Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hai Derb, Sidi El-Houari, El-Mokrani... 66 immeubles démolis
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 11 - 2014

Pas moins de 66 immeubles évacués suite aux opérations de relogement ont été démolis. Ces immeubles sont repartis sur les quartiers de Sidi El-Houari, El-Derb et El-Mokrani, enter autres. Il s'agit des immeubles évacués non contigus à d'autres. La démolition des constructions ancrées dans des îlots de maisons représenterait un problème non moins complexe. Pour ces cas il a été préconisé la démolition des escaliers et le bétonnage des entrées et des fenêtres. Près de 800 immeubles entrent dans cette catégorie. Annoncé il y a plus de trois ans, la démolition des immeubles évacués, programmée par les services concernés, a traîné en raison du manque de moyens matériels et financiers pour les mener à bien et aussi à cause du vide juridique. Un projet de création d'une régie communale chargée de la démolition des immeubles en ruine dans les quartiers populaires a été approuvé par les autorités locales il y a près de 3 années, mais à ce jour cette régie n'a pas été créée. Faute d'avoir été démolis, de nombreux édifices laissés vacants depuis le lancement des relogements en 2006 se sont transformés en refuge pour les délinquants et les dealers. Devant cet état de fait et pour éviter tout incident, les services de la wilaya ont décidé de confier les démolitions à des entreprises privées. Une vingtaine ont été sélectionnées pour l'éradication de ces immeubles. Selon des spécialistes, tout acte de démolition ne peut être spontané car il touche trois catégories différentes d'immeubles. La première catégorie concerne les immeubles relevant de la propriété privée et dont les propriétaires sont difficilement joignables. La seconde catégorie concerne les immeubles situés au cœur du tissu urbain et la troisième catégorie concerne les structures sous forme de carcasse. Pour ce qui est de l'aspect technique, les sites à nettoyer comprennent des constructions plus coriaces à la démolition, car faites le plus souvent de béton et ancrées dans des îlots de maisons, inquiétant de ce fait le voisinage et sont surtout en hauteur..
Les services techniques de la commune ont classé les immeubles évacués en deux catégories: la première concerne les immeubles dans un état de dégradation avancée qui seront complètement rasés, alors que la seconde catégorie concerne les immeubles dont les façades représentent un cachet architectural historique et qui peuvent faire l'objet d'une réhabilitation.
Notons que l'opération de démolition de tous les immeubles dont les occupants ont été relogées se poursuit toujours. Ces anciennes bâtisses sont situées dans sept secteurs urbains que compte la commune d'Oran dont Sidi El-Houari, El Badr, Sidi El-Bachir, Es-Seddikia, El-Makkari, El-Mokrani et El-Emir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.