Les réserves de change à 100 milliards de dollars à fin novembre    Le président de la Fédération de l'agroalimentaire: «Les importations ont massacré l'industrie algérienne»    Al Qods: Poursuite des manifestations dans le monde    Equipe nationale des locaux - 21 joueurs convoqués: Le match amical face aux Emirats arabes unis annulé    FAF - Symposium sur le renouveau du football algérien: Deux jours de débats pour une application incertaine    Tissemsilt: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Appel à un débat national sur les droits de l'Homme    "Le cinquième mandat est une atteinte à la Constitution"    Conférence de haut niveau sur le terrorisme à Oran    «Un rapport sera présenté au Chef de l'Etat avant le 6 janvier»    Le projet de la nouvelle loi sanitaire favorise le développement de la greffe    "J'ai toujours aimé composer pour les films"    Une application pour gérer les barrages    "Nous fabriquons 50% de nos médicaments"    Où est l'enfer promis pour 2017?    Paradis fiscal en Tunisie : "Derrière cet acharnement, la France et l'Italie"    Des pouvoirs fictifs    Installation officielle du nouveau P/APW    "Une violation grave de la légalité internationale"    Le président Macron invite Netanyahu à faire des "gestes courageux"    Le pape renouvelle son appel à la "sagesse"    Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    Selon l'annonce de Boeing : Le Canada renonce à acheter des Super Hornet    Journée internationale du vivre-ensemble en paix : L'ONU adopte l'initiative algérienne    "Le FLN vous surprendra le 19 mars prochain"    Le FFS à la tête de l'APW de Tizi Ouzou    Belle opération pour le NAHD et l'USB    Le Chabab sombre dans la crise    Feghouli buteur, Galatasaray en tête    Bouzidi nouveau coach de la JSM Skikda    La direction dément le départ de Madoui    La 3e édition du Rallye "Challenge Sahari international" : Domination algérienne pour la 2e étape    "Laissez les Algériens marcher pour la Palestine"    Un comité interministériel pour le développement des surfaces agricoles    Risque de salmonellose dans le lait Lactalis    A Boumerdès, trois concours pour le Top village, la Top city et la Top école    Gare à l'usage excessif du téléphone portable!    Randonnée à Tizi N'Tsenant : Sur les traces des héros de la bataille du 7 décembre 1957    Commerce: Les prix de la volaille toujours en hausse    L'appel des villageois de Ghemaizia    Obstacles liés à l'accès aux marchés africains Impératif d'un plan national afin d'y remédier    Hachemi Assad balaie les doutes    11 décembre 1960 : Une réponse au plan de De Gaulle visant à étouffer la Guerre de libération    une empreinte indélébile    Spectacle majestueux offert au public    Manifestations des Algériens dans tout le pays    Les Témouchentois confirment leur suprématie    Carte Postale décroche la Grappe d'Or    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MAGHNIA: La ruée sur les épices
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 05 - 2017

A l'approche du mois de Ramadhan, ils arrivent de toutes les régions du pays. Des familles pour qui la fameuse soupe du mois sacré, de même que les plats préparés, ne peuvent se passer d'épices provenant de Lalla Maghnia.
La ruée sur les épices a déjà commencé voilà 2 semaines durant lesquelles des dizaines de bus et des centaines de véhicules bondés viennent quotidiennement gonfler le parc déjà saturé et prendre d'assaut le marché local. Tôt le matin, des masses compactes s'agglutinent devant les portes de certains artisans épiciers qui se sont fait une réputation qui a dépassé les frontières de la wilaya par la qualité de leurs épices, notamment ceux de la rue Tindouf. Le marché couvert où les étals sont achalandés d'épices et dont les propriétaires ont acquis l'art d'en construire d'imposants cônes les transformant ainsi en un tableau artistique à fort attrait, est pris également d'assaut dès son ouverture. «Voilà plus de 10 ans, à l'approche du mois de ramadhan, nous venons régulièrement à Maghnia, en famille, faire le plein d'épices pour nous et pour les proches», confie ce père de famille d'Alger. A la question de savoir les raisons de cet engouement pour les épices de Maghnia, lesquelles, soulignons-le, mis à part quelques ingrédients introduits à faible quantité à partir du Maroc, proviennent de l'importation à partir d'horizons divers, notre interlocuteur déclare que le savoir-faire acquis par les artisans épiciers maghnaouis des voisins marocains qui excellent dans la préparation des épices, est le secret de la bonne qualité de ces épices locales. Il ajoute que celles-ci se singularisent par leur texture et leurs forts arômes et senteurs qu'elles dégagent, tant recherchés par les ménagères. En effet, le brassage en cette région frontalière d'une forte communauté marocaine et également le retour au lendemain de l'indépendance de la communauté algérienne refugiée au Maroc ont permis l'héritage d'un savoir-faire marocain en la matière. «Chacun a sa méthode de préparation des épices. Il y a ceux qui procèdent à la mouture des graines en l'état avec leurs lots de poussières et d'impuretés, ceux qui les lavent, les sèchent avant de les moudre et enfin ceux qui font dans la revente directement des produits importés de divers horizons, moulus. Ces derniers, avec la fermeture de la frontière, sont devenus malheureusement les plus nombreux», dira le plus ancien de la place des marchands d'épices, lequel ajoute qu'ils se comptent sur les doigts d'une main ceux qui proposent un produit de qualité, propre, odorant et possédant les saveurs et les senteurs qui les caractérisent de celles produites à l'intérieur du pays. Derrière ce produit, un savoir-faire qui nécessite plus de temps, d'effort et des dépenses supplémentaires. Ceci évidemment se paie par une différence de prix par rapport aux épices de préparation dite ordinaire. A titre indicatif, le poivre noir de qualité est proposé à 1 800 DA/kg contre 1 200 DA «l'ordinaire». Plusieurs nouveaux mélanges d'épices qui semblent prisés eux aussi s'imposent actuellement sur les étals comme ceux spéciaux pour l'assaisonnement des Hrira, poisson, pizza, sauce, sardine, couscous, voire spécial café… Malgré la conjoncture économique actuelle, les prix se maintiennent relativement. Mis à part les prix très élevés de quelques épices rares tel celui du safran qui provient principalement du Maroc et dont le prix au kg tourne autour de 60 millions (0.75 gramme pour 450 DA), les prix des épices demeurent relativement abordables. Ils tournent entre 600 DA et 1 200 DA le kg. Si l'appellation «Ras el Hanout» pour épices est la plus commune au niveau national, il y en a d'autres comme «kraiss et âtria» chez les frontaliers extrêmes ou encore «lebzar» à l'intérieur du pays. Ainsi les épices, dont l'appellation «Tfaouah» est le propre de cette ville, grâce à un savoir-faire populaire, elle en a fait un patrimoine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.