ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs tentatives déjouées à l'Ouest: Plus de 100 harraga interceptés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 11 - 2017

  Le phénomène de l'émigration clandestine prend de plus en plus de l'ampleur. Soixante-dix candidats à l'émigration clandestine ont été interceptés dans la nuit de jeudi à vendredi au large d'Arzew, Mostaganem, Béni-Saf et Oran par les forces navales de la façade maritime Ouest.
Quarante d'entre eux ont été interceptés en pleine traversée pour rallier l'autre rive de la Méditerranée alors que les trente autres ont été secourus au large de Mostaganem et Béni-Saf dans la wilaya d'Aïn-Témouchent. Les harraga avaient l'intention de rejoindre l'Espagne lorsque l'aventure a viré au cauchemar pour 15 jeunes dont l'embarcation s'est renversée au large de Mostaganem. Un des occupants est toujours porté disparu et les recherches sont lancées pour le retrouver. Au large de Béni-Saf, quinze autres clandestins se sont égarés en plein mer après que leur embarcation soit tombée en panne.
Aussitôt l'alerte donnée, d'importants moyens humains et matériels ont été déployés dans les wilayas sus-citées pour porter secours aux rescapés et les ramener sur la terre ferme. Au large d'Oran, d'Arzew et aussi de Mostaganem, quarante jeunes ont été interceptés lors de patrouilles effectuées par les gardes-côtes. Ils ont été ensuite reconduits sur la terre ferme et une enquête a été ouverte pour identifier les réseaux de passeurs.
Par ailleurs, les unités du groupement des garde-côtes de Ténès, relevant de la 1ère Région militaire, ont intercepté vendredi vers 2h 30 du matin trois embarcations dont deux semi-rigides à bords desquelles se trouvaient entassés 34 jeunes candidats à l'émigration clandestine, dont deux mineurs âgés de 16 ans, a-t-on appris. Les semi-rigides avaient à bord respectivement 15 et 12 personnes. Quant à l'embarcation en polystyrène, 7 autres personnes y avaient pris place. Selon notre source c'est la première fois qu'un aussi important «contingent» de harraga est intercepté par la marine nationale et les gardes-cotes de Ténès. Ces harraga, originaires de Chlef, de Relizane et Mostaganem ont pris le départ la veille à partir de la plage d'Ouled Boughanem la wilaya de Mostaganem. A leur interception, les embarcations se trouvaient déjà à 13 miles (plus de 24 km) au nord de la ville côtière d'El-Guelta, précise notre source. Arrivées à leur hauteur, les garde-côtes ont pu récupérer les malheureux aventuriers qui ont été ramenés sous bonne escorte au port de Ténès. Ils ont été auditionnés par les services maritimes et seront présentés ce samedi devant le procureur de la République qui devra statuer sur leur cas.
Les candidats à l'émigration clandestine semblent profiter des conditions météorologiques favorables. Depuis deux mois, des dizaines de tentatives ont été avortées par les gardes-côtes et la gendarmerie d'Oran.
Plus de 1.000 harraga interceptés par les gardes-côtes espagnols
Le phénomène prend encore de l'ampleur. Plus 1.000 candidats à l'émigration clandestine ont été arrêtés durant les mois de septembre et octobre dans les zones espagnoles par les gardes-côtes espagnols, selon des sources bien informées. Les harraga ont été soit secourus après que leurs embarcations de fortune soient tombées en panne soit interceptés en pleine traversée vers l'Espagne. Les clandestins ont été renvoyés vers leurs pays d'origine. A vrai dire, depuis deux mois, les tentatives d'émigration de jeunes Algériens vers les côtes espagnoles se sont multipliées. Des sources bien informées ont indiqué que 693 clandestins ont été interceptés durant les mois de septembre et octobre au large de Mostaganem, Oran, et Aïn-Témouchent.
Pour le seul mois de septembre, quelque 235 harraga dont 12 adolescents et 6 femmes ont été interceptés. 25 d'entre eux ont été sauvés in extremis d'une mort certaine, dix ont été repêchés en pleine mer alors que 15 jeunes se sont retrouvés livrés à eux-mêmes après que leur embarcation soient tombée en panne. Ceux-ci ont été localisés grâce à leurs téléphones portables. Durant le mois d'octobre, 458 candidats à l'émigration clandestine ont été interceptés à l'Ouest dont 35 adolescents et 11 femmes. Trente-trois d'entre eux ont été secourus en mer et ramenés sur la terre ferme.
Souvent, ces jeunes en quête de l'eldorado font appel à des réseaux d'intermédiaires qui leur procurent embarcation et carburant contre d'importantes sommes d'argent. Les passeurs n'hésitent pas à mettre à leur disposition de fausses boussoles, des gilets de sauvetage contrefaits ce qui les expose au danger. En 2016, le phénomène a connu une ampleur alarmante, comme en témoignent les dizaines de tentatives mises en échec. Plus de 760 harraga avaient été interceptés dans les plages de l'ouest du pays par les forces navales de la façade maritime Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.