Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blida: Les prix des fruits inabordables
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 05 - 2017

Depuis les mesures de réduction des importations prises par le gouvernement à cause de la baisse du prix du pétrole, il est devenu plutôt rare de trouver des fruits sur les étals, à croire que nous sommes totalement tributaires des agriculteurs étrangers.
L'épisode des agriculteurs français qui n'ont pas trouvé preneur pour leurs pommes est assez édifiant. Au lendemain de l'entrée en vigueur des restrictions, les Algériens ont été surpris de constater que les prix de la banane, de la pomme et des autres fruits exotiques ont été multipliés par 10, souvent plus et ont commencé à se raréfier. Mais ils ont compris que l'Algérie ne pouvait plus continuer à importer massivement ces fruits et tout est rentré dans l'ordre, ces fruits étant largement remplacés par ceux produits localement, en particulier les oranges durant la période hiver/printemps. La décision de permettre l'importation de la banane a fait baisser les prix de ce fruit mais il demeure quand même assez élevé entre 300 et 400 DA le kilo, car il ne faut pas oublier que l'Algérien a pris l'habitude de consommer inconsidérément et qu'il lui fallait donc acheter pour chaque membre de la famille au moins une banane, soit une moyenne de deux à trois kilos pour nos familles plutôt nombreuses. Mais ces derniers jours, le citoyen moyen, qui se dirige vers le marché pour acheter quelques fruits pour ses enfants, se trouve très indécis et compte et recompte ses sous car, outre le choix qui n'est pas large, les prix sont trop élevés. Il y a bien la fraise qui coûte entre 200 et 300 DA le kilo mais le fait qu'elle pourrisse trop vite -pourquoi ?- la fait bouder par certains. Pour les fruits abordables, il ne trouvera que l'orange tardive qui coûte entre 150 et 250 DA le kilo mais la qualité laisse beaucoup à désirer, en plus des nèfles qui, même abondantes, coûtent entre 100 et 250 DA, pour une qualité médiocre, et c'est tout. Les autres fruits ne peuvent en aucun cas convenir à la majorité des Algériens car leurs prix sont inabordables, comme la pastèque et le melon vendus entre 120 et 150 DA le kilo, une pièce revenant entre 500 et 700 DA, sinon plus, sans que le client soit sûr d'avoir acheté quelque chose de mangeable. Depuis moins d'une semaine, nous trouvons sur le marché des pêches et des abricots, pas encore vraiment mûrs, à un prix dépassant les 350 DA, avec toujours comme point commun, une qualité très basse, la majorité des pièces qu'on vous refile étant encore vertes et immangeables. Pour les pommes, il faut faire beaucoup de marchés et de magasins pour en trouver d'assez bonnes qui coûtent entre 400 et 800 DA, arrivant jusqu'à 1.200 DA pour celles d'importation. Avec l'approche du mois de Ramadhan et de la chaleur estivale, les gens recherchent tout naturellement les fruits pour se désaltérer et ils sont déjà à se demander comment vont-ils concilier la maigreur de leurs portefeuilles avec les prix épais des fruits. Enfin, il nous reste toujours les légumes qui ont vu, heureusement, leurs prix revenir à un niveau plus bas, surtout pour la pomme de terre qui est cédée entre 30 et 45 DA le kilo, la tomate, qui coûtait il y a une semaine 140 DA, est vendue actuellement entre 35 et 45 DA, ou encore l'oignon entre 20 et 30 DA et l'ail, qui a fait beaucoup parler de lui, est revenu à de meilleurs sentiments en ne coûtant que 90 DA pour les noueux. Tout le monde espère quand même que nos commerçants reviendraient à de meilleurs sentiments, surtout quand l'offre deviendrait plus conséquente.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.