Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le choix des charmes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 06 - 2016

Le charme de la vie qui nous exaltait hier s'est éloigné de notre horizon. Le goût, les attraits, l'attirance et la beauté se sont envolés de la dure réalité. Et l'existence dans le présent ne baigne pas dans le bonheur. «Rani kereh !» Je suis dégoûté a remplacé «rani aayache», je vis et je me sens bien dans ma peau. L'actuel n'est pas très coloré et le temps ne veut pas s'arrêter chouia. La nature n'est pas du tout naturelle comme dans l'ancien bon vieux temps. Le «s'aad» nous manque dans cette partie du temps. Ce n'est plus un élément sentimental, mais un produit technologique sans bien-être. L'ennui nous agace avec son manque d'intérêt devenu lassant depuis le temps. Le train passe et le bonheur ne descend pas à la gare. Le temps «waqt» dans sa nature, est passionnant dans son existence de jour comme de nuit dans la vie. L'air du temps n'est pas du tout emballant. Le présent est rasant et les gens sont devenus les acteurs d'un jeu de société sans réflexion. Le plaisir du cinoche n'est plus qu'un lointain souvenir pour les bons vivants. Le charme des pièces théâtrales c'était autrefois les noctambules. Et les belles soirées musicales d'antan jusqu'au matin ont été classées dans la vieille histoire il y a belle lurette. «Et vous, quel temps il fait chez-vous ?» vous vous souvenez de votre enfance ? Elle était bien notre adorable jeunesse ? Et maintenant, est-ce que vous profitez largement de votre retraite ? Le temps n'est plus composé de ses quatre saisons. Hier, l'hiver était un foyer chaleureux de l'hibernation, de l'art et du spectacle. Le printemps nous apportait la gaieté et il faisait fleurir les cœurs sous les rayons dorés du soleil. L'été et les grandes vacances nous donnaient de la vivacité et des moments de plaisir radieux. Après l'été, c'était l'automne et il fallait penser aux prochaines vacances d'hiver. Ah ! Quelle joie pour moi de faire une halte dans cette nostalgique époque. Je rêve de mon passé et de ses moments idylliques. Le temps n'est plus alléchant au présent. Nous sommes bousculés par le temps «el wakt youdahimouna». Aujourd'hui, mes jours de bonheur sont comptés. Le plaisir est tellement dérisoire et les couleurs de la vie ne sont pas très entraînantes comme autrefois. Dans ces moments monotones, je broie du noir. Au fait, c'est quoi le bonheur dans le pays ? Aller au marché de fruits et légumes et revenir à la maison avec plein de sachets noirs hideux remplis de victuailles pour faire bombance le soir ? Le mauvais temps s'enchaîne. Le temps est infernal et plein de risques pour la santé fébrile.
Comment échapper au désordre et à la démission ? Je suis malade, on m'a volé le droit de goûter sereinement à mon bonheur. C'est quoi le droit pour un gouverné qui vit dans le déni et qui subit l'injuste ? Le quotidien n'est pas trop clair, il s'est égaré dans les sentiers de l'interdit et des voies fermées de la liberté. Les vieux esprits ont réquisitionné le rêve espéré. Le bonheur, il faut le gagner et le mériter, clament les sensés. Donc, la joie, ce n'est pas pour demain. Le pittoresque me manque comme me manque aussi la joie d'antan. La rue et son trajet sont tristes et désagréables pour passer le temps. Le chagrin et son cortège mélancolique ont planté leur guitoune dans le décor. Nous avons le choix des charmes. Le présent n'est plus tentant et le bonheur a changé de temps. Il faut dire que le temps n'est vraiment pas porte-bonheur pour les épris qui ne seront jamais satisfaits. Cet immense territoire désertique n'incarne pas le bonheur souhaité. Les gens sont des fous, ils méprisent le temps du bonheur. De temps en temps, je pense au bonheur de l'ancien temps…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.