Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ChinIndia
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2015

L'idée que les pays émergents connaissent un bas de cycle économique est désormais répandue. C'est d'autant plus vrai que la perspective d'une hausse des taux par la Réserve fédérale américaine (Fed) provoque une tension monétaire mondiale puisque les capitaux investis en Asie ou en Amérique latine, voire même en Afrique, ont tendance à revenir aux Etats-Unis (une hausse des taux signifie une meilleure rémunération des placements financiers). Pour autant, l'actualité montre que c'est bien chez les émergents que les choses se passent avec, entre autres, les tentatives de rapprochement entre la Chine et l'Inde.
PROJETS D'INVESTISSEMENT
On le sait, les deux pays sont à la fois des géants, ne serait-ce que sur le plan démographique ou territorial, et des rivaux géopolitiques. Pour autant, depuis quelques mois, Pékin et New Delhi cherchent à renforcer leurs relations économiques. A ce jour, les échanges commerciaux entre les deux parties atteignent 70 milliards de dollars, mais c'est la Chine qui tire son épingle du jeu avec un excédent de 36 milliards de dollars. Les responsables indiens ne cachent d'ailleurs pas leur irritation quant au fait que leurs entreprises ont du mal à percer en Chine, y compris dans des secteurs où le « made in India » est très performant comme par exemple l'informatique ou le médicament.
Il y a quelques jours à Shanghai les deux pays ont toutefois conclu 21 accords commerciaux d'un montant de 22 milliards de dollars. Les banques chinoises vont ainsi financer une multitude de projets d'investissement en Inde dans des secteurs aussi variés que la banque, les télécoms, la sidérurgie, le solaire, l'énergie thermique, les infrastructures portuaires et même le cinéma. Ces accords ont été signés à l'occasion de la visite en grande pompe du Premier ministre Narendra Modi (le président chinois Xi Jinping l'a accueilli dans la région du Xian, traditionnel carrefour d'échanges entre les deux pays). Il est donc évident que le thème de « Chinindia » fait sens, symbolisant le rapprochement progressif de deux puissances économiques du XXIème siècle.
Cela fait des années que les experts estiment que ces dernières sont complémentaires et gagneraient à plus de collaboration et de coordination. Bien sûr, les rivalités géopolitiques demeurent importantes. Entre Pékin et New Delhi, la question des disputes frontalières sont un véritable problème qui empoissonne les relations bilatérales. A ce jour, aucun progrès n'a été accompli pour un bornage définitif ou pour un accord à propos de territoires disputés à l'origine de plusieurs conflits armés ainsi que de régulières escarmouches. A cela s'ajoute la relation privilégiée que la Chine est en train de bâtir avec le Pakistan, incontournable rival de l'Inde. Le projet à 46 milliards de dollars pour la mise en place d'un corridor économique entre le port pakistanais de Gwadar et la région du Xinjiang en est l'un des meilleurs exemples. Outre le fait qu'il inquiète l'Inde et d'autres pays asiatiques, ce chantier concerne aussi des zones en territoire pakistanais que l'Inde revendique depuis son indépendance.
UNE QUESTION DE CONFIANCE
Malgré cela, les grandes lignes structurantes d'un « deal » historique entre la Chine et l'Inde existent bien. D'un côté, Pékin a les capitaux et une dynamique de croissance et d'expansion économique. De l'autre, New Delhi a les compétences techniques et technologiques pour aider la Chine à monter d'un cran en termes de création de valeur ajoutée. Désireux de développer l'industrie manufacturière de son pays, Narendra Modi sait que les entreprises chinoises peuvent soutenir son ambition. De quoi permettre à l'économie indienne de dépasser sa rivale avec des taux de croissance supérieurs à 7% ? C'est en tous les cas l'opinion du Premier ministre indien. Il reste désormais à savoir si la confiance entre les deux pays sera durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.