Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Seuls 52% des abonnés de la SEOR sont à jour : 200 milliards de cts de créances détenues auprès des «mauvais payeurs»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 05 - 2014


Le recouvrement des créances détenues auprès des mauvais payeurs demeure un perpétuel casse-tête pour les responsables de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran (SEOR). Le montant des factures impayées a atteint un seuil intolérable de 200 milliards de cts, soit l'équivalent d'une année d'exercice, regrettent les responsables de la direction commerciale de cette société. Seuls 52% des abonnés sont à jour, alors que 27% sont considérés par la SEOR comme de «très mauvais payeurs». Le reste des abonnés (21%), essentiellement des collectivités locales et des grands clients (industriels, sociétés, prestataires de services...), payent souvent leurs factures en retard. Les 27% des abonnés considérés comme «très mauvais payeurs» s'acquittent rarement ou jamais de leurs factures. Le retard de paiement pour certains abonnés peut s'allonger, en moyenne, à une année. La société a tenté à de nombreuses reprises le recouvrement de ces créances par une procédure amiable, mais la quasi-totalité des mauvais payeurs continuent de faire la sourde oreille. Des procédures dites d'urgence ont été mises en place par la société pour lutter contre ces comportements, cependant, des contraintes d'ordre technique entravent les efforts entrepris jusque-là pour le recouvrement des créances. Parmi ces contraintes techniques, une bonne partie des abonnés dans les zones suburbaines ne dispose pas de compteurs individuels. L'emplacement de nouveaux compteurs dans ces localités demeure une tâche ardue car il nécessite le renouvellement de tout le réseau d'approvisionnement en eau. Autre entrave rencontrée est que pour certains abonnés, les compteurs sont installés à l'intérieur des domiciles, ce qui empêche les agents de la SEOR de procéder aux relevés de consommation d'eau. Outre le lourd préjudice financier causé à la SEOR, ce phénomène de factures impayées serait la principale cause du gaspillage de l'eau. La devise des «mauvais payeurs» est simple : «si je ne paye pas l'eau, alors je peux la gaspiller». L'«effet dissuasif» que la SEOR espérait avoir en appliquant des tarifs progressifs aux abonnés pour s'assurer un rationnement de la consommation de cette ressource précieuse ne fonctionne pas avec ces «mauvais payeurs» qui sont accusés d'être de grands gaspilleurs d'eau. Il est à noter que le taux de rendement technico-commercial de la SEOR ne dépasse guère les 60% en raison notamment des grandes difficultés pour récupérer les créances.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.