PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville «mal chaussée»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 03 - 2009


Toutes les rues et ruelles de la ville de Tiaret, et notamment celles de la partie sud de la ville, sont dans un très mauvais état, au grand dam des automobilistes et même des simples piétons. En effet, alors qu'elles ont été retapées à coups de milliards il y a à peine une année de cela, les dernières intempéries ont mis à nu les nombreuses malfaçons et autres tricheries dans la pose du bitume. A «Volani» par exemple, un quartier desservi par deux voies et un axe stratégique de la nouvelle ville, où le trafic automobile est le plus important de tout Tiaret, les ornières et autres nids-de-poule sont si nombreux que les usagers de la route ont l'impression de marcher sur un champ de patates. «Même un véhicule tout-terrain y laisserait sa mécanique», tempêtait lundi un taxieur qui y a laissé un amortisseur, cassé après une chute brusque dans une «crevasse» près du siège de la poste. De nombreux automobilistes y laissent qui un pot d'échappement, qui un pneu, qui des amortisseurs... Il y a deux semaines de cela, des nids-de-poule gros comme des cratères ont été colmatés à la hâte, pour céder dès les premières pluies. Pourtant, une enveloppe financière de plusieurs dizaines de milliards de centimes a été dégagée par les pouvoirs publics pour la reprise totale du réseau routier urbain et périurbain, confessait dernièrement le directeur des travaux publics sur les ondes de la radio locale. Et au moment où toute la population jase sur le mauvais état des routes à l'intérieur du périmètre urbain de la ville, la commune et la direction des travaux publics en sont encore à se jeter la balle pour savoir à qui incombe le travail de réparer ces routes qui donnent à la capitale de la wilaya un visage si hideux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.