Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'industrie automobile ou le montage à l'algérienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 10 - 2015

Renault, Peugeot, Iveco, Fiat, Nissan, Volvo… les marques d'automobiles commencent à se bousculer dans le paysage de l'industrie automobile. Si pour les Françaises, l'Etat est actionnaire dans des projets longtemps attendus, pour les autres, c'est une obligation à laquelle doit souscrire tout concessionnaire comme exigé par le cahier des charges concernant la régulation de leur activité. Le gouvernement impose dorénavant, sous peine de retrait d'agrément, aux concessionnaires automobiles à investir dans «une activité industrielle ou semi-industrielle ou toute autre activité ayant un lien direct avec le secteur de l'industrie automobile».
Cette industrie, encore à ses balbutiements, puisque seule la marque au losange est «fabriquée» à Oued Tlélat, doit faire face aux exigences du marché et surtout à une sous-traitance disponible et concurrentielle. Malheureusement, l'exemple de l'usine Renault est là pour rappeler cette triste vérité du marché de la sous-traitance, presque inexistant et qui réduirait ces usines à de simples chaînes de montage avec une main-d'œuvre bon marché et des avantages fiscaux non négligeables pour les partenaires étrangers. Pour la nouvelle Renault Symbol, l'intégration, qui n'est fixée qu'à 20% d'ici 2017, un seuil minimal demandé, risque de ne pas être atteinte. Pour l'heure, les deux équipes de production travaillant sur le site de Oued Tlélat ne font que du montage.
Quant à l'unité de véhicules utilitaires «Iveco» qui verra le jour à Bouira, on table là aussi sur un taux d'intégration qui devrait se situer entre 17 et 20%, selon ses concepteurs qui expliquent qu'en plus du montage, l'usine aura également une unité de fabrication des pièces de rechange, «pour se conformer aux exigences du ministère de l'Industrie et des Mines», en précisant que plusieurs sous-traitants ont déjà été identifiés. Pourtant, et au-delà de ses annonces optimistes, il est difficile de croire en une sous-traitance qui continue toujours à briller par son absence si ce n'est un ou deux sous-traitants qui travaillent déjà avec Renault.
Aussi, les concessionnaires sont obligés de suivre ou de disparaître et beaucoup seront concernés par le retrait d'agrément quand on connaît les coûts d'une usine et surtout l'omnipotence de l'Etat. En effet, ces projets ont reçu la bénédiction du ministère de l'Industrie et des Mines mais pour peu que des paramètres extra-économiques viennent à paraître, le dossier n'en sera que plus plombé. Les conditions de l'Etat et les textes ne sont pas encore clairs concernant cette industrie.
Le président de l'Association nationale des concessionnaires automobiles d'Algérie (AC2A) l'a lui-même relevé en demandant plus de lisibilité du cadre «qui nous permet d'assurer des investissements rationnels dans l'intérêt de nos entreprises, de nos emplois et pour créer de la richesse». Le marché de l'importation des véhicules devra encore connaître de bonnes années devant lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.