Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Pris au dépourvu, les citoyens pénalisés    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    FAF : L'AGE pour la désignation du nouveau président aura lieu ce jeudi    Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste    Les ménages à rude épreuve    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Béjaïa    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    "Their Algeria" décroche le prix spécial du jury    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Energies renouvelables : une journée dédiée à l'hydrogène vert le 19 avril en cours    Mouloudia d'Alger : Les joueurs mettent la pression    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Liverpool-Real Madrid : Les compositions probables    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Un ultimatum pour Cavani    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Une grave provocation    Saidal fabriquera du Levothyrox    Exclusivement destinée à l'export    «L'immunité collective n'est pas atteinte»    Azra scintille à tigzirth    Le président Tebboune appelle à la vigilance    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Le complexe de l'automobile    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Zorc optimiste pour Haaland    David Luiz sur le départ    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    Baâdji poursuit sa purge    Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»    Les indépendants en «conquérants»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il évoque des relations inexistantes et une UMA inutile: Le Maroc s'attaque de nouveau à l'Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 08 - 2017

On le savait tous et le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, vient de le confirmer en s'exprimant sur les relations entre le Maroc et l'Algérie qu'ils qualifient d'inexistantes. Dans une interview au magazine Jeune Afrique, le ministre marocain a ainsi déploré l'absence de coopération entre les deux pays, expliquant que «les relations avec l'Algérie ne connaissent aucune évolution». Il présente un bilan famélique puisque, selon lui, aucune visite d'officiels algériens au Maroc n'a été enregistrée depuis plus de sept ans alors que la coordination est au point mort à tous les niveaux. Evoquant l'Union du Maghreb arabe (UMA), il regrettera que les réunions ne se tiennent plus et dira que «le Maghreb demeure la région la moins intégrée du continent». Ce n'est pas la première fois que Rabat utilise la carte de l'UMA pour charger l'Algérie et en février dernier, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Afrique-Asie, Amar Belani, ambassadeur d'Algérie en Belgique et auprès de l'Union européenne (UE), avait tenu à répondre à ce propos au chef de la diplomatie de Sa Majesté. En réponse aux affirmations marocaines sur l'extinction de «la flamme de l'UMA» et la trahison de «l'idéal maghrébin», l'ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères estimait que «ce constat est excessif et qu'il ne correspond pas tout à fait à la réalité qui nous impose, au contraire, de fournir davantage d'efforts pour consolider le processus maghrébin sur des bases saines». Il insistera, à l'occasion, sur l'idée que l'Algérie demeure profondément attachée à l'idéal maghrébin en tant qu'objectif stratégique et aspiration profonde des peuples maghrébins. Dans la vision du diplomate algérien, le responsable de cette situation est tout désigné, tenant à rappeler quelques faits historiques. «Ce n'est pas l'Algérie qui a gelé officiellement sa participation aux travaux de l'UMA en 1995; ce n'est pas non plus le gouvernement algérien qui a déclaré «inopportune» la visite de travail d'un chef du gouvernement en 2005 et ce n'est certainement pas l'Algérie qui a remis en question le consensus partagé lors du Sommet de Zéralda de juin 1988 -qui a servi de plateforme pour le lancement de l'UMA en février 1989- selon lequel la relation bilatérale et le processus de l'intégration maghrébine doivent être préservés et découplés de la question du Sahara Occidental qui fait l'objet d'un traitement adéquat au sein des Nations unies, conformément à la doctrine onusienne de décolonisation», précisera Amar Belani. Par ailleurs et pour ne pas déroger à la traditionnelle règle des attaques contre l'Algérie, Nasser Bourita reprochera à notre pays des campagnes diplomatiques et médiatiques acharnées depuis l'annonce du retour du Royaume au sein de l'Union africaine. La question sahraouie étant au centre des débats, Rabat joue le rôle de victime dans un dossier où il est le principal coupable. Ces habituels contre-feux allumés par le Makhzen, à chaque crise interne, convoquent un modus operandi rodé où la cible préférée reste l'Algérie. Ces derniers mois, une offensive sans égale mesure a été menée par la diplomatie marocaine tirant à bout portant sur tout ce qui est algérien.
De l'épisode des réfugiés syriens bloqués dans un no man's land entre les deux frontières, à la «pièce de théâtre de bas étage», jouée aux Caraïbes lors de la réunion du Comité spécial des 24, organe de l'ONU sur la décolonisation et au tollé enregistré lors de l'investiture de Leïla Aïchi, la sénatrice algéro-française dans la 9ème circonscription des Français établis à l'étranger, les Marocains ont constamment cherché à entrer en confrontation avec les Algériens, leur faisant endosser le rôle du méchant dans l'affaire. La politique du nouveau Premier ministre marocain, Saad-Eddine El-Othmani, figure du Parti justice et développement (PJD, islamiste), est résolument hostile à l'Algérie puisqu'elle l'a placée parmi ses priorités à abattre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.