Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un réseau criminel activerait entre l'Algérie et l'Italie: 158 harraga arrêtés en Sardaigne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 12 - 2016

  158 clandestins algériens ont débarqué sur la côte italienne de Sardaigne, rapporte le bureau londonien de Breitbart News Network, un média politique conservateur américain dont le siège se trouve à Los Angeles.
Ce débarquement massif a été qualifié par la police, qui a arrêté les harraga, de bien organisé et révélant une nouvelle route de migration entre l'Algérie et l'Italie. Elle qui était habituée à faire face à des arrivées de migrants nord-africains par des groupes ne dépassant pas les 20 personnes, note que c'est le premier débarquement de masse dans une nuit, depuis le début de l'année. Entre vendredi, 22h, et les premières heures du samedi, de petits groupes de migrants ont été signalés dans les ports de Sulcis-Igliesiente et Teulade et sur les plages de Porto Pino et Sant'Antioco. Pour Roberto Isidori, le commandant du port de Cagliari, en Sardaigne, les conditions météorologiques de ces derniers jours ont grandement favorisé l'organisation de ce type de voyage. Cet épisode consacre un peu plus la thèse d'une nouvelle voie maritime tracée par les trafiquants qui se concentrent sur la route entre l'Algérie et la Sardaigne.
Le fait même que les harraga aient rejoint la côte à bord de petits bateaux en fibre de verre serait la preuve pour les enquêteurs d'un trafic bien organisé par des réseaux de passeurs et que les migrants sont arrivés près de l'île à bord de plus gros bateaux, comme un bateau de pêche ou même un navire, puis répartis sur de plus petites embarcations pour faire le reste du voyage. Une thèse difficilement envisageable à partir de l'Algérie alors que la piste d'une organisation criminelle activant à partir du pays reste à étudier sérieusement. «Ce qui s'est passé aujourd'hui nous fait comprendre que derrière ce phénomène il y a une organisation énorme, ce qui suggère que ces arrivées de migrants aujourd'hui ne se sont pas produites par hasard», a commenté le secrétaire du syndicat de police de Cagliari Sap, Luca Agati. Il suggère que les trafiquants aient profité de la conjoncture électorale en Italie pour organiser ces débarquements. Les officiels transalpins ont noté que les arrivées sont presque quotidiennes. Le même profil des clandestins : Algérien, jeune et toujours en «bonne condition» parfois avec des téléphones mobiles et souvent avec des sacs à dos et des vêtements de rechange. Luca Agati précisera qu'on est loin du portrait-robot des migrants interceptés quotidiennement dans la manche sicilienne par les navires Frontex. Début septembre, Mauro Pili, député et fondateur d'Unidos, le mouvement de libération du peuple sarde, a évoqué la mise à l'eau de 70 embarcations à partir des côtes de Annaba, transportant quelque 350 à 400 clandestins algériens en route vers Teulade, une commune côtière de la province de Cagliari dans la région de la Sardaigne. Mauro Pili avait parlé d'une véritable invasion de Sulcis. Pour lui, cette invasion a été organisée en détail suivant un calendrier basé sur quelques-uns des moyens les plus sophistiqués pour les prévisions météo. Il affirme que ces vagues d'immigration clandestine sont orchestrées par une organisation criminelle qui gère le passage de ces hommes. Il s'interroge sur le rôle des hommes politiques italiens et balaye d'un revers de la main l'hypothèse qui veut que la route entre l'Algérie et la Sardaigne soit occasionnelle et autogérée. Il avait appelé le gouvernement à des solutions pour sauver des vies.
En 2009 déjà, Giampaolo Cantini, l'ambassadeur italien en Algérie, avait reconnu l'implication de réseaux criminels dans ce trafic humain des temps modernes. Il n'a pas hésité à lier le phénomène des harraga à des réseaux criminels de blanchiment d'argent et de recyclage illégal de fonds, qui exploitent la détresse humaine à des fins strictement financières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.