Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la migration clandestine: Les locaux de vente d'équipements de navigation sous surveillance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 02 - 2018

Tout le monde est mis dans la même embarcation dans cette histoire de harraga. Emboîtant le pas au ministre des Affaires religieuses, qui a récemment estimé que le phénomène de l'immigration illégale, déclarée illicite par une fatwa du HCI, est une responsabilité collective et pas seulement des imams, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a considéré, de son côté, que la lutte contre la migration clandestine « est une question qui concerne l'ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques ». La lutte contre la migration clandestine « n'est pas du ressort exclusif des autorités sécuritaires et administratives, mais elle est l'affaire de tout un chacun et de l'ensemble de la société, car la responsabilité est partagée », a indiqué M. Bedoui lors d'une séance plénière du Conseil de la nation, consacrée aux questions orales.
Bien sûr, il admettra que « sans écarter la responsabilité et le rôle clé des autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, la famille a un rôle important à jouer, tout comme l'université, la mosquée et l'école qui sont responsables d'immuniser et de prémunir la société » contre ce risque. Dans ce sillage, il ne manquera pas de rappeler « l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes, à bord d'embarcations ». Et, pour donner la preuve que les autorités publiques et sécuritaires accomplissent leur mission de lutte contre la migration clandestine, M. Bedoui relèvera que « les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice ». Aussi, il mettra l'accent dans ce contexte sur « le renforcement des contrôles des locaux de vente d'équipements de navigation et des chantiers de construction de bateaux et d'embarcations ».
Toujours dans ce cadre des dispositions et mesures visant un raffermissement de la lutte contre la harga, le ministre de l'Intérieur soulignera que parallèlement aux mesures coercitives, les pouvoirs publics « œuvrent de concours avec la société civile à l'intensification des campagnes de sensibilisation aux dangers de ce phénomène et à l'explication des mesures prises par l'Etat pour améliorer la prise en charge des préoccupations des jeunes, notamment en matière d'emploi et de logement ». Précisant que « ces mesures incitatives ont permis d'obtenir des résultats positifs », qui se sont traduits par un « recul sensible ces derniers temps du nombre de tentatives à la migration clandestine ». Ajoutant dans ce contexte qu'en dépit de ces résultats, « la lutte contre ce phénomène implique d'autres mesures que le gouvernement s'attèle à mettre en œuvre ». Chose qui laisse clairement entendre que la lutte contre le phénomène de la migration clandestine doit encore trouver d'autres mécanismes pour faire face aux vagues de harraga qui se jettent dans la mer. D'ailleurs, le renforcement des contrôles sur les côtes algériennes a poussé les candidats à la harga à se tourner vers d'autres horizons, d'autres filières où le risque de se faire attraper est moindre.
Selon des témoignages de jeunes, la filière marocaine trouve là toute son expression. Des dizaines de jeunes traversent la frontière ‘Ouest' pour rejoindre le Maroc et de là les côtes espagnoles. C'est un jeu d'enfants de gagner les côtes espagnoles à partir du Maroc, ont indiqué nos témoins qui précisent qu'il faut juste avoir un millier d'euros sur soi pour régler les frais des passeurs. C'est dire que le traitement coercitif et sécuritaire ne peut, à lui seul, régler le problème d'un « sombre » avenir, comme le voit les harraga chez eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.