Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Covid-19/Sétif : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji dévoilé à Alger    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville «mal chaussée»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 03 - 2009


Toutes les rues et ruelles de la ville de Tiaret, et notamment celles de la partie sud de la ville, sont dans un très mauvais état, au grand dam des automobilistes et même des simples piétons. En effet, alors qu'elles ont été retapées à coups de milliards il y a à peine une année de cela, les dernières intempéries ont mis à nu les nombreuses malfaçons et autres tricheries dans la pose du bitume. A «Volani» par exemple, un quartier desservi par deux voies et un axe stratégique de la nouvelle ville, où le trafic automobile est le plus important de tout Tiaret, les ornières et autres nids-de-poule sont si nombreux que les usagers de la route ont l'impression de marcher sur un champ de patates. «Même un véhicule tout-terrain y laisserait sa mécanique», tempêtait lundi un taxieur qui y a laissé un amortisseur, cassé après une chute brusque dans une «crevasse» près du siège de la poste. De nombreux automobilistes y laissent qui un pot d'échappement, qui un pneu, qui des amortisseurs... Il y a deux semaines de cela, des nids-de-poule gros comme des cratères ont été colmatés à la hâte, pour céder dès les premières pluies. Pourtant, une enveloppe financière de plusieurs dizaines de milliards de centimes a été dégagée par les pouvoirs publics pour la reprise totale du réseau routier urbain et périurbain, confessait dernièrement le directeur des travaux publics sur les ondes de la radio locale. Et au moment où toute la population jase sur le mauvais état des routes à l'intérieur du périmètre urbain de la ville, la commune et la direction des travaux publics en sont encore à se jeter la balle pour savoir à qui incombe le travail de réparer ces routes qui donnent à la capitale de la wilaya un visage si hideux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.