REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    FONCIER A ORAN : 250 investisseurs ciblés par une opération d'assainissement    ORAN : 2500 familles relogées dès septembre prochain    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Quand Bouchareb bloque le FLN    Déclaration    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    La procédure enclenchée à l'APN    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Premiers incidents post-congrès    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ChinIndia
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2015

L'idée que les pays émergents connaissent un bas de cycle économique est désormais répandue. C'est d'autant plus vrai que la perspective d'une hausse des taux par la Réserve fédérale américaine (Fed) provoque une tension monétaire mondiale puisque les capitaux investis en Asie ou en Amérique latine, voire même en Afrique, ont tendance à revenir aux Etats-Unis (une hausse des taux signifie une meilleure rémunération des placements financiers). Pour autant, l'actualité montre que c'est bien chez les émergents que les choses se passent avec, entre autres, les tentatives de rapprochement entre la Chine et l'Inde.
PROJETS D'INVESTISSEMENT
On le sait, les deux pays sont à la fois des géants, ne serait-ce que sur le plan démographique ou territorial, et des rivaux géopolitiques. Pour autant, depuis quelques mois, Pékin et New Delhi cherchent à renforcer leurs relations économiques. A ce jour, les échanges commerciaux entre les deux parties atteignent 70 milliards de dollars, mais c'est la Chine qui tire son épingle du jeu avec un excédent de 36 milliards de dollars. Les responsables indiens ne cachent d'ailleurs pas leur irritation quant au fait que leurs entreprises ont du mal à percer en Chine, y compris dans des secteurs où le « made in India » est très performant comme par exemple l'informatique ou le médicament.
Il y a quelques jours à Shanghai les deux pays ont toutefois conclu 21 accords commerciaux d'un montant de 22 milliards de dollars. Les banques chinoises vont ainsi financer une multitude de projets d'investissement en Inde dans des secteurs aussi variés que la banque, les télécoms, la sidérurgie, le solaire, l'énergie thermique, les infrastructures portuaires et même le cinéma. Ces accords ont été signés à l'occasion de la visite en grande pompe du Premier ministre Narendra Modi (le président chinois Xi Jinping l'a accueilli dans la région du Xian, traditionnel carrefour d'échanges entre les deux pays). Il est donc évident que le thème de « Chinindia » fait sens, symbolisant le rapprochement progressif de deux puissances économiques du XXIème siècle.
Cela fait des années que les experts estiment que ces dernières sont complémentaires et gagneraient à plus de collaboration et de coordination. Bien sûr, les rivalités géopolitiques demeurent importantes. Entre Pékin et New Delhi, la question des disputes frontalières sont un véritable problème qui empoissonne les relations bilatérales. A ce jour, aucun progrès n'a été accompli pour un bornage définitif ou pour un accord à propos de territoires disputés à l'origine de plusieurs conflits armés ainsi que de régulières escarmouches. A cela s'ajoute la relation privilégiée que la Chine est en train de bâtir avec le Pakistan, incontournable rival de l'Inde. Le projet à 46 milliards de dollars pour la mise en place d'un corridor économique entre le port pakistanais de Gwadar et la région du Xinjiang en est l'un des meilleurs exemples. Outre le fait qu'il inquiète l'Inde et d'autres pays asiatiques, ce chantier concerne aussi des zones en territoire pakistanais que l'Inde revendique depuis son indépendance.
UNE QUESTION DE CONFIANCE
Malgré cela, les grandes lignes structurantes d'un « deal » historique entre la Chine et l'Inde existent bien. D'un côté, Pékin a les capitaux et une dynamique de croissance et d'expansion économique. De l'autre, New Delhi a les compétences techniques et technologiques pour aider la Chine à monter d'un cran en termes de création de valeur ajoutée. Désireux de développer l'industrie manufacturière de son pays, Narendra Modi sait que les entreprises chinoises peuvent soutenir son ambition. De quoi permettre à l'économie indienne de dépasser sa rivale avec des taux de croissance supérieurs à 7% ? C'est en tous les cas l'opinion du Premier ministre indien. Il reste désormais à savoir si la confiance entre les deux pays sera durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.