Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les chômeurs de luxe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 05 - 2016


Bien malin celui qui pourrait donner un taux exact du chômage en Algérie, ou cerner avec précision les perspectives du marché de l'emploi, pour les prochaines années. Le langage chiffré, optimiste, donné par les pouvoirs publics, qui parle d'un taux de chômage à hauteur de 11,…, accueilli presque systématiquement avec scepticisme par les experts, hors circuit officiel, qui soutiennent que les chiffres du chômage ne collent pas à la réalité, ajoute encore plus de flottement aux statistiques. Les experts, dans leur calcul rigoureux, basé sur des formules utilisées, de par le monde, reprochent aux autorités de ne pas prendre en considération les primo demandeurs d'emploi et de considérer celui qui a travaillé une seule journée, tout au long de l'année comme non chômeur, ainsi que les travailleurs recrutés dans le cadre du filet social et du pré-emploi, alors que ces derniers n'occupent pas des postes d'emplois comme le veut la signification de ce terme. Mais, ces mêmes autorités ne se laissant pas intimider par les détracteurs de ses statistiques, vont plus loin, affirmant qu'il n'y a pas de chômage, du tout, en Algérie. Nous avons seulement des « chômeurs de luxe », selon une réplique du ministre du Travail. Ce dernier n'a pas manqué de relever que nous avons plus d'un million de postes de travail vacants dans les secteurs du BTPH et l'Agriculture. Si tous les chômeurs acceptaient de travailler, dans les chantiers et les champs des agriculteurs on réduirait, plus encore, le taux de chômage. Mais, le ministre ne s'est pas aventuré à expliquer cette répulsion de la main-d'œuvre, particulièrement vis-à-vis des deux domaines signalés. Les Algériens sont-ils fainéants pour refuser d'occuper ce million de postes d'emplois et rester pourrir dans les affres du chômage, doit-on comprendre ? Les Algériens sont-ils, tous, à la recherche d'un poste de gardien ou de chauffeur, comme l'a laissé entendre le même ministre, ainsi que d'autres responsables, à tous les niveaux, qui font, désormais, circuler ce cliché comportemental de l'Algérien. Cela est bien vrai, l'Ansej, l'Angem et la Cnac, des formules créées, du reste, par les pouvoirs publics, eux-mêmes, pour absorber la colère des jeunes, ou acheter la paix sociale, ont eu des effets catastrophiques sur le comportement des demandeurs d'emplois. Difficile de convaincre un jeune d'aller bosser sur un chantier quand d'autres rentrent par une porte et ressortent par une autre avec, entre les mains, un chèque de plusieurs zéros à droite. Une grande déception pour les entrepreneurs qui, oubliant que des jeunes sont devenus chefs d'entreprises et que des milliers de postes d'emplois ont été créés dans ce cadre, n'arrêtent pas de maudire l'Ansej. S'il n'y avait pas cet Ansej, les jeunes viendraient travailler sans rechigner, sans regarder ou exiger un haut salaire. En fait, c'est ce que regrettent les entrepreneurs, ils ne peuvent plus exploiter les travailleurs contre des salaires de misère. On prend des projets de plusieurs milliards, et on veut tout garder pour soi. Voilà l'esprit de la lettre de tout entrepreneur algérien qui se respecte. Et, voilà pourquoi les chantiers n'arrivent plus à trouver la main-d'œuvre nécessaire pour mener à bien les projets. Le salaire dérisoire sur les chantiers crée une réaction automatique de répulsion chez les demandeurs d'emplois. Ce n'est, donc, pas par fainéantise qu'on répugne à aller travailler dans un chantier ou dans les champs de patates, c'est parce que la paie ne colle pas à la sueur dépensée. Bravant tous les périls de la ‘harga', ces mêmes Algériens iront exercer, sous d'autres cieux, tous les boulots qui leur tombent sous la main, parce que bien rémunérés. Alors que ceux qui restent chez eux, préfèrent travailler en ‘free lance', dans ce climat économique gangrené par l'informel. C'est mieux payé que sur un chantier. Le maçon trouve son compte lorsqu'il travaille en électron libre, empochant, directement, le fruit de son travail. Tout comme le plombier ‘free lance', qui travaille pour son compte, avec tout juste un numéro de téléphone inscrit chez le commerce de quincaillerie du coin, et qui gagne 20 fois le salaire qu'on lui donnerait sur un chantier ! Voilà toute la différence. Voilà un réel comment façonne-t-on un chômeur de luxe.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.