Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la migration clandestine: Les locaux de vente d'équipements de navigation sous surveillance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 02 - 2018

Tout le monde est mis dans la même embarcation dans cette histoire de harraga. Emboîtant le pas au ministre des Affaires religieuses, qui a récemment estimé que le phénomène de l'immigration illégale, déclarée illicite par une fatwa du HCI, est une responsabilité collective et pas seulement des imams, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a considéré, de son côté, que la lutte contre la migration clandestine « est une question qui concerne l'ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques ». La lutte contre la migration clandestine « n'est pas du ressort exclusif des autorités sécuritaires et administratives, mais elle est l'affaire de tout un chacun et de l'ensemble de la société, car la responsabilité est partagée », a indiqué M. Bedoui lors d'une séance plénière du Conseil de la nation, consacrée aux questions orales.
Bien sûr, il admettra que « sans écarter la responsabilité et le rôle clé des autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, la famille a un rôle important à jouer, tout comme l'université, la mosquée et l'école qui sont responsables d'immuniser et de prémunir la société » contre ce risque. Dans ce sillage, il ne manquera pas de rappeler « l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes, à bord d'embarcations ». Et, pour donner la preuve que les autorités publiques et sécuritaires accomplissent leur mission de lutte contre la migration clandestine, M. Bedoui relèvera que « les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice ». Aussi, il mettra l'accent dans ce contexte sur « le renforcement des contrôles des locaux de vente d'équipements de navigation et des chantiers de construction de bateaux et d'embarcations ».
Toujours dans ce cadre des dispositions et mesures visant un raffermissement de la lutte contre la harga, le ministre de l'Intérieur soulignera que parallèlement aux mesures coercitives, les pouvoirs publics « œuvrent de concours avec la société civile à l'intensification des campagnes de sensibilisation aux dangers de ce phénomène et à l'explication des mesures prises par l'Etat pour améliorer la prise en charge des préoccupations des jeunes, notamment en matière d'emploi et de logement ». Précisant que « ces mesures incitatives ont permis d'obtenir des résultats positifs », qui se sont traduits par un « recul sensible ces derniers temps du nombre de tentatives à la migration clandestine ». Ajoutant dans ce contexte qu'en dépit de ces résultats, « la lutte contre ce phénomène implique d'autres mesures que le gouvernement s'attèle à mettre en œuvre ». Chose qui laisse clairement entendre que la lutte contre le phénomène de la migration clandestine doit encore trouver d'autres mécanismes pour faire face aux vagues de harraga qui se jettent dans la mer. D'ailleurs, le renforcement des contrôles sur les côtes algériennes a poussé les candidats à la harga à se tourner vers d'autres horizons, d'autres filières où le risque de se faire attraper est moindre.
Selon des témoignages de jeunes, la filière marocaine trouve là toute son expression. Des dizaines de jeunes traversent la frontière ‘Ouest' pour rejoindre le Maroc et de là les côtes espagnoles. C'est un jeu d'enfants de gagner les côtes espagnoles à partir du Maroc, ont indiqué nos témoins qui précisent qu'il faut juste avoir un millier d'euros sur soi pour régler les frais des passeurs. C'est dire que le traitement coercitif et sécuritaire ne peut, à lui seul, régler le problème d'un « sombre » avenir, comme le voit les harraga chez eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.