Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Seuls 52% des abonnés de la SEOR sont à jour : 200 milliards de cts de créances détenues auprès des «mauvais payeurs»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 05 - 2014


Le recouvrement des créances détenues auprès des mauvais payeurs demeure un perpétuel casse-tête pour les responsables de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran (SEOR). Le montant des factures impayées a atteint un seuil intolérable de 200 milliards de cts, soit l'équivalent d'une année d'exercice, regrettent les responsables de la direction commerciale de cette société. Seuls 52% des abonnés sont à jour, alors que 27% sont considérés par la SEOR comme de «très mauvais payeurs». Le reste des abonnés (21%), essentiellement des collectivités locales et des grands clients (industriels, sociétés, prestataires de services...), payent souvent leurs factures en retard. Les 27% des abonnés considérés comme «très mauvais payeurs» s'acquittent rarement ou jamais de leurs factures. Le retard de paiement pour certains abonnés peut s'allonger, en moyenne, à une année. La société a tenté à de nombreuses reprises le recouvrement de ces créances par une procédure amiable, mais la quasi-totalité des mauvais payeurs continuent de faire la sourde oreille. Des procédures dites d'urgence ont été mises en place par la société pour lutter contre ces comportements, cependant, des contraintes d'ordre technique entravent les efforts entrepris jusque-là pour le recouvrement des créances. Parmi ces contraintes techniques, une bonne partie des abonnés dans les zones suburbaines ne dispose pas de compteurs individuels. L'emplacement de nouveaux compteurs dans ces localités demeure une tâche ardue car il nécessite le renouvellement de tout le réseau d'approvisionnement en eau. Autre entrave rencontrée est que pour certains abonnés, les compteurs sont installés à l'intérieur des domiciles, ce qui empêche les agents de la SEOR de procéder aux relevés de consommation d'eau. Outre le lourd préjudice financier causé à la SEOR, ce phénomène de factures impayées serait la principale cause du gaspillage de l'eau. La devise des «mauvais payeurs» est simple : «si je ne paye pas l'eau, alors je peux la gaspiller». L'«effet dissuasif» que la SEOR espérait avoir en appliquant des tarifs progressifs aux abonnés pour s'assurer un rationnement de la consommation de cette ressource précieuse ne fonctionne pas avec ces «mauvais payeurs» qui sont accusés d'être de grands gaspilleurs d'eau. Il est à noter que le taux de rendement technico-commercial de la SEOR ne dépasse guère les 60% en raison notamment des grandes difficultés pour récupérer les créances.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.