MDN: Livraison d'aides humanitaires au Niger    Man City : Guardiola repris de volée par les supporters    FC Barcelone: Pogba gratuit, le rêve irréalisable de Laporta?    Al-Kouni: je viens pour informer le Président Tebboune de la teneur de mes visites dans les pays voisins au sud de la Libye    Feu vert pour le retour du public avec pass sanitaire    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Aokas, ville morte    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Formation de haut niveau    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plusieurs tentatives déjouées à l'Ouest: Plus de 100 harraga interceptés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 11 - 2017

  Le phénomène de l'émigration clandestine prend de plus en plus de l'ampleur. Soixante-dix candidats à l'émigration clandestine ont été interceptés dans la nuit de jeudi à vendredi au large d'Arzew, Mostaganem, Béni-Saf et Oran par les forces navales de la façade maritime Ouest.
Quarante d'entre eux ont été interceptés en pleine traversée pour rallier l'autre rive de la Méditerranée alors que les trente autres ont été secourus au large de Mostaganem et Béni-Saf dans la wilaya d'Aïn-Témouchent. Les harraga avaient l'intention de rejoindre l'Espagne lorsque l'aventure a viré au cauchemar pour 15 jeunes dont l'embarcation s'est renversée au large de Mostaganem. Un des occupants est toujours porté disparu et les recherches sont lancées pour le retrouver. Au large de Béni-Saf, quinze autres clandestins se sont égarés en plein mer après que leur embarcation soit tombée en panne.
Aussitôt l'alerte donnée, d'importants moyens humains et matériels ont été déployés dans les wilayas sus-citées pour porter secours aux rescapés et les ramener sur la terre ferme. Au large d'Oran, d'Arzew et aussi de Mostaganem, quarante jeunes ont été interceptés lors de patrouilles effectuées par les gardes-côtes. Ils ont été ensuite reconduits sur la terre ferme et une enquête a été ouverte pour identifier les réseaux de passeurs.
Par ailleurs, les unités du groupement des garde-côtes de Ténès, relevant de la 1ère Région militaire, ont intercepté vendredi vers 2h 30 du matin trois embarcations dont deux semi-rigides à bords desquelles se trouvaient entassés 34 jeunes candidats à l'émigration clandestine, dont deux mineurs âgés de 16 ans, a-t-on appris. Les semi-rigides avaient à bord respectivement 15 et 12 personnes. Quant à l'embarcation en polystyrène, 7 autres personnes y avaient pris place. Selon notre source c'est la première fois qu'un aussi important «contingent» de harraga est intercepté par la marine nationale et les gardes-cotes de Ténès. Ces harraga, originaires de Chlef, de Relizane et Mostaganem ont pris le départ la veille à partir de la plage d'Ouled Boughanem la wilaya de Mostaganem. A leur interception, les embarcations se trouvaient déjà à 13 miles (plus de 24 km) au nord de la ville côtière d'El-Guelta, précise notre source. Arrivées à leur hauteur, les garde-côtes ont pu récupérer les malheureux aventuriers qui ont été ramenés sous bonne escorte au port de Ténès. Ils ont été auditionnés par les services maritimes et seront présentés ce samedi devant le procureur de la République qui devra statuer sur leur cas.
Les candidats à l'émigration clandestine semblent profiter des conditions météorologiques favorables. Depuis deux mois, des dizaines de tentatives ont été avortées par les gardes-côtes et la gendarmerie d'Oran.
Plus de 1.000 harraga interceptés par les gardes-côtes espagnols
Le phénomène prend encore de l'ampleur. Plus 1.000 candidats à l'émigration clandestine ont été arrêtés durant les mois de septembre et octobre dans les zones espagnoles par les gardes-côtes espagnols, selon des sources bien informées. Les harraga ont été soit secourus après que leurs embarcations de fortune soient tombées en panne soit interceptés en pleine traversée vers l'Espagne. Les clandestins ont été renvoyés vers leurs pays d'origine. A vrai dire, depuis deux mois, les tentatives d'émigration de jeunes Algériens vers les côtes espagnoles se sont multipliées. Des sources bien informées ont indiqué que 693 clandestins ont été interceptés durant les mois de septembre et octobre au large de Mostaganem, Oran, et Aïn-Témouchent.
Pour le seul mois de septembre, quelque 235 harraga dont 12 adolescents et 6 femmes ont été interceptés. 25 d'entre eux ont été sauvés in extremis d'une mort certaine, dix ont été repêchés en pleine mer alors que 15 jeunes se sont retrouvés livrés à eux-mêmes après que leur embarcation soient tombée en panne. Ceux-ci ont été localisés grâce à leurs téléphones portables. Durant le mois d'octobre, 458 candidats à l'émigration clandestine ont été interceptés à l'Ouest dont 35 adolescents et 11 femmes. Trente-trois d'entre eux ont été secourus en mer et ramenés sur la terre ferme.
Souvent, ces jeunes en quête de l'eldorado font appel à des réseaux d'intermédiaires qui leur procurent embarcation et carburant contre d'importantes sommes d'argent. Les passeurs n'hésitent pas à mettre à leur disposition de fausses boussoles, des gilets de sauvetage contrefaits ce qui les expose au danger. En 2016, le phénomène a connu une ampleur alarmante, comme en témoignent les dizaines de tentatives mises en échec. Plus de 760 harraga avaient été interceptés dans les plages de l'ouest du pays par les forces navales de la façade maritime Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.