FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impasse ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 10 - 2018

La crise au sein de l'APN perdure et prend de l'ampleur. Et, surtout, bloque toute activité parlementaire, et partant l'examen et le vote des lois qui font fonctionner la République. L'exigence de départ du président de l'APN par les députés des partis de la majorité parlementaire contre le déblocage de la situation est une condition illégale et non réglementaire, estiment les experts, d'autant qu'elle mène à une impasse politique ou la dissolution de l'APN.
Le président de l'APN Saïd Bouhadja, après avoir fait seul de la résistance contre les attaques frontales notamment du SG du FLN qui l'a sommé de démissionner, commence progressivement à reprendre confiance. L'appui de l'ancien président de l'APN, Abdelaziz Ziari, ainsi que l'Organisation nationale des moudjahidine est venu conforter la position du président de la chambre basse du Parlement. Un soutien important et venu au bon moment pour situer les zones de clivage et les lignes rouges à ne pas dépasser. Mais également pour discréditer Djamel Ould Abbès, celui qui a réclamé ‘'la tête'' de Bouhadja. Ce revirement de la situation intervient également après les vives critiques des partis d'opposition, notamment le RCD et MSP qui s'est dit ‘'outré par la situation dans laquelle se trouvent les institutions algériennes''. Le RCD qualifie le débordement institutionnel des députés de l'Alliance présidentielle de ‘'simulacre de fronde qui obéit à d'autres desseins''.
Il est clair que le blocage du travail des commissions du Parlement par les groupes parlementaires du FLN, du RND, de TAJ, du MPA et des Indépendants est absolument illégal et anticonstitutionnel et contraire au règlement intérieur de l'APN. En réalité, ce sont les groupes parlementaires frondeurs qui sont aujourd'hui dans le camp de l'illégalité, puisque cette grève ‘'institutionnelle'' n'a aucun fondement juridique. Et puis, il y a ce coup de semonce de l'ONM qui dénonce ‘'la tentative de certains de nuire à l'histoire de nos moudjahidine et d'attenter à leur passé honorable'', ce qui ‘'constitue un dangereux précédent qui impose à tous de s'y opposer fermement''.
Les objectifs d'une telle fronde au Parlement ne sont pas directement liés à la prochaine élection présidentielle, mais plutôt pour un changement au perchoir de la première et la seconde chambre du Parlement. Mais, cette situation qui risque de porter préjudice au fonctionnement du pays avec le blocage des activités parlementaires, avec une intention avouée ou pas de casser encore plus les difficiles tentatives de reprise économique, ne semble pas, étrangement, inquiéter le Premier ministre et également chef du RND. Bien au contraire, la ‘'cabale'' pour la destitution-démission du président de l'APN a eu d'une manière ou d'une autre la caution du SG de la seconde force politique du pays. A moins d'un deal contre nature entre le FLN et le RND, rien n'oblige Ahmed Ouyahia, dans son rôle de Premier ministre surtout, à suivre tête baissée les revendications du SG du FLN.
Un état de fait inédit et anachronique qui appelle cependant à une réaction, d'une manière ou d'une autre, du président de la République qui pour le moment semble ne pas vouloir attenter à l'indépendance du Parlement. Ni à s'immiscer dans les affaires intérieures des institutions élues. Mais, le temps que dure ce blocage du Parlement est préjudiciable à l'action du gouvernement, aux échéances économiques, au fonctionnement des institutions de l'Etat, ce qui renvoie à cette déplorable image d'une anarchie au sein de la plus importante institution politique du pays: son Parlement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.