«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quand la CGTA ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 01 - 2010

L'idée de création d'une confédération générale des travailleurs algériens, lancée il y a quelques semaines par des syndicats autonomes de la fonction publique, refait surface à l'initiative du CNAPEST. Dans une déclaration rendue publique dimanche, cette organisation a d'abord tenu à exprimer sa solidarité aux deux syndicats autonomes qui paralysent actuellement le secteur de la santé et aux salariés de la SNVI Rouiba en grève. Pour ensuite estimer que «la situation précaire des travailleurs algériens est la conséquence directe de l'absence d'une organisation syndicale démocratique qui les représente et défend leurs droits».
Partant de ce constat, le syndicat autonome de l'enseignement a lancé un appel aux travailleurs en vue de «la création d'un regroupement syndical démocratique qui englobera les travailleurs de la fonction publique et ceux du secteur public sous forme d'une confédération générale, dans laquelle chaque secteur aura une liberté d'action selon les intérêts de ses travailleurs».
L'intérêt de l'initiative du CNAPEST est qu'elle part de la vision de rassemblement de l'ensemble des travailleurs algériens et non plus de celui, sectoriel, que les syndicats autonomes de la fonction publique se sont essayés à mettre en place sous la forme d'une intersyndicale. Cette dernière démarche, qui a eu jusqu'ici les faveurs des syndicats autonomes de la fonction publique, apparaissait comme une avancée qui leur a permis d'engager solidairement des actions revendicatives dans leurs secteurs respectifs. Il n'en demeure pas moins qu'elle a montré ses limites parce que n'étant pas parvenue à mettre fin à la fragmentation du champ syndical, qui est tout bénéfice pour les pouvoirs publics, n'ayant pas ainsi à faire à un mouvement revendicatif social porté et s'exprimant par le biais d'une organisation syndicale unitaire et représentative du monde du travail en général.
Le CNAPEST a choisi le bon moment pour relancer l'idée de création d'une confédération générale des travailleurs. Le front social est en effet à un niveau d'ébullition exceptionnel et pas seulement dans la fonction publique, comme le prouve ce qui se passe présentement dans la zone industrielle de Rouiba.
Il y a également que la dernière grève menée par les travailleurs du secteur de l'Education nationale a démontré que pour faire reculer les pouvoirs publics, l'unité d'action des syndicats est indispensable. Ce à quoi s'ajoute la désaffection dont est frappée l'UGTA et rend les salariés du secteur économique accessibles à l'idée de supplanter celle-ci par une organisation syndicale libre d'allégeance à l'égard du pouvoir politique.
L'idée d'une confédération générale des travailleurs algériens est la seule dont la concrétisation est susceptible d'apporter à ceux-ci le moyen de défendre efficacement leurs intérêts et d'imposer la logique de négociation, totalement faussée actuellement par la présence exclusive de la centrale de Sidi-Saïd. Il n'est pas d'autre alternative. Car tant que l'échiquier syndical se distinguera par l'émiettement et l'esprit de chapelle ou de caste, le monde du travail ne sera pas en situation de se faire entendre de manière forte. C'est le bon sens même pour les syndicats d'aller au rassemblement de tous les salariés. L'union fait la force, dit-on. Dans l'action syndicale, plus encore qu'ailleurs.
Et c'est parce que cette union n'est pas faite que les pouvoirs publics appliquent sans crainte la politique antisociale qui a paupérisé dramatiquement la nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.