Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour sortir de l'enlisement et limiter les coûts financiers de la guerre: L'Otan veut la peau de Kadhafi et de ses fils
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2011

Une centaine de migrants en fuite de Libye sont morts en mer, un navire de l'Otan ayant refusé de les secourir. Face à la résistance inattendue du régime, l'OTAN cherche à frapper la tête. Elle l'a déjà tenté en avril dernier en tuant un fils et trois petits-fils du colonel. L'annonce, démentie par Tripoli, de la mort de Khamis Kadhafi, le confirme. Pour sortir de l'impasse, les Occidentaux cherchent à tuer Kadhafi.
Tripoli a démenti, hier, la mort de Khamis, fils du colonel Kadhafi et chef d'une brigade de choc. Sa mort avec 32 de ses hommes, dans un raid de l'Otan sur la ville de Zenten avait été annoncée, tôt le matin, par les rebelles sur la base de rapport d'espionnage. «Les informations concernant la mort de Khamis dans un raid aérien de l'Otan sont de très sales mensonges destinés à couvrir le meurtre de civils dans une ville pacifique», a indiqué à des journalistes un porte-parole du régime Moussa Ibrahim. L'Otan, plus prudente, a confirmé avoir accompli des raids sur la ville, sans pour autant confirmer la mort du fils du colonel. Ce n'est pas la première fois que Khamis Kadhafi a été donné pour mort par la rébellion.
Elle l'avait annoncé à la fin mars avant d'être promptement démentie par le gouvernement. L'attaque de l'Otan est intervenue quelques heures après le passage d'un groupe de journalistes à Zenten où ils ont constaté que contrairement aux affirmations de la rébellion, la ville était toujours entre les mains des forces gouvernementales. L'Otan qui a confirmé avoir mené deux raids jeudi soir sur Zenten s'est fendu d'un laïus affirmant qu'elle ne «cible pas des individus en particulier». En réalité, la résistance imprévue par les stratèges militaires occidentaux des forces gouvernementales libyennes pose un sérieux problème aux Occidentaux.
Enlisement
La stratégie des Occidentaux d'exercer une pression militaire pour favoriser les défections a rapidement atteint ses limites. Le colonel Kadhafi dispose manifestement de suffisamment de soutien pour tenir depuis plus de quatre mois alors que les militaires et les politiques occidentaux pensaient à une opération réglée en quelques semaines. C'est bien en semaines et non en mois qu'on estimait la chute de Kadhafi même si Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères affirme qu'«on ne peut pas parler d'enlisement. Ça fait cinq mois que nous intervenons, personne n'a jamais parlé de guerre éclair». Le même Juppé ajoute : «Sans doute avons-nous sous-estimé la résistance des forces de Kadhafi mais il n'y a pas enlisement». Cela s'appelle jouer sur les mots. En réalité, il y a bel et bien un enlisement. Et c'est pour cela que la liquidation de Kadhafi et ses fils pourraient être perçu par les Occidentaux comme le moyen d'abréger la guerre. La liquidation de Kadhafi entraînerait -c'est probable- une accélération de la déconfiture du régime et amènerait les militaires loyalistes à composer avec la rébellion. Celle-ci, il ne faut pas l'oublier, est composée en bonne partie par des membres du régime. Il est de ce fait hautement probable que le raid contre la caserne Al Aziziya qui a coûté la vie le 30 avril dernier, à Seif Al Arab et à trois de ses enfants n'avait rien d'un dommage collatéral. Il ciblait directement le colonel Mouammar Kadhafi au lendemain d'un discours où il annonçait qu'il ne quitterait jamais la Libye. «Je ne quitterai pas mon pays et je m'y battrai jusqu'à la mort», avait déclaré M. Kadhafi refroidissant ainsi toutes les spéculations sur son éventuel départ dans un autre pays. C'est une «opération visant à assassiner directement le dirigeant de ce pays», avait déclaré Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement libyen en précisant que c'est «désormais la loi de la jungle», a-t-il ajouté.
La solution par la mort de Kadhafi
A l'époque déjà dans un discours prêt à l'emploi, le général Charles Bouchard, commandant en chef de l'opération de l'Otan affirmait : «Nous ne visons pas les individus». En réalité, ce qui rend l'enlisement délicat à gérer pour les régimes occidentaux est le fait que leurs opinions publiques ne supportent pas les coûts financiers de la guerre alors que les économies européennes vivent dans une situation de krach rampant. Dans un tel contexte, les militaires de l'Otan avec l'aval des politiques, ne laisseront pas passer aucune opportunité d'abréger les choses en tuant Kadhafi, ses fils et son chef du renseignement. Si ces derniers sont toujours en vie, cela ne tient pas au fait que l'Otan ne «cible pas les civils», mais au fait qu'ils se cachent bien. En s'empressant d'annoncer à tort semble-t-il la mort de Khamis Kadhafi qui agit en chef militaire opérationnel, la rébellion semble exprimer tout haut ce que l'Otan tente de faire : liquider le noyau du pouvoir de Tripoli ou de Bab Al Aziziya. L'Otan dont un navire a refusé de porter secours en mer à des migrants en fuite de Libye : une centaine de morts au moins selon une rescapée marocaine. L'Italie a demandé une «enquête formelle» à l'Otan. Parions que l'Otan enquêtera et sortira une des phrases stéréotypée genre «nous sommes en Libye pour secourir les civils».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.