Tabbou, Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Le Général de corps d'armée Chanegriha met en avant la symbolique d'organiser la cérémonie de remise de grades au Palais du Peuple    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIARET: Une ville mal chaussée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2015


Sujet dans toutes les bouches : les rues et ruelles de la ville de Tiaret sont dans un piteux état. En effet, les automobilistes, tout comme les piétons, fulminent contre l'état des routes à l'intérieur du réseau urbain de la ville. Un temps entièrement retapées à neuf, au plus grand soulagement des Tiarétiens, presque partout dans la ville, les routes sont dégradées au point que les transports publics et autres chauffeurs de taxi boudent carrément certains quartiers de Tiaret avec une chaussée dans un état lamentable, sous l'effet du travail bâclé et de l'augmentation effrénée du parc automobile. «A Tiaret, le commerce de la pièce de rechange, contrefaite par-dessus le marché, explose, avec des prix prohibitifs que nous ne pouvons répercuter sur le client, d'où la situation impossible dans laquelle nous nous trouvons», se plaint l'un des plus anciens chauffeurs de taxi sur la place de Tiaret. En plein cœur de la ville de Tiaret, jadis prestigieuses et bien entretenues, des rues sont défoncées. C'est le cas de la rue de la Victoire, la rue de l'Indépendance ou encore de la rue Thiers. Les travaux, qui traînent en longueur, ont été entamés au niveau de ces principales artères du centre-ville, avec des gravats en tous genres abandonnés sur la chaussée. Et avec l'obstruction des trottoirs étroits par des commerçants, avec divers objets encombrants déposés à l'entrée des magasins, il devient impossible d'emprunter ces rues sans «slalomer» pour ne pas se faire emboutir par un véhicule ou buter sur un objet placé en travers de la chaussée. Les vendeurs à la sauvette qui squattent ces rues finissent par donner au centre-ville les allures d'un capharnaüm, chahutant gravement l'image de l'antique Tihert. D'autres endroits de la ville comme «Trig El-Beïda», la cité «Volani» et Oued Tolba deviennent carrément infréquentables, surtout en période hivernale, avec des trous béants remplis d'eaux pluviales, ce qui constitue un véritable cauchemar pour les conducteurs comme pour les piétons. « Impossible de rouler en voiture sans se prendre les roues dans des nids-de-poule gros comme des cratères » fulmine Khaled, les pieds dans la gadoue, au populeux quartier de « Volani », au sud de la ville. « Même s'il est vrai que des efforts importants ont été consentis pour retaper tout le réseau routier intra-muros, les tares et autres vices cachés sont vite apparus après que les premières gouttelettes de pluies soient tombées » renchérit Djilali, dont le véhicule est chez le mécanicien après avoir par deux fois cassé ses amortisseurs. Plusieurs «points noirs» sont recensés aux quatre coins de la ville. « A Tiaret, entre une fondrière et une autre, il y a un gros nid d'autruche » trouve le moyen d'ironiser Abed, citant l'exemple de la trémie du carrefour «Regina», fermée à plusieurs reprises, en raison des affaissements répétés des avaloirs. Que ce soit au nord ou au sud de la ville, pratiquement aucune rue ni ruelle n'est épargnée par les nids-de-poule et autres ornières, à un point tel que de nombreuses personnes évitent carrément de sortir leurs véhicules, de peur d'y laisser qui un amortisseur, qui un pneu ou carrément une suspension en entier. La reprise des réseaux publics de gaz, d'eau potable et d'assainissement a transformé certains quartiers en des chantiers à ciel ouvert. Les entreprises, une fois leur intervention achevée, plient armes et bagages, laissant la chaussée dégradée, une situation aggravée par les chutes de neige et importantes précipitations de ces derniers jours. Décidément, Tiaret, qui prétend au rôle de capitale régionale et grand pôle économique et commercial parmi les plus importants du pays, est très mal chaussée et il est peut-être temps de «lui trouver bonne chaussure à ses pieds», comme suggéré, avec une pointe d'ironie, par Ammi Tahar, lui-même ancien employé des ex-Ponts et Chaussées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.