Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UN PAS EN AVANT…
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2011

Les forces du changement en Algérie, entendu au sens large, ont été tenues en échec par le régime, qui persiste à croire qu'une démocratie ornementale peut se substituer à la démocratie.
Le ministre des Affaires étrangères algérien n'a pas été très avisé de tirer des conclusions politiques de la dernière marche. Ses contradicteurs peuvent tout simplement lui rétorquer qu'il faut laisser les gens marcher librement pour jauger de leur capacité à mobiliser. Qu'il y ait eu 2.000 personnes face à dix fois plus de policiers n'est pas rien.
Mais le discours du ministre correspond parfaitement à cette manière biaisée d'aborder les questions qui troublent. Une méthode qui d'ailleurs ne convainc personne. Pas même les observateurs étrangers à qui il était adressé. Il faut bien remettre les choses à l'endroit. Affirmer que l'Algérie est une démocratie n'en fait pas une démocratie pour autant. Pas plus qu'exhiber le nombre de partis politiques n'est un critère de pluralisme partisan. Il est certain que l'Algérie n'est pas la Tunisie ni l'Egypte : cette réponse bateau que les responsables algériens se sentent obligés de répéter a un côté absurde. Tout comme il était absurde de croire que le 12 février est le «grand soir».
Mais ce que la Tunisie et l'Egypte ont fait pour les Algériens est de les inciter à se ré-intéresser à la politique et à être convaincus qu'il ne faut pas renoncer à demander le changement politique. A ne pas accepter qu'un ersatz de démocratie remplace la démocratie.
Ils ont plusieurs biais pour le faire. Ils peuvent, en faisant des comparaisons avec des pays proches, faire le constat de l'inefficacité du système et du fait qu'il est devenu une entrave et une charge pour le pays et son avenir. Car un pays qui dispose de moyens importants et d'un marché consistant et qui ne fait que 2 à 3% de croissance doit nécessairement prendre acte d'une incapacité systémique à produire de la richesse et à la redistribuer efficacement.
Bien entendu, des milliers d'individus en profitent et accumulent, et transfèrent aussi. L'économie algérienne, elle, n'y gagne rien. Quand on observe le gouvernement algérien détricoter une partie des mesures de «contrôle» économique décidées récemment et renoncer à combattre l'informel, il est clair qu'il y a un problème de système.
Les réponses qui sont en train d'être apportées depuis les dernières émeutes - et les révolutions en Tunisie et en Egypte - consistent à reculer devant ceux qui disposent d'une capacité de nuisance. C'est une gestion de l'immédiat, de l'urgent, tout à fait le contraire d'une démarche cohérente, structurée et positive.
La rente, encore elle, permet au fond aux tenants du système de considérer comme «secondaires» les questions d'efficacité et de rentabilité économique des dépenses publiques. Le régime est assis sur une rente, sur une clientèle et des moyens de répression.
Mais cela ne suffit pas à expliquer cette capacité à refuser le changement, alors qu'il est patent que le système est inefficace et coûte très cher à l'Algérie. Il faut bien admettre que le système a aussi réussi, depuis octobre 1988, à diviser et à disperser les forces porteuses de renouvellement. Si aujourd'hui ces forces, au-delà de leurs idées, ne parviennent pas à faire sortir la revendication populaire de l'émeute vers la formulation politique, cela tient aussi à l'énorme passif accumulé au cours des années 90.
Sans une «franche discussion» sur ce passif, il sera difficile d'avancer. L'appréciation ouverte sur les divergences d'hier ne relève pas de l'histoire, mais du présent et de l'avenir. Y aller franchement serait un pas en avant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.