Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE CAUCHEMAR DE LA FEMME DE CHAMBRE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 05 - 2011

On ne sait pas beaucoup de choses de la femme de chambre, si ce n'est qu'elle a 32 ans, qu'elle est
une immigrée africaine et qu'elle habite le Bronx, un quartier défavorisé de New York. Mais on imagine parfaitement qu'elle aurait été particulièrement choquée de voir, dans une partie de la presse française et du Parti socialiste français, que sa présomption d'innocente victime est d'emblée questionnée.
Que pèse une pauvre femme de chambre devant la carrière brisée net du directeur général du FMI et des affres que sa femme et ses enfants subissent ? L'image d'un Dominique Strauss-Kahn menotté, comme n'importe quel justiciable sur qui pèse des charges aussi graves, a largement supplanté le statut de victime de la jeune femme. Sa souffrance à elle est secondaire, quand elle n'est pas purement et simplement mise en doute. La solidarité avec l'inculpé est de rigueur et le doute systématique sur la version de la victime est la règle.
On le voit, la lutte des classes ne s'arrête vraiment jamais. Les amis de Dominique Strauss-Kahn sont choqués par les images d'homme menotté car, bien entendu, la femme de chambre ne saurait que mentir… Ou, au minimum, qu'elle aurait sur-réagi face à une peccadille qui n'aurait jamais dû prendre une telle ampleur.
Là où l'on s'attendait, au nom de la défense de la présomption d'innocence, à de la retenue par égard à la présomption de sincérité de la victime en attendant l'établissement des faits, on découvre un effarant concert de lamentations. Les pleureuses auraient pu se taire et laisser les avocats du patron du FMI - des ténors retors, dit-on - faire leur métier et user de toutes les ressources que permet le système judiciaire américain pour défendre leur client.
Mais les amis du DG socialiste du FMI ne se contentent pas de cela. Non, cet homme bien né et très riche ne saurait être contraint à s'expliquer face aux très graves accusations d'une petite femme de chambre du Bronx. Ce serait attenter à sa dignité et le rabaisser au rang de la subalterne qui a osé se rebeller.
Ce n'est rien d'autre au fond qu'une actualisation du droit de cuissage qui remonte à loin et que les femmes, en particulier celles des classes pauvres, sont tenues d'accepter en silence. Et si cette femme franchit le pas et dénonce, c'est tellement anormal que cela ne peut être qu'un complot ourdi par des forces qu'on se garde bien de désigner.
Sur un forum de discussion, un intervenant a dit sa surprise de découvrir que le «conspirationnisme», censé être une spécificité arabe, est décidemment très français. Les femmes de chambre agressées ne peuvent pas, ne doivent pas se plaindre… Elles existent si peu, bien en dessous de ces milliardaires de gauche ou de droite qui, eux, se dispensent ostensiblement de considérations éthiques.
Si les victimes se révoltent et crient, c'est - n'est-ce pas, cher ami ? - que d'autres tirent les ficelles pour en faire des femmes « fatales » ou l'appât d'un piège qui se referme avec une étonnante facilité sur un homme politique pourtant expérimenté.
La seule morale de cette consternante affaire est bien à tirer des indignations très sélectives, du haro sur la victime et de l'expression éhontée du mépris de classe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.