qu'il existe un socle solide de valeurs démocratiques face aux manipulations néoconservatrices.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.