SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haute instance indépendante de surveillance des élections: Le texte de loi prochainement devant l'APN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 06 - 2016

Le projet de loi organique relatif à la haute instance indépendante de surveillance des élections devra être présenté prochainement à l'Assemblée populaire nationale pour être opérationnel en prévision des élections législatives puis locales de 2017. Le texte, selon l'APS, comporte 53 articles à l'objectif de fixer les missions, la composition, l'organisation et le fonctionnement de cette instance, en application des nouvelles dispositions de la dernière révision constitutionnelle. L'avant-projet avait été approuvé le 31 mai dernier par le Conseil des ministres, présidé par le chef de l'Etat. Selon le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil des ministres, cette instance « sera composée de 410 membres » dont la moitié sera issue de magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature et l'autre moitié « des compétences indépendantes issues de la société civile, représentant toutes les wilayas et la communauté nationale à l'étranger, ainsi que tous les acteurs de la société civile ». Le document précise que l'ensemble de la composante de cette haute instance est nommé par le président de la République. Quant à son premier responsable, il « sera choisi à l'issue de consultations avec les partis politiques ». Cet organisme, qui disposera en théorie d'une autonomie administrative et financière, déploiera en période électorale des permanences aux wilayas et aux circonscriptions électorales à l'étranger. Il aura pour mission de veiller à la régularité de toutes les opérations liées notamment à la révision des listes électorales, au dépôt des candidatures, à la remise des listes électorales aux candidats, à une répartition équitable des moyens de campagne, ainsi qu'au déroulement de cette dernière conformément à la loi. Durant le scrutin, elle sera chargée de garantir aux candidats le droit d'assister au scrutin, de veiller à la disponibilité des bulletins de votes et au respect de leur ordre de classement, et de veiller au respect des horaires d'ouverture et de clôture des bureaux de vote. Après le scrutin, elle veillera à la régularité des dépouillements, au respect du droit des candidats de consigner leurs réclamations sur les procès-verbaux de dépouillement, et d'obtenir des copies de procès-verbaux de dépouillement aux candidats.
Selon le communiqué du Conseil des ministres, l'instance disposera de larges pouvoirs dont notamment celui de demander au Parquet la réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir un caractère pénal. Elle pourra également saisir les pouvoirs publics et les candidats de toute carence ou dépassement que les destinataires sont tenus de redresser et la capacité d'obtenir tout document ou information relatifs à l'organisation et au déroulement des opérations électorales pour en effectuer l'évaluation.
Le texte contient, par ailleurs, des dispositions pénales selon lesquelles « est puni d'un emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d'une amende de 20.000 à 100.000 DA quiconque entrave les membres de la haute instance pendant ou à l'occasion de l'exercice des missions qui leur sont dévolues ». La peine est doublée en cas de récidive.
Les partis politiques ont différemment commenté cette haute instance. Si les partis du pouvoir ont applaudi, l'opposition a clairement affiché son scepticisme. Ali Benflis, le président Talaïe el Houriet, avait déclaré ne pas trop se faire d'illusions quant à une probable «rédemption» du pouvoir à travers la constitutionnalisation d'une haute instance indépendante de surveillance des élections. Il lui reproche de ne pas être indépendante, devant rendre des comptes à un Conseil constitutionnel « sans libre-arbitre et sans marge de manœuvre » et de se retrouver sous l'emprise de l'institution présidentielle expliquant que « c'est à travers la préparation et l'organisation des élections que la logistique de la fraude se met en place ».
Louisa Hanoune qualifiera, quant à elle, cette instance de «foire» de par sa composante pléthorique de 410 membres, invitant ses concepteurs à s'inspirer de l'expérience tunisienne en matière d'organisation des élections.
Pour Mohamed Douibi, président du parti Ennahda, « le pouvoir a pris l'idée que nous avons proposée sans le contenu ».
Pourtant, l'annonce faite par Bouteflika en mars 2015 de l'institution d'un mécanisme indépendant de surveillance des élections avait été saluée aussi bien par les formations politiques du pouvoir que celles dites de l'opposition qui y ont vu un gage de garantie concernant les prochaines échéances électorales. Mais cela c'était avant de connaître sa composante. Longtemps revendiquée par l'opposition, cette commission indépendante pour la surveillance des élections est, dans l'absolu, un acquis important en perspective des prochains rendez-vous avec les urnes.
En théorie seulement, puisque ce mécanisme a toujours existé, dans l'esprit du pouvoir en place, à travers les fameux comités de wilaya et de commune de surveillance des élections, composés d'un représentant de chaque parti politique agréé et d'un représentant de chaque candidat dûment mandatés, censés veiller à la propreté des scrutins.
Pourtant, à chaque élection, l'opposition a toujours dénoncé des fraudes au profit des partis du pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.