Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN en mode 2019
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 04 - 2018

Voilà, c'est fait. Le FLN se jette à l'eau et annonce qu'il a demandé au président Bouteflika de briguer un 5ème mandat. C'est son SG Djamel Ould Abbès qui, sans doute sous la hantise qu'une autre partie ne prenne la décision de cette annonce, et donc lui coupe l'herbe sous les pieds, a tenu à rendre publique la bonne nouvelle pour ses plus de 700.000 militants. Pour autant, la demande insistante du FLN pour que le chef de l'Etat brigue un 5ème mandat n'est pas en elle-même une nouveauté, ni une étrangeté dans l'actuel paysage politique monotone qui est proposé aux Algériens. Ce qui est par contre inquiétant, ce n'est pas tant cette supplique d'un parti qui tombe dans la décrépitude des vieux réflexes de la flagornerie politique, mais cette dramatique insistance du FLN à vouloir imposer à ses militants, et aux Algériens, la candidature d'un président qui a déjà fait quatre mandats. Et, au-delà, lui forcer la main pour, peut-être à son corps défendant, entrer dans la course à la présidentielle de 2019 qui ne sera en réalité qu'une simple formalité.
Le FLN, plus réaliste que jamais, et autant pour sa direction, ne veut donc pas d'un autre candidat à la prochaine présidentielle et, dès lors, ferme une fois encore les portes aux espoirs réels pour l'émergence d'un jeune postulant qui n'aurait pas appartenu à la vieille génération, celle de Novembre 1954. Ce n'est pas impossible ni blasphématoire que le FLN, si jamais il se réveille aux réalités socioculturelles d'aujourd'hui, désigne comme candidat un jeune cadre, plein de compétences et qui fait l'unanimité autour de lui. Et, surtout, qui serait adoubé par le président Abdelaziz Bouteflika lui-même. Un jeune du FLN qui sera également non seulement soutenu par le chef de l'Etat, en tant que «patron» réel du plus vieux parti algérien encore en activité, mais par l'ensemble des cadres et militants qui, à l'occasion, mettront leurs divergences de côté pour présenter aux Algériens un visage new-look du parti.
Nous ne sommes pas dans cette configuration politique 3.0, mais il est pour le moins logique que le FLN, et jusqu'à preuve du contraire, c'est-à-dire un retrait de la scène politique du concerné, propose comme son candidat à l'échéance d'avril 2019 M. Bouteflika. Envisager une autre éventualité du FLN ou un revirement de son SG est impossible, impensable dans la situation actuelle qui prévaut au sein des rouages du «parti des Algériens». Sur un autre registre, l'annonce du candidat du FLN pour la présidentielle de 2019 est par ailleurs une sorte d'exercice du droit de propriété que pense avoir M. Ould Abbès sur la candidature de M. Bouteflika. Comme pour dire aux autres partis de la majorité que ce privilège appartient au parti du président, ni au RND ni aux autres.
C'est en quelque sorte un exercice périlleux de droit de propriété que tente d'exercer Djamel Ould Abbès sur une candidature qui reste encore suspendue à la décision du chef de l'Etat. Car beaucoup de facteurs liés à la décision de M. Bouteflika restent encore liés autant à sa santé qu'à sa volonté de briguer ou non un 5ème mandat. Ou même son désir de raccrocher, tout simplement. Et, sur ce registre, tout dépend de ce que va décider le président lui-même, qui n'a, en réalité, pas besoin que le FLN le désigne pour aller à cette élection présidentielle. Même avec ou sans bilan sur les réalisations accomplies sous ses quatre derniers mandats, comme veut le faire croire le SG du FLN qui a zappé pour la énième fois la réunion du Comité central, la renvoyant à chaque fois aux calendes grecques. Du reste, le président n'a jamais attendu que le SG du FLN, en position d'attente, le propose pour briguer un ou plusieurs mandats présidentiels. Mais, cette fois-ci, ce sera, selon la nouvelle Constitution, la dernière fois. Si toutefois le président se présente sur la ligne de départ pour l'élection de 2019. D'ici là, toutes les options restent ouvertes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.