Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Meeting de Lyon (100m NL): Amel Melih améliore son record d'Algérie    Grève des postiers dans la capitale : Reprise du travail et grande affluence des citoyens    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Saignée de capital humain    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    L'industrie sinistrée aux oubliettes?    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les annonces de Mustapha Guitouni: Gaz de schiste, «51/49» et tarif de l'électricité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 01 - 2018

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a confirmé que l'Algérie ira bien vers l'exploitation des gaz de schiste, mais ‘'pas maintenant». Comme il a assuré que la hausse du prix de l'électricité et du gaz est inévitable, pour approcher de ‘'la vérité des prix''. Il a expliqué jeudi devant la Commission des finances et du budget de l'APN, en marge de l'examen du projet de loi portant règlement budgétaire de 2015, que l'Algérie va également se tourner vers l'exploitation du gaz de schiste. Selon M. Guitouni, ‘'tout ce qui a été fait à ce jour entrait dans le cadre de l'évaluation des réserves nationales et qu'aucun projet d'exploitation n'a été lancé''. S'il confirme la volonté du gouvernement de diversifier la production d'hydrocarbures, il calme cependant le jeu, en prévision de réactions de la société civile contre l'exploitation des shale oil, indiquant seulement que ‘'l'exploitation ne pourrait pas commencer avant une dizaine d'années''. Se voulant encore plus convaincant, il a souligné que les techniques utilisées pour l'exploitation du gaz de schiste avaient fait leurs preuves dans de nombreux pays, sans ‘'présenter de danger pour la nature ou les eaux souterraines''. Il ne cite pas, toutefois, ces pays, qui se compteraient sur les doigts d'une main, Etats-Unis et Canada en tête.
Pour les questions qui intéressent les contribuables, le ministre de l'Energie maintient le cap du gouvernement en matière de hausses des tarifs de l'électricité et du gaz, affirmant devant la commission des finances de l'APN qu'''il est impératif d'aller vers les prix réels de cette énergie, sans affecter les classes moyennes''. ‘'L'augmentation des prix touchera les grands consommateurs, ce qui permettra de généraliser la culture de l'économie d'énergie'', a-t-il ajouté, précisant que ‘'les prix de l'électricité dans le secteur agricole continueront à être subventionnés.''
Dans la foulée, le ministre de l'Energie a rassuré sur la volonté des pouvoirs publics de maintenir la cadence des raccordements des foyers dans les zones rurales isolées aux réseaux électriques et de gaz naturel. Le taux d'électrification rurale est de 99% contre 55% pour l'introduction du gaz de ville. Mais, pour poursuivre ces programmes, il faut justement intensifier les investissements, et ce sera le rôle qui sera dévolu à la loi sur les hydrocarbures, actuellement au stade de projet de révision. Le ministre de l'Energie a affirmé que ‘'la règle des 51/49% ne sera pas reconsidérée dans le projet de loi sur les hydrocarbures, en cours d'élaboration au niveau du ministère, particulièrement en ce qui concerne les champs et les grands projets à caractère de souveraineté nationale». Il a expliqué aux membres de la Commission des finances et du budget de l'APN que la révision de la loi en vigueur a pour objectif de lever les obstacles administratifs, évitant de parler de bureaucratie, à l'investissement local et étranger et capter des investisseurs et des capitaux pour garantir une production suffisante aux marchés local et international. ‘'L'investissement dans les grands champs demeurera soumis à la règle 51/49 mais des mesures incitatives seront offertes à d'autres niveaux pour attirer des partenaires», a t-il relevé.
En outre, M. Guitouni, qui a rappelé que le groupe algérien des hydrocarbures Sonatrach est engagé dans plusieurs projets à l'international, notamment au Pérou, en Irak, ou en Bolivie, a souligné que Sonatrach peut également investir dans des raffineries à l'étranger. «Rien ne s'oppose à cela'', a-t-il dit, mais, précise t-il, ‘'si le projet est rentable pour l'économie nationale». Il a souligné que les projets de Sonatrach à l'international sont surtout concentrés sur l'exploration et la production. Quant aux raffineries prévues à Tiaret et à Hassi Messaoud, le ministre a indiqué qu'elles seront réalisées dans les délais et ‘'permettront au pays d'arrêter l'importation et de s'orienter vers l'exportation du carburant''. Selon M. Guitouni, l'Algérie a reçu des demandes de pays africains, qui souhaitent être approvisionnés en carburants, avant d'annoncer que des négociations sont en cours avec la Libye pour l'exportation du surplus de production d'électricité.
Par ailleurs, faisant le bilan énergétique de l'année 2015, le ministre a indiqué que la fiscalité pétrolière était de près 1.723 milliards de dinars sur la base d'un prix de référence de 37 dollars le baril alors que le total des recettes de la fiscalité pétrolière s'élevait à 2.293 milliards de dinars contre 3.324 milliards de dinars en 2014, soit un recul de 31%. Les recettes d'hydrocarbures en 2015 se sont effondrées à 33,1 milliards de dollars contre 59,2 milliards de dollars en 2014 (-43%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.