Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contribution
La strat�gie du choc
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2011

Si des traumatismes collectifs des guerres, des coups d�Etat, des catastrophes naturelles ou encore des attaques terroristes peuvent �tre instrumentalis�s pour permettre � un quelconque pouvoir d�imposer des restrictions, des changements, voire m�me certains choix politiques, l�Alg�rie de ce point de vue n�a malheureusement connu que cela depuis l�av�nement de son ind�pendance.
En effet, d�s le lendemain de l�ind�pendance, les Alg�riens, lass�s par sept ann�es d�une guerre parmi les plus meurtri�res du vingti�me si�cle, ont de nouveau replong� dans des tourbillons tout aussi incertains dict�s par la lutte pour le pouvoir. C�est ainsi que Benkheda �vin�a Ferhat Abbes, premier pr�sident du Gouvernement provisoire alg�rien (GPRA) en 61 (d�j�). Benkheda fut � son tour �cart� et remplac� par Ahmed Ben Bella, qui fut lui-m�me �d�barqu� apr�s un coup d�Etat militaire en 1965. Rappelons juste pour l�histoire ce que Ben Bella pensait d�j� de la d�mocratie � cette �poque dans une conf�rence de presse du 5 novembre 1962 : pour lui, la d�mocratie qu�il qualifiait de �d�mocratie lib�rale impliquant plusieurs partis, est une conception qui n�est pas valable pour notre pays�(9). Tous ces drames qu�a connus l�Alg�rie au lendemain de son ind�pendance avaient �t� rendus possibles par l�extr�me fragilit� de la soci�t� alg�rienne, qui n�aspirait � l��poque, suite � sept ann�es de guerre de lib�ration et un million et demi de chahids, qu�� la paix et ne se sentait nullement capable de faire face � de nouveaux conflits. Aussi, apr�s 130 ans d�un r�gne colonial des plus infamants, apr�s le choc d�une guerre de lib�ration parmi les plus violentes du vingti�me si�cle, les Alg�riens �taient pr�ts � tout accepter du moment qu�on les laisse savourer tranquillement leur ind�pendance ch�rement acquise. En surfant sur cette vague du choc colonial et du choc de la guerre d�Alg�rie, les leaders de l��poque ont r�ussi � mettre en place un syst�me politique qui n�a malheureusement jamais chang� jusqu�au jour d�aujourd�hui. A quelques d�tails pr�s, les m�mes pratiques politiques avec sensiblement les m�mes figures politiques sont toujours en vigueur. Il y a eu, certes, des tentatives pour mettre � mal ce syst�me, notamment les �v�nements d�Octobre 1988, mais avec du recul, on se rend compte, qu�en r�alit�, cette tentative dont il est �tabli, selon Benchikh(10) citant Nezzar, qu�elle n�est que la cons�quence de manipulations au sein m�me du pouvoir, cette tentative ne visait en aucune mani�re le syst�me proprement dit, mais seulement un changement d�hommes au sein de ce syst�me et une nouvelle fa�on de se partager la rente. Ainsi, si ce syst�me a failli c�der, ce n�est pas d� � des revendications externes, mais bien � des contradictions �manant de son int�rieur. En tout �tat de cause, la r�volte d�Octobre 1988 a ouvert les yeux � ce syst�me et lui a permis de mieux se red�ployer, mais quoi qu�il en soit, suite � ces �v�nements qui ont pris l�allure d�une v�ritable r�volution, d�passant et bousculant les pronostics strat�giques de ceux qui les ont initi�s, le syst�me politique qui a gouvern� l�Alg�rie depuis l�ind�pendance jusqu�� l�av�nement de cette date fatidique a enfin daign� s�ouvrir aux bienfaits de la d�mocratie et du multipartisme par l�adoption d�une Constitution, approuv�e par r�f�rendum le 23 f�vrier 1989, introduisant le pluralisme politique et consacrant le principe de s�paration des pouvoirs.( 4) Ce nouveau texte qui a profond�ment chang� le r�gime constitutionnel alg�rien a, � son tour, �t� amend� en 1996. Abdelaziz Rahabi(11) �crit � propos de ce nouveau texte : �la Constitution de novembre 1996 a �t� discut�e dans un contexte marqu� par une grave crise politique interne et se voulait comme la synth�se de l�exp�rience institutionnelle des 40 derni�res ann�es. A ce titre, elle a consacr� le principe de l��quilibre des pouvoirs en instituant la deuxi�me chambre en tenant compte de l�exp�rience de la crise institutionnelle issue de la dissolution de l�APN en 1992 et a adopt� la r�gle de la limitation des mandats pour favoriser l�alternance d�mocratique au pouvoir et att�nuer les effets du pouvoir personnel que l�Alg�rie porte comme une tare depuis le mouvement national. Rehabi ajoute, pour l�histoire, que l�avantprojet de Constitution pr�sent� � l��t� 1996 par le pr�sident Liamine Z�roual proposait un seul mandat de 7 ans non renouvelable, tout comme le Mexique d�ailleurs (6 ans). Selon cet auteur, il aura fallu beaucoup d�insistance de la commission politique institu�e � cet effet pour l�amener � admettre le principe d�un mandat renouvelable une seule fois, ce qui est par ailleurs le principe dominant dans le monde.� Cependant, cette ouverture politique consacr�e par la Constitution de 1989 amend�e en 1996, semble avoir �t� biais�e d�s le d�part. En effet, il n�est pas du tout �vident pour un syst�me politique herm�tique, qui a toujours gouvern� sans partage, de se r�former du jour au lendemain, si bien que, selon Benchikh(12), �la Constitution de 1989, amend�e en 1996, �tablit un r�gime qui n�a que l�apparence d�une d�mocratie puisque l�arm�e reste au centre du pouvoir�. Selon cet auteur, �cette ouverture politique inspir�e par la pr�sidence de la R�publique ne d�bouche que sur une d�mocratie de fa�ade et n�appara�t pas comme une transition authentique vers un processus d�mocratique. D�une part, parce que le commandement militaire continue d�exercer une forte emprise sur le syst�me politique, d�autre part, la faiblesse des partis d�opposition d�mocratique est telle qu�ils ne sont pas en mesure de d�clencher un mouvement d�envergure susceptible de contraindre les d�tenteurs d�aucun pouvoir pour modifier le syst�me�. Selon Benchikh (ibid.), �c�est sur cette base que s�explique la permanence de l�emprise du commandement militaire sur le syst�me politique et c�est l�arm�e qui reste la d�tentrice du pouvoir r�el et qui d�signe les chefs d�Etat. C�est ainsi, selon Benchikh, que tous les chefs d�Etat qui ont �t� �lus, m�me apr�s 1989, ont �t� des candidats choisis par le commandement militaire�. Ainsi, en surfant sur des chocs successifs, celui de la colonisation suivi par celui des immenses sacrifices qu�a occasionn�s la guerre d�Alg�rie, les leaders alg�riens, ceux qui ont r�ussi � s�accaparer du pouvoir au lendemain de l�ind�pendance, ont r�ussi � se tailler un syst�me politique sur mesure. Par la suite, en instrumentant les traumatismes et les chocs, toujours dans cette perspective de la strat�gie du choc, ils ont r�ussi contre vents et marais � p�renniser ce syst�me. C�est ainsi que les �v�nements d�Octobre 1988, qui ont fait officiellement 169 victimes alors que d�autres sources invoquent 500 et certains jusqu'� 1 200 morts et plus de 15 000 handicap�s � vie, ces �v�nements qui ont provoqu� un choc terrible parce que jusque-l� personne ne pouvait imaginer que des Alg�riens tireraient sur d�autres Alg�riens, ces �v�nements choquants et traumatisants ont permis au pourvoir, non seulement de se relooker pour devenir plus fr�quentable, mais aussi et surtout d�imposer des r�formes �conomiques ultralib�rales de la m�me veine que ceux pr�n�s par Milton Friedman et les �Chicago Boys�, un groupe d'�conomistes chiliens des ann�es 1970, form�s � l'Universit� de Chicago et influenc�s par Milton Friedman et Arnold Harberger et qui travaill�rent pour la dictature militaire chilienne dirig�e par le g�n�ral Augusto Pinochet jouant un r�le majeur dans ce qui est parfois appel� le �miracle chilien� (formule de Milton Friedman). Cette nouvelle strat�gie �conomique du pouvoir de type mon�tariste : autonomie � l�entreprise publique, non fixation administrative des prix, introduction de la concurrence dans le secteur public, restauration du commerce du gros (� caract�re marchand), r�forme bancaire et cr�ation d�une bourse, suppression du monopole d�Etat sur le commerce ext�rieur, accueil des investissements �trangers, adaptation du taux de change et convertibilit� de la monnaie, �ce type de r�forme qui visait � surmonter des d�s�quilibres r�els par des politiques mon�taires et financi�res, a partout �chou� et �la situation �conomique et financi�re de l�Alg�rie n�a cess� de se d�t�riorer, et ce, que ce soit pour les entreprises que pour les citoyens, obligeant les pouvoirs publics � recourir en avril 1994 � la conditionnalit� du FMI ainsi qu�au r��chelonnement d�une partie de la dette ext�rieure� Les retomb�es sociales, notamment l�aggravation du ch�mage et la pauvret�, ont constitu� les effets pervers de ce processus et face au ph�nom�ne qui perdure encore, l�Etat s�est trouv� d�sarm�. De m�me, les solutions pr�conis�es et mises en �uvre n�ont pas donn� des r�sultats � la hauteur des espoirs�. Ces r�formes impos�es dans le cadre du programme d�ajustement structurel sous la surveillance du FMI et leur cons�quence imm�diate, la fermeture des entreprises non performantes avec pour corollaire la mise au ch�mage de milliers de travailleurs et la paup�risation de pans entiers de la soci�t� sans le parapluie protecteur de l�Etat, n�ont fait qu�aggraver la fracture sociale g�n�rant d�intenses sentiments de solitude et d�abandon face � la toute-puissance de l�argent qui est d�sormais �le m�tre �talon�. Le passage brutal � l��conomie de march� sans sa contre-partie une vraie d�mocratisation du syst�me politique et une plus grande libert� de l�expression syndicale qui est son pendant naturel, a fragilis� encore plus une soci�t� qui, jusque-l�, a pratiquement v�cu sous perfusion et a fini par op�rer sur les comportements et les mentalit�s des Alg�riens des mutations d�vastatrices. L�aggravation de cette fracture sociale a �t� d�multipli�e par une autre crise autrement plus destructrice, crise qui a failli mener le pays vers le chaos, celle de la guerre civile et de la d�cennie noire ou plut�t de la d�cennie rouge pour tout ce sang innocent qui a coul�. Des statistiques ont r�v�l� que la d�cennie noire en Alg�rie a enregistr� pr�s de 40 mille enfants orphelins de p�re, et 7 mille enfants affili�s � un p�re terroriste, et pr�s de 3 000 femmes viol�es et un montant d�une valeur de 20 milliards de dollars comme d�g�ts mat�riels. Les cons�quences de cette d�cennie noire se sont sold�es notamment par l�instauration d�un �tat d�urgence qui s�est p�rennis� et qui vient de faire place, tout r�cemment, � un quasi �tat de si�ge, le verrouillage du
champ politique et le non-respect des droits de l�Homme. L�ampleur des drames v�cus au cours de cette p�riode, les chocs occasionn�s par le d�cha�nement d�une violence in�gal�e et la barbarie qui l�a accompagn�e ont durablement et de fa�on ind�l�bile marqu� l�esprit des Alg�riens qui s�accordent tous � dire �plus jamais �a�. Ce choc ultime ? Esp�rons qu�il n�y en aura pas d�autres, ce traumatisme sans pr�c�dent a inhib� chez les Alg�riens toute vell�it� contestatrice les rendant aptes � tous les renoncements et � tous les compromis pour peu que la paix sociale soit sauvegard�e. Conscients de cet �tat d�esprit, les tenants du pouvoir en Alg�rie, au lieu d�aller vers un syst�me politique capable de rassembler tous les Alg�riens, vers un mode de gouvernance qui ouvrirait le champ politique � une v�ritable participation citoyenne et dans un aveuglement insens�, ont tout fait pour que le syst�me � l�origine de tous les travers que cette nation n�a pas cess� de tra�ner derri�re elle depuis son ind�pendance, soit sauvegard�. C�est ainsi que, tel le sphinx renaissant de ses cendres, et apr�s toutes les douleurs, toutes les souffrances, tous les malheurs que cette nation, que ce peuple a pu endurer, le parti unique, et toutes les autres �uniques� : le syndicat unique, la cha�ne de t�l�vision unique sont toujours l� plus arrogants que jamais. Il n�y a qu�� voir la mani�re avec laquelle monsieur le Premier ministre s�adresse aux journalistes pour comprendre que ce syst�me n�est pas pr�s de c�der la place, ni m�me de s�amender. Je crois que de ma vie je n�ai rencontr� autant d�arrogance, de suffisance et de morgue chez une seule personne que celle de monsieur le Premier ministre quand il vient nous ass�ner, sans sourciller et avec une assurance qui frise le cynisme, qu�il n�y a pas de crise politique en Alg�rie mais seulement une crise sociale et �conomique, ajoutant qu�une assembl�e constituante ferait perdre au pays cinquante ann�es de vie politique et institutionnelle. Mais qu�y perdrions-nous en v�rit� ? Cinquante ans de parti unique et de langue de bois ? Cinquante ans d�enrichissement outrageux d�une oligarchie qui s�est �rig�e en ma�tre absolu de ce pays sans aucune possibilit� de changement, avec les m�mes hommes qui se relayent au pouvoir depuis pratiquement l�ind�pendance � nos jours ? Qu�y perdrions-nous ? Des ministres inamovibles, des responsables � tous les �chelons de d�cision, ind�boulonnables et qui, pour la plupart d�entre eux, sont l� depuis plus de dix ans au moins comme s�il n�y avait qu�eux en Alg�rie et que sans eux le pays ne pouvait marcher, alors que le pays est en train de s�enfoncer dans le marasme de la mauvaise gestion et de la mauvaise gouvernance ? Si c�est tout ce que nous risquons de perdre en allant vers une assembl�e constituante et bien j�irais vers cette constituante en courant et deux fois plus qu�une. Le syst�me politique alg�rien, instrumentant avec brio les chocs successifs que ce peuple a subis, se sait momentan�ment � l�abri d�un soul�vement populaire parce qu�il sait que le peuple alg�rien est fatigu� et qu�il a eu sa part de malheurs, mais jusqu'� quand ? Ce syst�me n�est qu�en sursis, il sait tr�s bien qu�il est fini mais dans un aveuglement pathologique, un aveuglement infini, il persiste dans une esp�ce d�autisme suicidaire � ne pas vouloir voir et entendre. C�est Einstein qui disait que seules deux choses sont infinies : l�espace et la b�tise humaine. Cette citation s�applique parfaitement � nos hommes politiques, lesquels, contre toute logique, contre tout bon sens et par pure b�tise, refusent � admettre que le changement est in�luctable et que la dynamique impuls�e par la r�volution tunisienne n�est pas pr�s de s�arr�ter parce que les peuples arabes ont compris, qu�� l�instar des autres nations civilis�es, eux aussi sont des �tres humains qui ont les m�mes droits � la libert� et aux aspirations d�mocratiques et qu�ils ne sont plus condamn�s � l'alternative du dictateur plus ou moins �clair� ou celle des islamistes. En effet, une nouvelle g�n�ration, connect�e et d�sireuse de vivre �normalement�, sans la censure des dictateurs, ni les fatwas des imams, est en train progressivement de prendre la rel�ve et avec laquelle il va falloir dor�navant compter. Marie Kostrz �crit tr�s justement � propos de cet aveuglement des pays arabes qui continuent encore � ne pas vouloir tenir compte de cette nouvelle donne sociopolitique des r�volutions qui sont en train de secouer des r�gimes qu�on a cru jusque-l� ind�boulonnables, que �le pire, pour les r�gimes autoritaires, serait de consid�rer que survivre � cette vague r�volutionnaire leur donnerait un blanc-seing pour poursuivre comme si de rien n'�tait. Ce serait la meilleure recette pour prendre en pleine figure l'effet boomerang de leur immobilisme�. Elle ajoute : �Et si la r�volution de la jeunesse arabe devait se trouver d'autres formes, d'autres modes d'organisation ? Cela pourrait donc parfaitement ne pas prendre la m�me forme d�action. D'autres r�voltes ou d'autres r�volutions, tout aussi impr�visibles et d�concertantes que celle qui vient de balayer en quelques semaines des r�gimes qui semblaient ind�boulonnables, peuvent � tout moment balayer ces certitudes. Pour Marie Kostrz, �aucun autre dirigeant arabe ne peut ignorer aujourd'hui les menaces qui p�sent sur lui. D'abord parce qu'ils ont tous compris que lorsque leurs enfants �taient sur Facebook, ce n'�tait pas seulement pour draguer ou �changer des photos de soir�e avec leurs amis, mais aussi pour pr�parer des r�volutions� S'il est donc peu probable que le sc�nario tunisien et �gyptien se reproduise aussi facilement ailleurs, il n'en demeure pas moins que le signal lanc� par ces deux r�volutions reste entier : le temps des despotes b�tes et m�chants qui ont dirig� depuis des d�cennies la quasi-totalit� du monde arabe est r�volu. S'ils parviennent � survivre � cette crise, les monarques, despotes mous ou durs qui gouvernent actuellement le monde arabe doivent tenir compte de ce changement fondamental. Ils devront s'adapter rapidement, ou mourir, d'une mani�re ou d'une autre, � court terme�.
M.-N. N.
R�f�rences
(9) A�t Benali B., De l�ind�pendance au coup d�Etat de 1965 : histoire de l�usurpation du pouvoir, Le Quotidien d�Alg�rie, tribune de l�Alg�rie libre, http://www.lequotidienalgerie.org/2011/03/29/d e-l�independance-au-coup-d�etat-de-1965-histoire- de-l�usurpation-du-p
(10) Benchikh M., �Les Constitutions en Alg�rie ne refl�tent pas la pratique politique�, El Watandu 28 f�vrier 2009.
(11) Rahabi A., Constitution : le temps des incertitudes, � propos d�un hypoth�tique troisi�me mandat du pr�sident, El-Watandu 17 janvier 2008.
(12) Benchikh M., L�Organisation du syst�me politique, www.algerie-tpp.org/tpp/.../dossier_ 13_systeme_politique.pdf -. (3) Mohammed Abdelwahab Bekhechi, Remarques sur l��volution du droit constitutionnel alg�rien de l�ind�pendance � la r�vision constitutionnelle de 1996, www.cedroma.usj.edu.lb/pdf/cpayar/bekhe.pdf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.