Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ryadh offre le Liban à Israël
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 03 - 2016

Le climat des relations entre l'Algérie et les pétromonarchies de la péninsule arabique déjà passablement froid pour cause de leurs divergences de vision sur les conflits dont le monde arabe est le théâtre et in fine sur les solutions à leur apporter, ne va certainement pas s'en trouver réchauffé par le refus d'Alger de faire sienne la décision de ces pétromonarchies de considérer comme organisation «terroriste» le Hezbollah libanais.
Elle l'a officiellement fait savoir en estimant que la non immixtion dans les affaires intérieures des autres pays étant l'un des principes directeurs de sa politique étrangère. Elle s'interdit toute interférence dans ce dossier et refuse par conséquent de s'exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne d'une manière exclusive. Cette position vaut à l'Algérie une sourde inimitié de la part des pétromonarchies qui ont la prétention de dicter au reste du monde arabe leurs décisions sur toute question se posant à lui.
Peu importe aux Algériens l'attitude hostile de ce fait de ces pétromonarchies à l'endroit de leur pays car ils sont en majorité opposés à son alignement sur leurs politique et initiatives qui ont pour but des visées auxquelles ils n'adhèrent pas et ne veulent pas que l'Algérie contribue à leur réalisation. Pour ces Algériens, le refus du pays d'entériner la classification par ces pétromonarchies du Hezbollah libanais en tant qu'organisation «terroriste» s'impose d'autant qu'ils ont la conviction que leur décision découle de l'alliance de fait qu'elles ont nouée avec Israël et pour laquelle elles ont opté guidées par la hantise des menaces que ferait peser sur leur sécurité nationale le danger irano-chiite. Et c'est l'évidence même que cette classification fait l'affaire d'Israël pour qui elle a valeur de caution «arabe» pour l'agression revanche qu'il médite et prépare contre le Hezbollah qui est la seule force arabe à lui avoir infligé l'humiliation de la défaite.
L'Etat sioniste est d'autant encouragé à se lancer dans cette aventure qu'il pense que conséquence de la décision des pétromonarchies, le Hezbollah ne pourra pas compter sur la solidarité du peuple et de l'Etat libanais. C'est pour mieux cesser celle-ci d'ailleurs que les pétromonarchies ont pris des sanctions contre le Liban consistant à lui couper leurs aides financières, à sommer leurs ressortissants à ne pas s'y rendre ou investir et à faire planer la menace d'expulsion de leurs territoires de ses ressortissants qui y sont installés et y travaillent. Le comportement de ces pétromonarchies à l'égard du Liban fait peser sur lui le risque de l'implosion de sa fragile unité qu'il tente de préserver malgré les causes de division qui opposent ses composantes politico-communautaires sur les problèmes qui font conflit dans l'environnement régional.
Dans leur fuite en avant devant une situation régionale qu'elles ont cru pouvoir gérer à leur avantage mais étant en train de leur échapper, les pétromonarchies ont pris le risque d'étendre le chaos qui en résulte au seul espace qui en est encore indemne et comptent pour ce faire sur l'implication directe d'Israël à qui elles ont offert prétexte et caution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.