La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des militants de «Mouwatana» arrêtés puis relâchés: Un sit-in contre le 5ème mandat empêché à Alger
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2018

Le sit-in contre le cinquième mandat et pour un Etat de droit que devait tenir hier matin des membres de «Mouwatana» à la Place des Martyrs d'Alger a été étouffé dans l'œuf par les services de sécurité qui ont procédé à des arrestations musclées de plusieurs militants de ce mouvement, dont le leader de Jil Jadid, Sofiane Djilali, et plusieurs cadres de ce parti, le journaliste d'El Khabar, Saâd Bouakba, la présidente de l'Union pour le changement et le progrès, Zoubida Assoul, le président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH), Salah Dabouz et l'avocat Abdelghani Badi.
Les activistes ont été arrêtés par des policiers en tenue et en civil et conduits manu militari dans des commissariats de police de la capitale avant d'être relâchés sans aucune poursuite. La police a empêché les protestataires de brandir des banderoles hostiles au cinquième mandat. Le mouvement Mouwatana a regretté la «brutalité des policiers» qui ont procédé à l'arrestation de ses membres.
Les policiers auraient, selon ce mouvement, confisqué les smartphones des personnes arrêtées et certains auraient même été victimes de brutalité policière. Le mouvement évoque notamment le cas du vice-président de Jil Jadid, Smail Saidani, qui aurait été agressé physiquement par un policier en civil. Le président de LADDH, Salah Dabouz, a également déploré la violence policière contre une manifestation pacifique tout en estimant que ces arrestations sont une violation de l'article 107 du code pénal qui stipule que «lorsqu'un fonctionnaire a ordonné ou commis un acte arbitraire ou attentatoire soit à la liberté individuelle, soit aux droits civiques d'un ou plusieurs citoyens, il encourt une peine de réclusion à temps, de cinq (5) à dix (10) ans». L'article 108 précise, par ailleurs, que «les crimes prévus à l'article 107 engagent la responsabilité civile personnelle de leur auteur ainsi que celle de l'Etat, sauf recours de ce dernier contre ledit auteur». Selon les militants, les policiers auraient justifié leurs actes par une réquisition du wali de la capitale qui aurait ordonné d'interdire toute action contre le 5ème mandat à Alger. L'instance de coordination de Mouwatana avait dénoncé vendredi 10 août dans un communiqué rendu public ce qu'elle qualifie de «coup d'Etat rampant», en allusion au forcing opéré par les partis de la majorité présidentielle en faveur d'un cinquième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika. «Le gouvernement et les partis clients du pouvoir sont entrés, de leur propre aveu, en campagne anticipée pour le cinquième mandat en violation flagrante des lois républicaines et de la morale tout court», regrette ce mouvement qui condamne «ces comportements peu honorables, aggravés par l'utilisation illégale et abusive des moyens de l'Etat, (siège du gouvernement, université, moyens humains et politiques etc…), qui dans un Etat de droit et avec une justice digne de ce nom, aurait donné matière à poursuites pour actes délictueux». «Dans ce climat général d'un coup d'Etat rampant opéré par une clique utilisant comme otage consentant un homme qui a trahi le serment constitutionnel en profitant d'une démission générale des institutions pourtant impliquées dans le maintien de ce régime en dérive mafieuse. Les Algériens sont en droit de réagir et de refuser l'humiliation qui leur est imposée», soutient ce mouvement. Mouwatana met en garde les conséquences d'une éventuelle colère populaire. «Le pouvoir et ses soutiens auront à assumer les conséquences de toute réaction populaire dont les prémisses se multiplient. Mouwatana prendra ses responsabilités et défendra de manière pacifique mais résolue l'honneur de ce pays», conclut le texte. Le leader de Jil Jadid et membre de Mouwatana avait déclaré que des actions «seront envisagées sous peu» par ce mouvement pour protester contre le 5ème mandat. «Nous ne resterons pas immobiles», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.