Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Brent continue sa progression    104 nouveaux cas et 9 décès    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investissement étranger en Afrique
Après les télécoms, les chinois convoitent les banques
Publié dans Le Maghreb le 11 - 05 - 2011

A l'exception de la Chine, la plupart des puissances asiatiques émergentes n'ont pas développé de relations financières et économiques fortes avec l'Afrique. Ni l'Indonésie, initiatrice de la conférence de Bandoeng de 1955, encore moins Singapour (qui a vu la naissance récente de la chambre afro-asiatique), ou la Malaisie (devenue l'un des premiers exportateurs de l'huile de palme grâce au palmier africain) n'ont développé des relations aussi fortes avec l'Afrique. Les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique ont dépassé 100 milliards de dollars par an depuis 2008. La marge de progression est forte, puisque la Chine ne pesait cette année-là que pour 10,8% dans les importations africaines. Depuis 2004, les flux commerciaux de l'Afrique vers la Chine ont pris le pas sur les exportations chinoises vers l'Afrique. Et cela, même si, renseigne un rapport du groupe Crédit Agricole, 90% des importations chinoises venant de l'Afrique sont constituées de pétrole brut. Les exportations chinoises vers l'Afrique, elles, sortent rarement des produits manufacturiers finis. Bien avant de s'intéresser aux mines et au pétrole africain, la Chine a sollicité le vote du continent pour accéder à l'Onu en 1971.
Les premiers investissements dans les infrastructures (chemins de fer en Tanzanie, stades olympiques, ports autonomes) étaient politiques. Depuis 2000, la présence économique chinoise est plus affirmée. Si l'accès aux matières premières constitue la première source de motivation, la présence chinoise a tendance à évoluer vers les secteurs tertiaires. Ainsi, les équipementiers chinois ZTE et Huawei sont en train de bouleverser le secteur des télécoms en Afrique. Les deux groupes fournissent les équipements à MTN, Safaricom et Orange au détriment de Nokia et de Siemens. Ces percées sont réalisées grâce à des alliances avec certaines banques. ZTE se déploie dans ses conquêtes africaines avec une ligne de crédit de 10 milliards de dollars auprès de la China Development Bank. L'opérateur dispose aussi d'une ligne de 15 milliards auprès d'Exim Bank. Quant à Huawei, il opère avec une ligne de 30 milliards de dollars auprès d'une banque chinoise. Après ces secteurs, les observateurs s'attendent à une intensification de la présence chinoise dans le domaine bancaire et dans les grands travaux d'infrastructures. L'acquisition, en 2008, de 20% de la Standard Bank Group, la plus grande banque africaine, par la banque chinoise ICBC ne procédait-elle pas de cette logique ? Idem pour les engagements de la Chine Exim Bank qui dépassaient 20 milliards de dollars en 2005 et qui constituent un atout décisif pour les grands groupes
chinois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.