Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UNE LONGUE ERRANCE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 08 - 2011

Le président palestinien Mahmoud Abbas présentera la demande de pleine adhésion d'un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre prochain, alors qu'il sait que les Etats-Unis et de nombreux Etats européens sont hostiles à la démarche.
La question que se posent de nombreux Palestiniens - et tous ceux qui soutiennent leur cause - est de savoir si Mahmoud Abbas le fait par simple dépit d'un homme qui croyait pouvoir, par sa «modération», être celui qui entrerait dans l'histoire comme ayant apporté un Etat. La question n'a rien de superflu. Elle cherche à déterminer si Mahmoud Abbas et ses «négociateurs sans fin» ont fait une évaluation juste du processus de négociation entamé depuis les accords d'Oslo.
Une longue errance politique qui a permis l'apparition d'une caste de négociateurs et des fonctionnaires dont les intérêts matériels sont directement liés à la permanence d'une négociation fictive menée par une autorité fictive. Cette errance s'est manifestée également par des déchirements graves entre Palestiniens, alors qu'Israël étendait son entreprise de colonisation et d'épuration ethno-religieuse.
On le voit encore ces temps-ci : face à une contestation sociale menée par des Israéliens, le gouvernement de Netanyahu a décidé de confisquer des terres palestiniennes à Jérusalem-Est pour construire des logements sociaux. Il n'y a pas de réaction aux Etats-Unis ou ailleurs. Mais pouvait-il en être autrement quand toute la «négociation» a été clairement marquée par une volonté de gagner du temps et des terres au détriment des Palestiniens ?
Le choix d'aller à l'Onu et de déplaire à M. Barack Obama est-il une vraie rupture avec une négociation de pure forme qui s'apparente en définitive à une forme de corruption ? Toute une classe d'hommes politiques - et d'affaires - s'est constituée au nom de la négociation pour la négociation, perdant de vue l'objectif politique.
Est-on prêt à rompre avec cette perversion ? M. Abbas et ses «négociateurs» ne reprendront-ils pas, même après le passage par l'Assemblée générale des Nations unies, les vieilles habitudes qui consistent à courir derrière une fausse négociation ? Il est donc primordial de savoir pourquoi l'on va à l'Onu.
Il est clair que l'errance des Palestiniens depuis les accords d'Oslo a pour toile de fond une emprise de plus en plus forte des Etats arabes présumés «modérés». Ces Etats ont entravé toute action politique et diplomatique au niveau international pour s'en remettre totalement aux Etats-Unis, qui n'ont rien d'un parrain neutre.
Aucun responsable américain ne l'affirme et tous proclament qu'ils n'exerceront jamais une pression quelconque sur Israël pour le contraindre à une solution indésirable. La conséquence apparente de cette neutralisation de l'action internationale des Etats arabes, qui choque considérablement les militants de la cause palestinienne dans le monde, a été de donner une épaisseur illusoire à l'Autorité palestinienne. Car quand M. Mahmoud Abbas et ses négociateurs étaient accueillis dans les grandes capitales qui faisaient mine d'y voir des interlocuteurs, la solitude des Palestiniens s'est profondément aggravée. La reconnaissance de l'Etat palestinien par l'Assemblée générale de l'Onu ne changera rien à la situation des Palestiniens sous occupation.
Ce qui peut changer les choses, c'est le rétablissement de l'unité nationale et une jonction avec le mouvement des peuples arabes qui tentent de bousculer des pouvoirs qui ont tourné le dos au peuple palestinien. Mahmoud Abbas, qui incarne déjà le passé et le temps perdu, est-il encore en mesure de participer positivement à une sortie de l'errance des Palestiniens ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.