Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIARET: Une ville mal chaussée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2015


Sujet dans toutes les bouches : les rues et ruelles de la ville de Tiaret sont dans un piteux état. En effet, les automobilistes, tout comme les piétons, fulminent contre l'état des routes à l'intérieur du réseau urbain de la ville. Un temps entièrement retapées à neuf, au plus grand soulagement des Tiarétiens, presque partout dans la ville, les routes sont dégradées au point que les transports publics et autres chauffeurs de taxi boudent carrément certains quartiers de Tiaret avec une chaussée dans un état lamentable, sous l'effet du travail bâclé et de l'augmentation effrénée du parc automobile. «A Tiaret, le commerce de la pièce de rechange, contrefaite par-dessus le marché, explose, avec des prix prohibitifs que nous ne pouvons répercuter sur le client, d'où la situation impossible dans laquelle nous nous trouvons», se plaint l'un des plus anciens chauffeurs de taxi sur la place de Tiaret. En plein cœur de la ville de Tiaret, jadis prestigieuses et bien entretenues, des rues sont défoncées. C'est le cas de la rue de la Victoire, la rue de l'Indépendance ou encore de la rue Thiers. Les travaux, qui traînent en longueur, ont été entamés au niveau de ces principales artères du centre-ville, avec des gravats en tous genres abandonnés sur la chaussée. Et avec l'obstruction des trottoirs étroits par des commerçants, avec divers objets encombrants déposés à l'entrée des magasins, il devient impossible d'emprunter ces rues sans «slalomer» pour ne pas se faire emboutir par un véhicule ou buter sur un objet placé en travers de la chaussée. Les vendeurs à la sauvette qui squattent ces rues finissent par donner au centre-ville les allures d'un capharnaüm, chahutant gravement l'image de l'antique Tihert. D'autres endroits de la ville comme «Trig El-Beïda», la cité «Volani» et Oued Tolba deviennent carrément infréquentables, surtout en période hivernale, avec des trous béants remplis d'eaux pluviales, ce qui constitue un véritable cauchemar pour les conducteurs comme pour les piétons. « Impossible de rouler en voiture sans se prendre les roues dans des nids-de-poule gros comme des cratères » fulmine Khaled, les pieds dans la gadoue, au populeux quartier de « Volani », au sud de la ville. « Même s'il est vrai que des efforts importants ont été consentis pour retaper tout le réseau routier intra-muros, les tares et autres vices cachés sont vite apparus après que les premières gouttelettes de pluies soient tombées » renchérit Djilali, dont le véhicule est chez le mécanicien après avoir par deux fois cassé ses amortisseurs. Plusieurs «points noirs» sont recensés aux quatre coins de la ville. « A Tiaret, entre une fondrière et une autre, il y a un gros nid d'autruche » trouve le moyen d'ironiser Abed, citant l'exemple de la trémie du carrefour «Regina», fermée à plusieurs reprises, en raison des affaissements répétés des avaloirs. Que ce soit au nord ou au sud de la ville, pratiquement aucune rue ni ruelle n'est épargnée par les nids-de-poule et autres ornières, à un point tel que de nombreuses personnes évitent carrément de sortir leurs véhicules, de peur d'y laisser qui un amortisseur, qui un pneu ou carrément une suspension en entier. La reprise des réseaux publics de gaz, d'eau potable et d'assainissement a transformé certains quartiers en des chantiers à ciel ouvert. Les entreprises, une fois leur intervention achevée, plient armes et bagages, laissant la chaussée dégradée, une situation aggravée par les chutes de neige et importantes précipitations de ces derniers jours. Décidément, Tiaret, qui prétend au rôle de capitale régionale et grand pôle économique et commercial parmi les plus importants du pays, est très mal chaussée et il est peut-être temps de «lui trouver bonne chaussure à ses pieds», comme suggéré, avec une pointe d'ironie, par Ammi Tahar, lui-même ancien employé des ex-Ponts et Chaussées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.