Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Le décret publié au Journal officiel    Belhimer souligne l'urgence de les réguler    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    Concert de Hasna El Becharia    Le Barça perd un joueur avant d'affronter Naples    Communiqué du Conseil des ministres    Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Andy Delort répond encore à Neymar !    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Gros risques sur les banques    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le Chabab, un leader bien fragile    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Des potentialités inexploitées    Le saviez-vous… ?    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCTOBRE ET LE NEANT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2013

Octobre 1988 a vingt-cinq ans. Dans six mois seulement, il y aura des élections présidentielles - selon le calendrier officiel - et cela se discute, exclusivement, au sein du système. Même les animateurs périphériques de la fiction politique ne sont pas consultés et sont livrés à eux-mêmes. Cela se «concocte» loin des regards même si dans la presse on donne des « infos» censées éclairer les enjeux, suggérer un «conflit» et désigner des protagonistes.
En réalité, sans nier la réalité des «clans», c'est une partie qui se joue chez les actionnaires principaux du régime. Et chez eux seuls. Les Algériens, eux, ne sont pas concernés. Ce n'est pas leur choix, il faut le préciser. Depuis octobre 1988, les Algériens cherchent le changement mais ils n'arrivent pas à se doter des instruments pour le réaliser. Parfois, le système parvient à créer l'illusion qu'il y a des enjeux et que le «changement» est dans l'air. Mais le plus souvent, les Algériens observent que tous les instruments du changement pacifique sont neutralisés et qu'on les invite à accepter des ersatz de vie politique. Chez les animateurs agréés et… dans la presse. Un quart de siècle après Octobre 1988, la société algérienne a changé, le système est toujours là. Pratiquement intact avec ses mêmes ressorts, ses gaspillages, ses corruptions et ses inefficacités amplifiées.
Bien entendu, les apparences du changement sont aussi là : des partis, en surnombre, qu'on met parfois sur la scène publique comme un lâcher de faisans, des journaux et même des télévisions ! De quoi les Algériens se plaindraient-ils ? Après tout, Octobre 1988 a cessé d'être un complot depuis que la diplomatie algérienne le présente comme étant un «printemps algérien» accompli bien avant la vague tunisienne. De quoi «croire» le rapport de l'Onu sur le bonheur où l'Algérie n'est pas mal lotie, ce qui est rare dans les classements internationaux. On a de l'argent, le pouvoir veille et les Algériens ne veulent pas d'une nouvelle plongée dans les violences. Cela donne les ingrédients d'une stabilité illusoire.
Les tenants du régime trouveront une fois de plus, d'une manière ou d'une autre et sans se soucier du niveau alarmant de ceux qui ne votent plus et ne regardent plus les JT, le moyen de réduire le scrutin à un acte de confirmation. Exactement comme cela se passait dans une Algérie officiellement sous parti unique d'avant Octobre 1988. L'Algérie en tant que société a changé énormément en 25 ans. Elle a perdu une bonne partie de l'encadrement formé durant le premier quart de siècle de l'indépendance. Elle a connu une période d'affrontements et de traumatismes qu'on a choisi d'occulter au lieu de traiter. Elle a surtout un régime qui a tourné le dos jusqu'à l'idée d'une auto-réforme. On lui impose un surplace politique pour contrer une réforme nécessaire pour être dans son temps et changer un fonctionnement économique désastreux pour ne pas renoncer au développement.
LA NEUTRALISATION DES REFORMES A ETE TRES COUTEUSE. L'ALGERIE A PERDU UNE POPULATION DE CADRES, LA SOCIETE EST SANS CAP MELANT RENONCEMENT, INCIVISME, BIGOTERIE ET CYNISME. IL N'EXISTE PAS DE VIE POLITIQUE SERIEUSE ET COMPETITIVE QUI PERMET DE CADRER LES ENJEUX ET DE DEBATTRE DES OPTIONS D'AVENIR. TOUT SE DECIDE EN VASE CLOS AU SEIN DU REGIME. 25 ANS APRES OCTOBRE 1988, L'ALGERIE POLITIQUE EST FIGEE… DANGEREUSEMENT. LE PAYS QUI A DES POTENTIELS IMPORTANTS EST ENTRAVE ET ENCERCLE PAR UN REGIME TENDU UNIQUEMENT VERS SA PROPRE RECONDUCTION. UN REGIME OU L'ON NE VOIT AUCUN PERSONNAGE «ECLAIRE» COMPRENDRE, AVEC EFFROI ET UN GRAND SENTIMENT D'URGENCE NATIONALE, QU'IL FAUT CHANGER AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.