«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCTOBRE ET LE NEANT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2013

Octobre 1988 a vingt-cinq ans. Dans six mois seulement, il y aura des élections présidentielles - selon le calendrier officiel - et cela se discute, exclusivement, au sein du système. Même les animateurs périphériques de la fiction politique ne sont pas consultés et sont livrés à eux-mêmes. Cela se «concocte» loin des regards même si dans la presse on donne des « infos» censées éclairer les enjeux, suggérer un «conflit» et désigner des protagonistes.
En réalité, sans nier la réalité des «clans», c'est une partie qui se joue chez les actionnaires principaux du régime. Et chez eux seuls. Les Algériens, eux, ne sont pas concernés. Ce n'est pas leur choix, il faut le préciser. Depuis octobre 1988, les Algériens cherchent le changement mais ils n'arrivent pas à se doter des instruments pour le réaliser. Parfois, le système parvient à créer l'illusion qu'il y a des enjeux et que le «changement» est dans l'air. Mais le plus souvent, les Algériens observent que tous les instruments du changement pacifique sont neutralisés et qu'on les invite à accepter des ersatz de vie politique. Chez les animateurs agréés et… dans la presse. Un quart de siècle après Octobre 1988, la société algérienne a changé, le système est toujours là. Pratiquement intact avec ses mêmes ressorts, ses gaspillages, ses corruptions et ses inefficacités amplifiées.
Bien entendu, les apparences du changement sont aussi là : des partis, en surnombre, qu'on met parfois sur la scène publique comme un lâcher de faisans, des journaux et même des télévisions ! De quoi les Algériens se plaindraient-ils ? Après tout, Octobre 1988 a cessé d'être un complot depuis que la diplomatie algérienne le présente comme étant un «printemps algérien» accompli bien avant la vague tunisienne. De quoi «croire» le rapport de l'Onu sur le bonheur où l'Algérie n'est pas mal lotie, ce qui est rare dans les classements internationaux. On a de l'argent, le pouvoir veille et les Algériens ne veulent pas d'une nouvelle plongée dans les violences. Cela donne les ingrédients d'une stabilité illusoire.
Les tenants du régime trouveront une fois de plus, d'une manière ou d'une autre et sans se soucier du niveau alarmant de ceux qui ne votent plus et ne regardent plus les JT, le moyen de réduire le scrutin à un acte de confirmation. Exactement comme cela se passait dans une Algérie officiellement sous parti unique d'avant Octobre 1988. L'Algérie en tant que société a changé énormément en 25 ans. Elle a perdu une bonne partie de l'encadrement formé durant le premier quart de siècle de l'indépendance. Elle a connu une période d'affrontements et de traumatismes qu'on a choisi d'occulter au lieu de traiter. Elle a surtout un régime qui a tourné le dos jusqu'à l'idée d'une auto-réforme. On lui impose un surplace politique pour contrer une réforme nécessaire pour être dans son temps et changer un fonctionnement économique désastreux pour ne pas renoncer au développement.
LA NEUTRALISATION DES REFORMES A ETE TRES COUTEUSE. L'ALGERIE A PERDU UNE POPULATION DE CADRES, LA SOCIETE EST SANS CAP MELANT RENONCEMENT, INCIVISME, BIGOTERIE ET CYNISME. IL N'EXISTE PAS DE VIE POLITIQUE SERIEUSE ET COMPETITIVE QUI PERMET DE CADRER LES ENJEUX ET DE DEBATTRE DES OPTIONS D'AVENIR. TOUT SE DECIDE EN VASE CLOS AU SEIN DU REGIME. 25 ANS APRES OCTOBRE 1988, L'ALGERIE POLITIQUE EST FIGEE… DANGEREUSEMENT. LE PAYS QUI A DES POTENTIELS IMPORTANTS EST ENTRAVE ET ENCERCLE PAR UN REGIME TENDU UNIQUEMENT VERS SA PROPRE RECONDUCTION. UN REGIME OU L'ON NE VOIT AUCUN PERSONNAGE «ECLAIRE» COMPRENDRE, AVEC EFFROI ET UN GRAND SENTIMENT D'URGENCE NATIONALE, QU'IL FAUT CHANGER AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.