Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commerce: Tebboune menace les spéculateurs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 03 - 2017

Abdelmadjid Tebboune a de nouveau annoncé sa volonté de faire la guerre aux spéculateurs, promettant, jeudi, des mesures répressives «rigoureuses» contre les commerçants en infraction durant le Ramadhan. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme, de la Ville et ministre du Commerce par intérim, a précisé que ces dispositions réglementaires concerneront les spéculateurs sur les produits de large consommation. Ce n'est pas la première fois que le ministre s'attaque à cette pratique commerciale à l'origine de la flambée des prix et des ruptures de stock contrôlées, puisqu'en février dernier, il les avait mis en garde, les menaçant de «sanctions maximales». Tebboune avait tout simplement assimilé les infractions liées au non-respect des prix des produits subventionnés à un détournement de deniers publics et celui illicite de ses aides. C'est dire l'inquiétude des pouvoirs publics face à une faune prédatrice spéculative qui exerce un monopole de fait sur des produits subventionnés, favorisant la pénurie à l'origine même de l'augmentation de ces marchandises dont les prix sont codifiés par l'Etat.
Le ministre a également indiqué que son département avait en charge les mesures d'approvisionnement et de contrôle du marché alors que «la disponibilité des produits» est du ressort du ministère de l'Agriculture. Et que l'intervention du gouvernement ne pourrait se faire que pour régler des «problèmes liés à un déséquilibre entre l'offre et la demande». Pourtant, et malgré toutes les menaces officielles, les discours de bonne intention, les prix ne cessent de s'envoler frisant parfois le ridicule. Ainsi, et pour ce week-end, la sardine était à 700 DA le kilo, et la pomme de terre, véritable baromètre de la mercuriale nationale, était à 90 DA le kilo. C'est dire si le secteur informel pèse de tout son poids sur le marché jusqu'à le déréguler. Et c'est dans l'optique de cerner les contours de cette économie informelle qui fait tant de tort aux canaux du commerce codifié que le ministère du Commerce a lancé une étude globale sur cet aspect en partenariat avec le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread) avec l'appui du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).
Le but étant de dégager une stratégie de combat sur la base des conclusions de cette enquête qui devra définir l'économie informelle dans ses différentes dimensions (financement, production, commercialisation, emploi), de cerner et de quantifier son impact sur l'économie nationale, a-t-on expliqué, ce jeudi, lors de l'atelier consacré au lancement de cette étude. Le secteur informel en Algérie représenterait 45% du Produit national brut (PNB), selon les chiffres du sous-directeur des statistiques et de l'information économique auprès du ministère du Commerce, Abderrahmane Saâdi, qui cite une enquête de l'ONS réalisée en 2012.
Toujours selon la même source d'informations, l'économie informelle employait 1,6 million de personnes en 2001 avant d'atteindre les 3,9 millions en 2012 (45,6% de la main d'oeuvre totale non agricole) avec comme premiers employeurs, le commerce et services (45,3%), le BTP (37%) et activités manufacturières (17,7%). Parmi l'arsenal répressif de l'Etat, le démantèlement des marchés informels, le renforcement des infrastructures commerciales et l'assouplissement des conditions d'obtention du registre de commerce. Selon M. Saâdi, 1.035 marchés informels sur les 1.412 recensés ont été éradiqués à fin 2016, dont 216 ont été rasés et réapparus. 21.239 commerçants informels ont été réinsérés dans le circuit classique sur un total de 49.836 personnes recensées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.