Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la migration clandestine: Les locaux de vente d'équipements de navigation sous surveillance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 02 - 2018

Tout le monde est mis dans la même embarcation dans cette histoire de harraga. Emboîtant le pas au ministre des Affaires religieuses, qui a récemment estimé que le phénomène de l'immigration illégale, déclarée illicite par une fatwa du HCI, est une responsabilité collective et pas seulement des imams, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a considéré, de son côté, que la lutte contre la migration clandestine « est une question qui concerne l'ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques ». La lutte contre la migration clandestine « n'est pas du ressort exclusif des autorités sécuritaires et administratives, mais elle est l'affaire de tout un chacun et de l'ensemble de la société, car la responsabilité est partagée », a indiqué M. Bedoui lors d'une séance plénière du Conseil de la nation, consacrée aux questions orales.
Bien sûr, il admettra que « sans écarter la responsabilité et le rôle clé des autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, la famille a un rôle important à jouer, tout comme l'université, la mosquée et l'école qui sont responsables d'immuniser et de prémunir la société » contre ce risque. Dans ce sillage, il ne manquera pas de rappeler « l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes, à bord d'embarcations ». Et, pour donner la preuve que les autorités publiques et sécuritaires accomplissent leur mission de lutte contre la migration clandestine, M. Bedoui relèvera que « les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice ». Aussi, il mettra l'accent dans ce contexte sur « le renforcement des contrôles des locaux de vente d'équipements de navigation et des chantiers de construction de bateaux et d'embarcations ».
Toujours dans ce cadre des dispositions et mesures visant un raffermissement de la lutte contre la harga, le ministre de l'Intérieur soulignera que parallèlement aux mesures coercitives, les pouvoirs publics « œuvrent de concours avec la société civile à l'intensification des campagnes de sensibilisation aux dangers de ce phénomène et à l'explication des mesures prises par l'Etat pour améliorer la prise en charge des préoccupations des jeunes, notamment en matière d'emploi et de logement ». Précisant que « ces mesures incitatives ont permis d'obtenir des résultats positifs », qui se sont traduits par un « recul sensible ces derniers temps du nombre de tentatives à la migration clandestine ». Ajoutant dans ce contexte qu'en dépit de ces résultats, « la lutte contre ce phénomène implique d'autres mesures que le gouvernement s'attèle à mettre en œuvre ». Chose qui laisse clairement entendre que la lutte contre le phénomène de la migration clandestine doit encore trouver d'autres mécanismes pour faire face aux vagues de harraga qui se jettent dans la mer. D'ailleurs, le renforcement des contrôles sur les côtes algériennes a poussé les candidats à la harga à se tourner vers d'autres horizons, d'autres filières où le risque de se faire attraper est moindre.
Selon des témoignages de jeunes, la filière marocaine trouve là toute son expression. Des dizaines de jeunes traversent la frontière ‘Ouest' pour rejoindre le Maroc et de là les côtes espagnoles. C'est un jeu d'enfants de gagner les côtes espagnoles à partir du Maroc, ont indiqué nos témoins qui précisent qu'il faut juste avoir un millier d'euros sur soi pour régler les frais des passeurs. C'est dire que le traitement coercitif et sécuritaire ne peut, à lui seul, régler le problème d'un « sombre » avenir, comme le voit les harraga chez eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.