L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bousfer-Plage: Enquête de la gendarmerie sur les garages à bateaux
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 03 - 2012

Longtemps considéré comme une sorte de sujet tabou, l'urbanisation sauvage du rivage de Bousfer-Plage, précisément le trafic illicite du foncier littoral, est aujourd'hui dans le viseur des services de sécurité. Les services de la brigade de gendarmerie nationale de Bousfer viennent d'ouvrir une investigation sur l'un des « thèmes » d'infraction les plus répandus dans ce registre : la transformation de garages à bateaux en immobilier. Selon une source officielle, l'enquête concerne principalement 48 décisions d'attribution de garages à bateaux. Les gendarmes veulent faire la lumière sur la légalité et la conformité de ces décisions communales, au moyen desquelles les bénéficiaires -censés être des pêcheurs-, ou d'autres acquéreurs de deuxième main par vente ou sous-location, ces locaux à usage professionnel ont été transformés en habitations ou commerces. L'on confie de même source que le détournement de certains de ces locaux de leur vocation a été opéré au moyen d'un permis de construire et que dans la majorité des cas il y a eu, en sus, squat de parcelles de terrain limitrophes ainsi que des extensions interdites en vertical. Dans le cadre de cette enquête, plusieurs responsables de l'exécutif local ainsi que d'élus et maires qui se sont succédé aux commandes de cette APC ont été auditionnés par les gendarmes, indique-t-on de même source.
Au-delà de cette affaire et de l'évolution qu'elle prendra, notre source souligne, sur le plan administratif, toute la complexité qui caractérise la gestion de l'urbanisation du rivage, notamment en ce qui concerne les principales plages de la corniche oranaise qui s'étend sur les territoires des communes d'Aïn el Turck, Bousfer, El-Ançor et Aïn El-Kerma. Il est très fréquent que ne soit pas respectée la distance de retrait des constructions par rapport au trait de côte et nombre de maisons empiètent totalement ou partiellement sur la bande du domaine public maritime (DPM). Cette occupation est, au regard des textes juridiques en vigueur, illégale et contribue à la fragilité de l'écosystème côtier. En Algérie, les espaces en contact avec la mer sont réglementées, à la fois, par la loi littorale (02-02) du 5 février 2002, la loi d'urbanisme et d'aménagement du territoire (90-29) du 1er décembre 1990 et la loi domaniale (91-454) du 23 novembre 1991. Cette législation interdit l'urbanisation sur une bande de territoire de cent mètres de largeur, à partir du rivage et de trois cents mètres, en cas de fragilité de l'écosystème littoral. La largeur est calculée horizontalement à partir du point des plus hautes eaux, normalement matérialisé par des bornes. Ces bornes représentent en même temps la limite terrestre du DPM. Des constructions ou des activités nécessitant la proximité immédiate de l'eau peuvent toutefois être autorisées.
D'autres stratégies plutôt de nature familiale sont décelées. Ainsi les marins pêcheurs obtiennent des autorisations de construction de garages pour bateaux. Ces abris se transforment ensuite parfois en logement pour les familles de pêcheurs. Des groupes sociaux défavorisés creusent des cavités dans les falaises calcaires les entourent d'enclos avec des matériaux de fortune. Ces grottes de fortune sont ensuite transformées en habitations. Les pratiques de contournement, spéculatives ou nécessitées par la marginalisation à l'égard du marché immobilier, se généralisent à de nombreux rivages, en particulier à proximité des grandes villes. Dans ce contexte d'urbanisation non maîtrisée et de concurrence pour l'appropriation du foncier littoral, la gestion des parties proches de la mer est plus complexe que jamais. Elle l'est d'autant plus que les conflits de mitoyenneté entre occupants se multiplient et que les Plans d'occupation des sols (POS) des plages font l'objet de désaccords entre les différents gestionnaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.