Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinat de Zoubir Aïssa pour 200 dinars: Cinq personnes devant la justice
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 08 - 2018

Cinq personnes impliquées dans la mort de Zoubir Aïssa, arrêtées et placées en garde à vue, seront présentées, demain, devant la justice «après finalisation de la procédure légale», a déclaré le procureur de la République près le tribunal de Kherrata.
Le magistrat, qui animait, jeudi dernier, une conférence de presse, a indiqué que le mercredi 1er août 2018, «les services de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Souk el Ténine ont reçu un appel téléphonique du brigadier du centre d'opérations du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Béjaïa» pour les informer de l'évacuation de Zoubir Aïssa, «victime d'une agression physique à la plage Lota, commune de Souk el Ténine (W.Béjaïa), vers le CHU Khelil-Amrane de Béjaïa». Les enquêteurs ont collecté les premières informations concernant cette affaire auprès des amis de la victime qui l'accompagnaient - la presse avait fait état de deux accompagnateurs- et qui déclarent que Zoubir Aïssa a été agressé par un groupe d'individus après qu'il ait refusé de payer sa place de stationnement à des individus autoproclamés gardiens d'un parking à la plage Lota. «Face à l'obstination de la victime de ne pas payer sa place de stationnement, le groupe de malfaiteurs l'a attaqué, en lui assénant plusieurs coups à l'arme blanche», explique la même source. La victime décèdera, une semaine plus tard, en salle de réanimation de l'hôpital, des suites de ses blessures. Le procureur de la République près le tribunal de Kherrata déclare qu'il a ordonné l'ouverture d'une enquête préliminaire sur cette affaire «dès que nous avons reçu ces informations et faits», en vue de déterminer l'identité des auteurs et les arrêter. Il révèle que «l'enquête a permis, jusqu'à l'heure, de procéder à l'arrestation de cinq personnes ayant été placées en garde à vue et se présenteront devant nous dimanche 12 août, après finalisation de la procédure légale». Les sites d'informations en ligne ont annoncé que l'auteur de l'assassinat de Zoubir Aïssa ainsi que ses deux acolytes ont été arrêtés mercredi par la gendarmerie. Les suspects sont originaires de la localité de Souk el Ténine et les trois mis en cause dans cette affaire ont pu être identifiés, grâce au témoignage d'une personne présente au moment de l'agression. Rappelons que la victime était un estivant originaire du Sud algérien, en vacance à la localité balnéaire de Souk el Ténine et qu'il a été mortellement agressé après avoir refusé de payer 200 dinars, le prix d'un stationnement sur un parking sauvage. Zoubir Aïssa a été enterré, jeudi dernier, à El M'Gheier, daïra de Oued Souf, en présence de centaines de personnes. L'agression sauvage et la mort de cet estivant a mis le feu aux réseaux sociaux et une mobilisation générale contre ces gardiens de parkings autoproclamés organisés en véritables réseaux criminels.
Les Algériens, fatigués de l'inertie des pouvoirs publics, demandent à l'Etat plus de fermeté contre ces individus coupables de racket en bandes organisées et s'interrogent sur l'absence de réaction de la tutelle, incapable de venir à bout de ce phénomène. Face au tollé soulevé par ce énième crime, une opération coup-de-poing, médiatisée, a été menée par une force combinée (police et gendarmerie) au niveau de la daïra de Tichy.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.