Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Real Madrid : Zidane ne serait pas menacé    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «bouloulou» des temps modernes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 07 - 2016


Nos grands-mères quand elles voulaient faire régner, au soir, le calme dans les maisons, elles faisaient appel à leur imagination. Et pour faire peur aux petits perturbateurs, elles leur contaient l'histoire de « bouloulou », un monstre mangeur d'hommes, sorti tout droit des ténèbres. Plus aucun bruit ne sera, alors, entendu dans la maison, ni aucun mouvement, chacun prend son oreiller et se camoufle la tête sous les draps. L'histoire a légèrement changé, dans les temps modernes, où le monde est devenu un petit village avec des maîtres qui font régner la peur, partout, en sortant une copie contemporaine de « bouloulou », habillé celui-là de treillis, une kalachnikov entre les mains et accoutré d'une longue barbe sauvage. Les combattants de Daech font régner la terreur. Au moindre coup de feu qui éclate en Europe, les médias se ruent sur les brancards en désignant d'une manière sommaire le bourreau terroriste, Daech en l'occurrence. On n'attend plus les résultats de l'enquête pour incriminer une partie ou une autre, pour expliquer les tenants et aboutissants des attentats terroristes commis dans le monde occidental, on met tout sur le dos de Daech et on se met en position d'attente qu'il en manifeste sa revendication « publique », par le biais de vidéos très difficiles, voire impossibles, à authentifier. Enfin, c'est eux-mêmes, les enquêteurs occidentaux, qui authentifient l'origine de ces vidéos. Laab h'mida wa racham h'mida ! Une respectable agence de presse occidentale, qui a donné l'information vendredi dernier relative à l'attaque sanglante commise dans un centre commercial de Munich, a bizarrement fait le lien entre cette attaque et une autre qui a eu lieu en… 1972, année des jeux Olympiques dont l'organisation a été confiée à l'Allemagne ! Uniquement en relevant que le centre commercial en question se trouve à proximité du stade olympique de Munich où le groupe palestinien Septembre noir avait pris en otages 11 athlètes israéliens avant de les abattre. Du coup, on canalise une opinion publique en plein désarroi face à ces attaques qui ont tendance à se répéter en Europe. Daech, c'est le bouloulou des temps modernes, un monstre qui fait des émules, qui confine à la défensive les musulmans du monde entier, et qui permet aux dirigeants occidentaux de faire passer leur projet de guerre en Syrie, en Irak et en Libye. Une guerre qui fait tourner à pleine roue le sacro-saint complexe militaro-industriel des Occidentaux. Allez voir à combien se calcule, ces deux dernières années, la facture de la vente d'armes de ces pays occidentaux et vous saurez tout l'intérêt qu'ils portent à cette guerre contre Daech. En sus de détourner les pays musulmans du véritable défi, le progrès et le développement socioéconomique. Aucune organisation terroriste d'envergure internationale ne peut voir le jour sans la bénédiction et le soutien de la CIA, du Mossad, ainsi que d'autres services secrets français et britanniques. Et, le plus grand mal, avec la collaboration active de certains pays musulmans. Parfois, le monstre se retourne contre son créateur, cela fait partie des risques de la manipulation de produits dangereux, mais dans ses gènes programmés, il dévore sans faute la proie toute désignée, les musulmans. Ces derniers paient les pots cassés, qu'ils soient expatriés dans des pays occidentaux ou chez eux dans leurs propres pays, ravagés par la haine, les guerres et les crimes abominables commis par cette organisation qui semble défier le monde et vouloir instaurer le califat au 21e siècle à l'aide d'attentats suicides et de terreur propagés dans de vastes contrées dévastées et dépeuplées, rendues fertiles pour imposer leur doctrine, aidés en cela par ceux-là mêmes qui s'émeuvent aujourd'hui des crimes abjects commis sur leur sol. Daech n'est pas, et ne peut pas être, l'ambassadeur de l'islam. On ne peut tenir tête aux Occidentaux en leur déclarant la guerre avec si peu de science et de conscience. Il serait vraiment attardé mental quiconque croirait que Daech a la moindre chance de faire plier les Occidentaux à sa politique. Au fait, où est passée Al-Qaïda ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.