Forum mondial de l'eau en Indonésie: l'Algérie se distingue par ses positions claires    Para-athlétisme/Mondiaux de Kobe-2024: nouvelle médaille d'argent pour l'Algérie, grâce à Ziamni    Ligue 1 Mobilis: duel à distance pour la place de dauphin, choc "à six points" pour le maintien    Grand Prix International de la Ville d'Alger: 70 coureurs au départ de l'édition 2024, prévue sur 82,5 km    Les SMA célèbrent leur Journée nationale sous le slogan "Les Scouts toujours au service de la patrie"    Deuxième Forum du livre: une quinzaine d'inventeurs et de créateurs algériens distingués    L'armée sahraouie cible le siège d'un bataillon des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    La prévention des conflits en Afrique devrait être une priorité    Benbraham exhorte depuis Akbou à amplifier le mouvement associatif    Deux terroristes abattus dans la wilaya de Chlef    Pêche: Badani donne à Tipasa le coup d'envoi de la campagne de pêche au thon rouge    Le renforcement du parc hôtelier entraînera la baisse des prix    Formation professionnelle: Merabi préside une réunion d'évaluation de l'état d'avancement du processus de numérisation    Agriculture: Création d'une entreprise publique de développement des cultures agricoles stratégiques    Attaf copréside une séance de travail avec son homologue sénégalaise    Infrastructures routières: accorder une importance majeure au Grand sud    La rencontre du président de la République avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues saluée    « Son application ne fera que renforcer l'Etat et protéger le citoyen de tout acte malveillant »    Mondial Para-athlétisme : Médaille de bronze pour Baka (1500m) et Bouchref    Mise à jour de la Ligue 1 Mobilis    US Souf : Six mois de suspension fermes pour le dirigeant Attoussi Belkhir    La Norvège va reconnaître l'Etat de Palestine à compter du 28 mai    La CPI doit également enquêter sur les ministres britanniques    L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa face au silence de la communauté internationale    Le HCLA célèbre la littérature pour enfants    Poursuite des campagnes d'hygiène et de propreté en prévision de la saison estivale    Saisie de 7,920 capsules de psychotrope et arrestation de 7 individus    Ouverture à Alger de la 2e édition    Le projet d'extension de l'aérogare réceptionné    Ouverture du 16e Salon national des arts plastiques    "Zawaya", nouvelle plateforme électronique dédiée aux productions cinématographiques et télévisuelles algériennes    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 27 juin 2024    « c'est ainsi que La Bataille d'Alger nous inspire ! »    Le Président Tebboune rencontre les chefs des partis représentés au sein des Assemblées élues    Le président de la République rencontre les chefs des partis politiques représentatifs au sein des Assemblées élues    Message de condoléances du Président Tebboune    Le pouvoir politique US des deux poids, deux mesures….    Palestine. Mieux vaut tôt que jamais    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Témoignage. Printemps Amazigh. Avril 80    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    L'imagination au pouvoir.    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



OCTOBRE ET LE NEANT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2013

Octobre 1988 a vingt-cinq ans. Dans six mois seulement, il y aura des élections présidentielles - selon le calendrier officiel - et cela se discute, exclusivement, au sein du système. Même les animateurs périphériques de la fiction politique ne sont pas consultés et sont livrés à eux-mêmes. Cela se «concocte» loin des regards même si dans la presse on donne des « infos» censées éclairer les enjeux, suggérer un «conflit» et désigner des protagonistes.
En réalité, sans nier la réalité des «clans», c'est une partie qui se joue chez les actionnaires principaux du régime. Et chez eux seuls. Les Algériens, eux, ne sont pas concernés. Ce n'est pas leur choix, il faut le préciser. Depuis octobre 1988, les Algériens cherchent le changement mais ils n'arrivent pas à se doter des instruments pour le réaliser. Parfois, le système parvient à créer l'illusion qu'il y a des enjeux et que le «changement» est dans l'air. Mais le plus souvent, les Algériens observent que tous les instruments du changement pacifique sont neutralisés et qu'on les invite à accepter des ersatz de vie politique. Chez les animateurs agréés et… dans la presse. Un quart de siècle après Octobre 1988, la société algérienne a changé, le système est toujours là. Pratiquement intact avec ses mêmes ressorts, ses gaspillages, ses corruptions et ses inefficacités amplifiées.
Bien entendu, les apparences du changement sont aussi là : des partis, en surnombre, qu'on met parfois sur la scène publique comme un lâcher de faisans, des journaux et même des télévisions ! De quoi les Algériens se plaindraient-ils ? Après tout, Octobre 1988 a cessé d'être un complot depuis que la diplomatie algérienne le présente comme étant un «printemps algérien» accompli bien avant la vague tunisienne. De quoi «croire» le rapport de l'Onu sur le bonheur où l'Algérie n'est pas mal lotie, ce qui est rare dans les classements internationaux. On a de l'argent, le pouvoir veille et les Algériens ne veulent pas d'une nouvelle plongée dans les violences. Cela donne les ingrédients d'une stabilité illusoire.
Les tenants du régime trouveront une fois de plus, d'une manière ou d'une autre et sans se soucier du niveau alarmant de ceux qui ne votent plus et ne regardent plus les JT, le moyen de réduire le scrutin à un acte de confirmation. Exactement comme cela se passait dans une Algérie officiellement sous parti unique d'avant Octobre 1988. L'Algérie en tant que société a changé énormément en 25 ans. Elle a perdu une bonne partie de l'encadrement formé durant le premier quart de siècle de l'indépendance. Elle a connu une période d'affrontements et de traumatismes qu'on a choisi d'occulter au lieu de traiter. Elle a surtout un régime qui a tourné le dos jusqu'à l'idée d'une auto-réforme. On lui impose un surplace politique pour contrer une réforme nécessaire pour être dans son temps et changer un fonctionnement économique désastreux pour ne pas renoncer au développement.
LA NEUTRALISATION DES REFORMES A ETE TRES COUTEUSE. L'ALGERIE A PERDU UNE POPULATION DE CADRES, LA SOCIETE EST SANS CAP MELANT RENONCEMENT, INCIVISME, BIGOTERIE ET CYNISME. IL N'EXISTE PAS DE VIE POLITIQUE SERIEUSE ET COMPETITIVE QUI PERMET DE CADRER LES ENJEUX ET DE DEBATTRE DES OPTIONS D'AVENIR. TOUT SE DECIDE EN VASE CLOS AU SEIN DU REGIME. 25 ANS APRES OCTOBRE 1988, L'ALGERIE POLITIQUE EST FIGEE… DANGEREUSEMENT. LE PAYS QUI A DES POTENTIELS IMPORTANTS EST ENTRAVE ET ENCERCLE PAR UN REGIME TENDU UNIQUEMENT VERS SA PROPRE RECONDUCTION. UN REGIME OU L'ON NE VOIT AUCUN PERSONNAGE «ECLAIRE» COMPRENDRE, AVEC EFFROI ET UN GRAND SENTIMENT D'URGENCE NATIONALE, QU'IL FAUT CHANGER AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.